Auto

Alpine s'engage en LMDh à compter de 2024 et pour 4 ans !

WEC
24 Heures du Mans
5 oct. 2021 • 21:30
par
lmercier
Alpine prend la direction du LMDh à compter de 2024 où deux prototypes seront engagés par Signatech. En attendant, la marque compte bien rempiler en 2022 en WEC et aux 24H du Mans.
Logo Alpine

Cocorico ! On aura bien un deuxième constructeur français en Hypercar. Après Peugeot qui a opté pour un prototype LMH, Alpine a choisi la voie du LMDh. Pour ce nouveau challenge, la marque française s’est rapprochée de ORECA pour la fourniture du châssis. L’équipe Signatech de Philippe Sinault sera le fer de lance de l’engagement en compétition avec en soutien Alpine F1 Team pour la conception de l'auto. Les débuts dans la catégorie Hypercar sont prévus pour 2024, soit un an après le lancement du LMDh.

 

Le moteur Alpine sera développé à Viry-Châtillon. Il recevra toute l’expertise de l’équipe présente en Formule 1. La carrosserie sera quant à elle conçue en partenariat avec Enstone. Le concept LMDh, basé sur la compétition-client, permet à Alpine de s’engager en Endurance sur une durée de quatre ans.

 

Deux Alpine sont prévues à compter de 2024 sur la scène mondiale de l’Endurance. « Le programme Endurance d’Alpine souligne l’attachement et l’ambition de la marque en matière de sport automobile », a déclaré Laurent Rossi, patron de la marque Alpine. « En concourant à la fois en Formule 1 et en Endurance, Alpine est une des deux seules marques à être présente dans les deux disciplines phares du sport automobile. Nous tirerons le meilleur de la Formule 1 et de l’Endurance au travers de synergies techniques et technologiques pour prendre l’avantage des adversaires prestigieux. »

 

La communauté Alpine peut sans aucun doute remercier Philippe Sinault, à la tête de Signatech. C’est lui qui a fait les premières démarches pour un programme LMP2 en 2013 alors qu’il n’y avait pas encore d’Alpine de route.

 

« C’est une immense fierté pour Signatech d’avoir été choisie par Alpine pour son arrivée en LMDh », a déclaré Philippe Sinault. « Cela représente l’aboutissement d’un projet commun débuté il y a huit ans. Plus que jamais, nous nourrissons de grandes ambitions, et sommes heureux de faire passer notre collaboration dans une autre dimension. Après 32 ans de carrière dans le sport automobile, je me languis d’aller défier les constructeurs les plus prestigieux de la planète, avec Alpine, une marque qui véhicule la passion et qui ne vit que pour la victoire. »

 

Avant de parler LMDh, Alpine espère bénéficier d’une dérogation pour rempiler en 2022 en WEC et aux 24 Heures du Mans avec le modèle actuel qui reste sur un podium en terre sarthoise. Pour ce qui est de 2023, l’année du centenaire au Mans, l’ACO et la FIA cherchent une solution pour que Alpine soit de la partie sur une édition qui s’annonce grandiose.

Commentaires (4)

Connectez-vous pour commenter l'article

lesiak.guillaume@gmail.com

6 oct. 2021 • 19:22

lol vvf36 je suis totalement d'accord avec toi.... moi c est champagne ce soir!!!!!

vvf36

6 oct. 2021 • 18:00

Les allemands, les américains reviennent, c'est génial. Mais quand c'est Alpine (Signatech), c'est douteux ! Pourqoi ce scepticisme franco-français ?

Super annonce. A l'organisateur de bien faire son boulot.

Steve McQ

6 oct. 2021 • 14:00

C'est bien, ça laisse le temps d'annuler le programme si la Rebellion R13 ne peut pas disputer la saison 2022 et si on se rend compte en 2023 que les LMDh ne sont pas compétitives contre Toyota, Peugeot, SCG etc..

Arnage

6 oct. 2021 • 8:31

Dommage que ce ne soit pas en 2023 !