Auto

Le cinéma ment, pas le sport !

Endurance Info
3 aoû. 2021 • 9:50
par
lmercier
Pour Jean-Luc Godard, le cinéma ment, pas le sport. Fallait-il montrer les images de l'accident aux 24H de Spa ? Le débat a suscité beaucoup de discussions dans et en dehors du paddock.
Spa

"Motorsport is dangerous". Ces trois mots, qu'il est inutile de traduire, sont inscrits sur chaque accréditation distribuée aux acteurs du monde du sport automobile, de la Formule 1 au rallye régional. C'est bien d'ailleurs l'une des rares choses que toutes les disciplines partagent. Les 24H de Spa ont d'ailleurs permis de faire une piqûre de rappel comme quoi le sport automobile était dangereux. 

 

L'accident en début de course impliquant quatre pilotes a ouvert un débat sur le "fallait-il montrer les images ou pas ?" Chacun a sa propre opinion sur le sujet sachant qu'aucune vidéo officielle n'a été diffusée, même une fois que le bulletin de santé des quatre pilotes ait confirmé que les jours de Kévin Estre, Davide Rigon, Franck Perera et Jack Aitken n'étaient pas en danger. 

 

Ce que tout le monde a bien compris, c'est qu'il n'était pas possible de montrer les images dès le début sans connaître avec certitude l'état de santé des pilotes. Les sorties de piste font partie de ce sport, cela ne fait aucun doute. La réflexion qui va suivre n'engage qu'une seule personne : moi-même. 

 

L'accident...

 

Samedi après-midi, tout le monde est tout feu tout flamme avec le départ des 24H de Spa. La joie sera de courte durée. Alors que nous sommes aux commentaires, on sent qu'il se passe quelque chose. La procédure de full course yellow est activée : 80 km/h pour tout le monde. La raison ? Personne ne la connaît. Avec mon acolyte Thomas Bastin, nous connaissons suffisamment le sport automobile pour comprendre qu'il se passe quelque chose de grave. On se doute qu'un accident s'est produit. Forcément, on suspecte le Raidillon, on apprend vite que plusieurs GT3 sont impliquées. Nous n'avons pas la moindre image, ce qui laisse penser que c'est grave. En scrutant le classement, on comprend vite quels pilotes sont impliqués. Parmi les quatre se trouvent Kévin Estre et Franck Perera. En toute logique, mes relations avec eux sont bien plus proches qu'avec Davide Rigon et Jack Aitken. On s'inquiète pour les quatre, mais plus pour deux d'entre eux compte tenu des relations. Le temps semble une éternité, il faut continuer à commenter sans trop cogiter. Le métier de Thomas est commentateur, ce n'est pas le mien. Personnellement, je n'avais jamais été confronté à une telle situation. Certains attendaient des images de l'accident, d'autres des nouvelles rassurantes des pilotes. 

 

Les nouvelles...

 

Dans cet accident, on ne parle pas d'un mix Pro/Am mais bien de quatre pilotes professionnels de talent. On apprend que Kévin est ok, que Franck va bien. Pour Davide et Jack, on sait juste que leurs jours ne sont pas en danger. Soulagement ! Alain Adam, directeur de course, donne des nouvelles des pilotes à la radio, des infos sont diffusées aux journalistes en salle de presse. Petit à petit, les infos sont de plus en plus rassurantes. Les SMS échangés avec Kévin et Franck confirment que l'accident a été violent mais qu'ils vont bien. Décidément, Franck Perera est chat noir cette année avec un nouvel accident dont il n'est aucunement responsable.

 

Les images...

 

Aucune image n'a été diffusée officiellement. Pour cacher la vérité ? Pour maquiller l'info ? Pour réécrire l'histoire ? Passer sous silence des faits ? Pour ne pas choquer les partenaires ? Nier la vérité ? On a lu beaucoup de conneries...

 

Dire que l'on réécrit l'histoire si on ne montre pas les images est exagéré. On ne réécrit rien car l'accident n'a pas été caché. En montrant une Porsche 956 sans son sponsor cigarettier, là on réécrit l'histoire. Aucune vérité n'a été cachée, rien n'a été maquillé ou passé sous silence. Il y a bien eu un grave accident impliquant quatre GT3. La question est de savoir s'il fallait diffuser les images après coup.

