Le bilan LMP2 2018 et les perspectives 2019, part 2…

#26 G DRIVE RACING (RUS) ORECA 07 GIBSON LMP2 ROMAN RUSINOV (RUS) ANDREA PIZZITOLA (FRA) JEAN ERIC VERGNE (FRA)

Suite de notre bilan European Le Mans Series 2018 et des perspectives par rapport au futur plateau 2019 ! (la première partie est ici)

Duqueine Engineering (ORECA 07) #29 de Pierre Ragues, Nelson Panciatici, Nicolas Jamin. Une pole position à Portimão, 8e au championnat avec 35 points. 

Bilan 2018 : s’il y a bien une équipe poursuivie par le « chat noir »cette année, c’est bien Duqueine Engineering. Certes, les hommes découvraient une nouvelle catégorie et une auto, l’ORECA 07. Cependant, le trio faisait rêver avec Nelson Paniciatici et Pierre Ragues, tous deux anciens champions ELMS avec Signatech Alpine, et le très rapide Nicolas Jamin qui rentrait des Etats-Unis où il roulait en Indy Lights (Andretti Autosport). Tout se passe pour le mieux au Paul Ricard avec une belle 3e place dès les premiers tours de roue de la voiture. Ensuite, des pépins sont venus stopper les courses des trois hommes comme leur disqualification au Red Bull Ring, alors qu’ils avaient terminé 2e, pour une essence non conforme. A Portimão, encore une fois, Pierre Ragues a fait de superbes relais, mais une suspension arrière cassée est venue tout gâcher. Un petit coin de ciel bleu néanmoins avec la très belle pole position de Nicolas Jamin au Portugal, la première de l’équipe ! Nico Jamin reste l’une des révélations de l’année, tout comme l’équipe de Gilles Duqueine et Yann Belhomme.

Perspectives 2019 : Yann Belhomme nous l’a assuré : une ORECA 07 sera de nouveau présente sur les grilles de départ de l’ELMS l’an prochain. Si tout se passe bien, la structure française ne devrait pas tarder à remporter, enfin, sa première course. C’est tout le mal qu’on leur souhaite et ce ne serait que mérité ! 

APR – Rebellion Racing (ORECA 07)#31 de Ryan Cullen, Harrison Newey, Gustavo Menezes, 9e au championnat avec 23.25 points

Algarve Pro Racing (Ligier JS P217) #25 de Mark Patterson, Ate De Jong et Tacksung Kim, 18e au championnat avec 3.5 points

Bilan 2018 : on attendait beaucoup, peut être trop (?), de cette association Algarve Pro Racing / Rebellion Racing, même si le team suisse apporte juste son nom dans le programme. Un pilote LMP1 était tout de même dépêché en la personne de Gustavo Menezes. Il était associé à Harrison Newey qui venait tout juste d’être couronné champion Asian Le Mans Series. Cependant, le trio (avec Ryan Cullen) ne fait pas mieux qu’une 6e place au Red Bull Ring et une 5e à Silverstone. Certes, l’équipe découvrait un nouveau châssis.

Quant à la n°25, seul équipage 100% Bronze, les trois hommes ont découvert ce championnat, à part Mark Patterson, et se sont fait plaisir, ce qui était le mot d’ordre en début d’année : « Nous faisons ça pour le plaisir et prendre du bon temps » nous déclarait le pilote sud-africain au Red Bull Ring. Ce fut chose faite non sans quelques visites de bacs à graviers et autres incidents, mais là n’est pas le plus important !  

Perspectives 2019 : Algarve Pro Racing a déjà confirmé la présence d’une voiture. L’équipe portugaise aimerait en aligner une seconde. A suivre !

Graff (ORECA 07) #39 d’Alexandre Cougnaud, Jonathan Hirschi et Tristan Gommendy, 10e au championnat avec 23 points

G-Drive Racing (ORECA 07) #40 de James Allen, Julien Falchero, Henning Enqvist, 12e au championnat avec 15.25 points. L’équipage a changé en cours de saison.

Bilan 2018 : là aussi, on attendait beaucoup de l’équipe française qui restait sur deux victoires en fin d’année 2017 (Spa-Francorchamps et Portimão) et une pole position à Monza. De plus, deux pilotes aguerris aux joutes de l’endurance, Jonathan Hirschi et Tristan Gommendy, étaient venus renforcés l’équipage composé du prometteur Alexandre Cougnaud. Au final, en dehors de leur belle course à Silverstone, 4e, les résultats ont eu du mal à arriver. De petits soucis ont été rencontrés, en particulier en début d’année avec le double abandon à Monza après moins d’une heure de course ainsi que quelques accrochages. Rencontré peu avant la course en Grande-Bretagne, le pilote suisse avouait : Le niveau en ELMS est très relevé cette année, mais, que de notre côté, le bilan ELMS à mi-saison est quand même moyen. » On espère revoir ces trois hommes de nouveau associés en 2019 !

Sur la #40, seul James Allen a fait la saison complète. Associé au début à Enzo Guibbert et Jose Guttierrez, il a ensuite collaboré avec Julien Falchero et Henning Enqvist. Pas vraiment facile pour le pilote australien. Après une 6e place au Castellet, la 2e auto aux couleurs G-Drive Racing n’a marqué que 7.25 points en cinq courses!

