Ernst Moser (Phoenix Racing) : « Etablir une filière pour les jeunes pilotes »

Phoenix Racing fait partie des équipes allemandes les plus réputées. L’équipe dirigée par Ernst Moser alterne entre le DTM et le GT. Après un an d’absence, l’écurie basée tout près du Nürburgring à Meuspath a fait son retour en 2018 en ADAC GT Masters, toujours avec Audi. Malgré des équipages très jeunes, le tout premier meeting 2018 a vu la victoire de Philip Ellis et Max Hofer. Onzième de l’exercice 2018, Phoenix Racing sera de retour dans le championnat GT allemand cette saison. Ernst Moser fait le point…

Faire rouler des pilotes relativement jeunes l’année passée était la bonne solution ?

« Absolument. En 2017, lorsque nous avons décidé de nous impliquer davantage en GT3, j’étais déterminé à prendre part à l’ADAC GT Masters avec une jeune équipe. En décembre 2017, à Portimão, nous avons invité quelques jeunes pilotes pour un test afin de voir si l’un d’eux avait le potentiel pour le niveau requis en GT3 ou GT4. Nous avons vite vu que deux ou trois avaient le talent pour cela, alors nous avons dit ‘allons-y’. Deux de nos pilotes ont si bien réussi qu’ils ont été repérés par d’autres équipes talentueuses, ce qui fait que malheureusement ils ne piloteront pas pour nous en 2019. »

Vous vous attendiez à une victoire dès l’ouverture de la saison ?

« Personne ne pouvait prévoir que Max Hofer et Philip Ellis allaient s’imposer dès leur première course en GT3. Mais nous avons fait notre travail en les faisant rouler à Oschersleben avant le début de saison. Nous avions vu qu’ils étaient déjà rapides lors de ces tests. Max s’est montré très rapide lors de la qualification en décrochant la pole. Durant la course, Philip et lui ont pris la tête, ce à quoi on ne s’attendait pas vraiment compte tenu de la pression exercée par l’arrière dès leurs débuts en GT3. C’était un exploit de première classe. »

Êtes-vous satisfait du déroulement du reste de la saison ?

« Même si nous n’avons pas pu construire sur cette victoire, je suis satisfait du reste de la saison. Le niveau de compétition en ADAC GT Masters était extrêmement élevé. Je ne m’attendais pas nécessairement à cela, ce qui fait que ce paramètre doit être pris en considération. A Most, nous étions aux avant-postes, mais nous avons connu de la malchance avec des contacts et une crevaison. Dans le cas contraire, nous aurions pu terminer une nouvelle fois dans le haut de tableau. Le Red Bull Ring n’est certainement pas une piste favorable à l’Audi, nous étions donc en mode contrôle des problèmes. Malheureusement, nous avons perdu le contact au cours de la deuxième partie de saison. Une analyse approfondie des week-ends montre que nous n’avons pas toujours fait ce qui était nécessaire durant les qualifications pour obtenir de bons résultats dans les courses elles-mêmes. Face à un tel groupe d’adversaires, il est alors difficile de progresser. Compte tenu du fait que c’était notre première année avec ce groupe de pilotes très inexpérimentés, en particulier le tandem Max et Philip, nous avons été plutôt bons. Je suis très satisfait de la façon dont les choses se sont passées. »

Y-a-t-il un partage avec votre équipe présente en DTM ?

« Nous avons deux équipes de mécaniciens totalement séparées car les deux projets sont assez complexes et il y en a suffisamment pour occuper tout le monde. Toute l’équipe est impliquée uniquement sur les grands événements comme sur une course de 24 heures. Si le planning le permet, nous envoyons occasionnellement nos ingénieurs DTM vers le GT. Par exemple, notre équipe GT a adopté certaines procédures d’efficacité utilisées en DTM. »

Quels sont les plans pour 2019 ?

« Nous avons l’intention de poursuivre en ADAC GT Masters, sachant que la nouvelle série ADAC GT4 Germany nous intéresse également. Nous avons déjà participé à la série GT4 organisée par SRO en 2018 et nous prévoyons d’étendre notre implication à l’ADAC GT4 Germany. Nous aimerions établir une filière pour les jeunes pilotes, un peu à l’image de ce qui peut se faire en monoplace. Cela permettrait à certains pilotes de passer du GT4 au GT3 et de devenir pourquoi pas pilotes officiels ou soutenus par un constructeur. Notre objectif est d’amener de talentueux juniors. Nous rentrons de Portimão où nous avons testé des jeunes avec pour but de reconstruire notre équipe 2019. Je pense qu’il y aura encore de nouvelles têtes. »