 

Vous allez me dire qu'on a bien vu Romain Grosjean dans sa F1 en flammes. On voit bien de gros accidents en NASCAR ou en IndyCar. Alors pourquoi pas quatre GT3 à Spa ? En sport automobile, toutes les disciplines ne sont pas logées à la même enseigne. Avant son accident, Romain Grosjean était raillé, moqué et on ne compte plus les messages comme quoi il n'avait plus sa place en F1. Un accident plus tard, il fallait lui donner une Mercedes F1 pour toute la saison 2021 Son pilotage a changé ? Pas que je sache. Tout dépend de ce que l'on fait de l'info.

 

Quelques minutes après l'arrivée des 24H, la RTBF, qui avait un plateau sur place, est revenue sur la course. Enfin si on peut dire... La chaîne belge a diffusé les images de l'accident à plusieurs reprises. On y voyait clairement l'épave de la Lamborghini de Jack Aitken avec le casque du pilote la tête penchée en avant. Oui c'est le sport automobile, mais ça apporte quoi de passer les images e boucle ? De rappeler que c'est un sport dangereux ? On le sait déjà. Il faudra attendre plusieurs minutes pour que le présentateur dise : "maintenant, parlons de la course". Donc, on en fait des caisses sur un accident pour évoquer rapidement la fin de course avec un Alessandro Pier Guidi volant sur l'eau et un Dries Vanthoor, lui aussi le couteau entre les dents, certainement surpris de voir que l'Italien a eu les c***** de passer par l'extérieur. L'accolade entre les deux faisait plaisir à voir. On a senti du respect entre deux grands pilotes. C'est tout de même plus intéressant.

 

Le traitement de l'info...

 

Ce qui personnellement me choque est comment sont traitées les infos. Nous sommes à Spa, dans le virage où est tragiquement décédé Anthoine Hubert. On veut quoi ? Que les médias non spécialisés s'emparent des images pour dire qu'on a frôlé une nouvelle fois la mort à Spa ? Saviez-vous qu'un média, qui ne parle jamais de sport automobile, a chercher à acheter des images de l'accident de samedi dernier ? Vous croyez vraiment que ce média a vanté les mérites des dépassements d'un Kévin Estre de nuit il y a deux ans à Spa ? Non car ce même média n'a certainement jamais entendu parler de Kévin Estre. On ne veut pas faire d'info mais du sensationnel. 

 

En 1970, les gens faisaient l'amour sans protection. A la fin des années 90, il m'arrivait de rouler à 200 km/h sur autoroute. En 2021, on me traiterait de criminel. Les temps ont changé et la diffusion des informations a été bouleversée par l'arrivée des réseaux sociaux. On montre suffisamment d'accidents. 

 

En mai dernier, Tom Pernaut, le fils de Jean-Pierre Pernaut et Nathalie Marquay, disputait une course de Fun Cup à Magny-Cours. Un magazine titrait : "Leur fils victime d'un terrible accident de voiture !" Les autres gros titres de l'article : "Quatre bolides barraient le circuit quand le bolide du jeune homme a surgi" / "La course a dû être arrêtée le temps d'évacuer la piste." Vous lisez l'article et vous y apprenez  qu'il y a eu un accrochage au moment où arrivait Tom et qu'il est parvenu à passer à côté de l'accident pour finalement terminer la course. Elle est là la désinformation. 

 

Nous sommes dans une période où le sport auto est contraint malheureusement de faire profil bas : pollution, bruit, coût, dangerosité, inutilité. A titre personnel, je ne suis pas persuadé que la diffusion des images serve le sport auto dans son ensemble. La Formule 1, la NASCAR ou l'IndyCar peuvent se le permettre. Pas certain que l'Endurance soit logée à la même enseigne en 2021. On parle aussi d'un rallye quand il y a un mort, pas plus... 

 

Les pilotes doivent être vus comme des gladiateurs. Certains de mes héros de jeunesse sont morts en piste ou en dehors, mais mes amis pilotes, que je considère toujours comme des gladiateurs, je veux les voir en vie et pas à la Une d'un journal télévisé qui n'a jamais rien compris au sport auto. Pas plus tard qu'hier soir, j'ai posé la question de la diffusion des images à Guillaume Moreau qui a suivi les 24H de Spa. Lui est bien placé pour en parler. En 2012, son prototype a quitté la piste au Mans. Aucune image officielle sauf celle de la sécurité du circuit. Ce jour-là, Guillaume a frôlé la mort. Selon lui, il fallait diffuser les images de l'accident de Spa car cela fait partie de la course. 