Perspectives 2019 : Pascal Rauturier, l’homme à l’origine du retour de l’écurie française en Endurance, pourrait se concentrer sur une seule auto en 2019 même si aucune décision n’a été prise. Il est également en pourparlers avec SO24 pour une nouvelle association aux 24 Heures du Mans !

AVF By Adrián Vallés (Dallara P217) #30 de Konstantin Tereschenko et Henrique Chaves, 15e au championnat avec 6 points

Bilan 2018 : débarquant de monoplace (Formula Renault 3.5 Series et Eurocup Formula Renault 2.0) comme Racing Engineering, l’équipe espagnole avait tout à apprendre : le championnat, la voiture et l’Endurance. Ce fut compliqué avec une auto en retrait par rapport aux Ligier et ORECA. Le meilleur résultat reste une 8e place à Silverstone. Pourtant, les deux pilotes ont réussi a hisser la #30 dans les 5 premières places de certaines courses, sans jamais pouvoir y rester !

Perspectives 2019 : Vu sur la grille à Portimão, Adrian Vallés nous a confié l’envie de poursuivre en European Le Mans Series. Il n’a pas précisé le châssis.

High Class Racing (Dallara P217) #49 de Dennis Andersen et Anders Fjordbach, 16e au championnat avec 5.5 points.

Bilan 2018 : Auteur de deux podiums en 2017 et d’une 6e place finale au championnat, on attendait mieux de l’équipe danoise. La #49 n’a pas fait mieux que deux 9e places. Décevant ! Anders Fjordbach nous a confié : ”Ça a été difficile cette saison. Nous avons été en délicatesse si on compare avec les ORECA. C’est un peu plus dur que ce que nous pensions. J’espère que nous serons plus proches l’année prochaine, mais 2018 a été long ! »

Perspectives 2019 : Peter Utoft, le patron de High Class Racing, nous a avoué vouloir poursuivre en ELMS avec une voiture. Une deuxième pourrait même être alignée ! 

Cetilar Villorba Corse (Dallara P217) #47 de Roberto Lacorte, Giorgio Sernagiotto et Felipe Nasr, 17e au championnat avec 4.5 points.

Bilan 2018 : le début de saison de la sympathique équipe italienne a été marqué par la blessure de Andrea Belichi. Il a été remplacé au pied levé par l’ancien pensionnaire Sauber F1, Felipe Nasr, dès Monza. Le tout nouveau champion IMSA a beaucoup apporté à l’écurie, mais avec un Silver et un Bronze dans l’équipage et vu le niveau des équipes cette saison, il était difficile de pouvoir viser mieux. Quelques coups d’éclat du Brésilien sont à noter comme le fait d’avoir occupé la tête de course au Portugal après une heure !

Perspectives 2019 : les plans de la structure transalpine ne sont pas définis pour le moment. Cetilar Villorba Corse veut absolument faire les 24 Heures du Mans, course très importante pour eux. Nous devrions cependant les revoir en ELMS en 2019 s’ils veulent faire Le Mans, mais des envies d’un passage en WEC ne sont pas à exclure.

TDS Racing (ORECA 07 #33, 7e au championnat avec 36 points), Signatech Alpine (Alpine A470 #36, 13e au championnat avec 10 points), SMP Racing (Dallara P217 #35, 14e au championnat avec 6 points).

Ces trois équipes ont disputé quelques courses. Signatech Alpine et TDS Racing sont venues principalement préparer le WEC. Les hommes de Philippe Sinault ont signé une 5e place lors de la manche d’ouverture au Castellet avec Pierre Thiriet et André Negrão (Alpine A470).

TDS Racing est monté à deux reprises sur le podium, 2e au Paul Ricard et à Monza, avec le trio composé de François Perrodo, Loïc Duval et Matthieu Vaxivière. Par contre, peu de chance au Red Bull Ring avec une 9e place. On n’a plus revu la #33 après l’Autriche. On ne devrait pas retrouver ces deux équipes l’an prochain vu leur implication en WEC.

SMP Racing n’a disputé que les quatre premières manches ELMS 2018 avec sa Dallara P217 #35 confiée à Matevos Isaakyan, Egor Orudzhev et Victor Shaitar. Pourtant, l’écurie est au final la meilleure représentante de la marque italienne avec comme résultat une 7e place au Red Bull Ring. Cependant, il est bon de rappeler que, l’an passé, elle comptait une victoire au Catellet, deux podiums et avait terminé l’exercice 2017 à la 4e place finale au championnat Equipes ! En 2019, SMP Racing aimerait repartir sur un programme ELMS à temps complet avec une voiture.

Voitures confirmées Voitures en attente de confirmation

Voitures supplémentaires en attente de confirmation

IDEC Sport (2)

United Autosports (2)

Panis-Barthez Competition (1)

Duqueine Engineering (1)

AVF By Adrián Vallés (1)

High Class Racing (1)

Algarve Pro Racing (1)

RLR MSport (1)

Cool Racing (1)

Inter Europol (1)

Total : 12 

 

 

 

 

 

G-Drive Racing (1)

SMP Racing (1)

Racing Engineering (1)

DragonSpeed (1)

Graff (1 ou 2)

Cetilar Villorba Corse (??)

Total : 6 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Panis-Barthez Compétition (1)

High Class Racing (1)

Algarve Pro Racing (1)

Total : 3