 

Il est de toute façon très facile de trouver ces images sur la toile. Moi, je préfère retenir de cette course qu'il y avait 58 GT3 au départ, que cette édition a été tellement folle que Thomas Bastin a été le meilleur sur les pronostics. Lui aussi mériterait la Une après avoir pris cher depuis deux ans. Messieurs les pilotes (et Thomas), vous avez tout mon respect. The Show Must Go On ! 

 

 

Commentaires (9)

Connectez-vous pour commenter l'article

CLOCLO31

3 aoû. 2021 • 14:14

D'accord sur le fond, même s'il y a parfois mélange des genres dans l'argumentaire.
Le choix fait de ne pas passer les images sur le critère de l'état de santé incertain des pilotes , tout en informant, était le bon. Dans d'autres cas, diffuser n'aurait pas été un problème.
Reste la dangerosité du raidillon où les dégagements sont vraiment insuffisants au vu des vitesses atteintes et des compressions encaissées par les voitures , même en GT : inquiet pour la suite.

Dam22

3 aoû. 2021 • 11:10

Très bon article.

On est la avant tout pour voir la course, ok les accidents font parties de la course mais ce n'est pas essentiel de les voir, surtout quand il y a un doute sur l'état physique des pilotes.

C'est accident restera dans les mémoires, mais c'est surtout le dépassement de Pier Guidi et cette course toujours complètement folle qui marquera cette édition !

s.causero11@gmail.com

3 aoû. 2021 • 10:58

Sans penser aux personnes et médias extérieurs au sport automobile qui nous veulent tant de mal. J'aurais tendance à dire qu'il faut diffuser les images. Pas les premières minutes lorsque c'est un énorme crash.
Mais une fois que l'on sait que le pilote n'est pas mort sur le coup et est plus ou moins bonne santé.
Pour moi il faut les diffuser pour éduquer, pour comprendre. Pour ne pas traumatiser les gens.
Si on ne diffuse plus aucune image de crash sévère. On va doucement commencer soit à penser que les crashs ne sont pas dangereux, soit être traumatisé par un énorme accident mortel et paniquer à chaque fois qu'une auto dégringole dans le classement et qu'un FCY est déployé parcequ'on ne voit pas donc on ne peut pas juger la gravité de la situation.
J'ai trouvé la façon de gérer l'accident de Romain par la F1 très bonne.
On ne sait pas ce qu'il se passe pendant 1mn30 je crois (temps qui semble durer 15 minutes). Puis on voit en premier le pilote en bonne santé. Avant de revoir en boucle le crash afin de comprendre exactement ce qu'il s'est passé, qu'est-ce qu'il fait qu'il peut avoir tel ou tel blessure et qu'est-ce qui fait qu'il est en vie.
Néanmoins cette politique est à double tranchant. Cela peut être traumatisant pour certains de voir en boucle l'accident d'un pilote. Avant d'apprendre deux heures plus tard qu'il est mort de blessures interne.
Mais ce choix va dépendre de la vision du sport auto et de la personnalité de chacun.

Mais ton paragraphe sur le traitement de l'info est très vrai. On à tendance à l'oublier, mais on subit des attaques de tout les cotés. Et effectivement, même si les accidents sont normalement de plus en plus rares. C'est peut-être pas la chose la plus intelligente à faire que de servir des images choquantes aux médias et aux détracteurs qui ne comprennent déjà pas le sport automobile et ses enjeux.

francois.santos@sfr.fr

3 aoû. 2021 • 10:42

Bonjour Laurent,
Très bon article dont je partage le fond, nous les pratiquants de ce sport connaissons les risques et je préfère voir ce genre d'information traitée avec sérieux par des journalistes du milieu qui ne cherchent pas le sensationnel.
Je me souviens du tragique dernier Rallye de l'Yonne où la responsable de l'office de tourisme était venu au parc de départ nous demander ce qu'il se passait car tout les "médias" parisiens avait fait exploser le standard avides de sang et de larmes...
Enfin, le principal est que les quatre pilotes aillent bien et que le Sport Automobile continue de nous faire rêver.