Thomas Laurent (Jackie Chan DC Racing) : « Même en rêve, je n’avais jamais imaginé ce résultat »

L’histoire d’amour entre Thomas Laurent et Le Mans ne cesse de grandir. En septembre 2015, le Vendéen, alors âgé de 17 ans, décrochait la Coupe du Monde KZ2 sur la piste Alain Prost du Mans. En juin 2016, il raflait le Road To Le Mans sur une Ligier JS P3. Trois mois plus tard, il montait sur la deuxième marche du podium en Porsche Carrera Cup sur le Circuit Bugatti. Juin 2017, c’est la deuxième marche des 24 Heures du Mans qui l’attend avec en prime une belle victoire en LM P2 assortie d’une heure passée en tête de la plus grande course d’endurance au monde. La Vendée a Vendée U Pays de la Loire en cyclisme, le Vendée Globe en voile, elle a Thomas Laurent en sport automobile.

« Depuis deux ans et mon titre en karting, tout s’est très vite enchaîné avec le David Cheng Racing » sourit Thomas Laurent. « J’ai débuté par le LM P3 en Asian Le Mans Series avec Ho-Pin et David, ce qui m’a permis d’apprendre l’Endurance et de décrocher trois succès en autant de courses. C’est là que j’ai compris que cette discipline me convenait très bien. » 

Aussi étrange que cela puisse paraître, le brillant kartman a toujours préféré les courses longues à la monoplace. Dès notre première à rencontre en septembre 2015 à Magny-Cours où il découvrait la Ligier JS P3, Thomas Laurent n’avait qu’une seule idée en tête : aller au Mans et pas pour une course de karting.

La saison 2016 lui a permis de s’aguerrir au trafic en European Le Mans Series sur une Ligier JS P3 du team d’Yvan Muller avant de jouer les premiers rôles en Asian Le Mans Series sur une ORECA 03R du Jackie Chan DC Racing. 2017 a débuté par une victoire en Championnat du Monde d’Endurance à Silverstone sur l’ORECA 07/Jackie Chan DC Racing qu’il partage avec Ho-Pin Tung et Oliver Jarvis. Spa s’est poursuivi par un nouveau podium et le rookie des 24 Heures du Mans repart de la Sarthe aux commandes du championnat (avec Ho-Pin Tung et David Cheng) avec un boulevard d’avance sur la concurrence.

« J’ai commis une petite erreur au début de mon premier relais » se souvient le lauréat du Prix Jean Rondeau 2017. « Par la suite, je me suis calmé en remettant les compteurs à zéro. J’avais une totale confiance dans toute l’équipe pour remettre l’auto devant. Voilà où nous en sommes maintenant. On espérait ramener de gros points dans l’optique du championnat. Chaque fois que je viens au Mans, il m’arrive quelque chose de positif. C’est génial de terminer 2e. »

Les problèmes rencontrés par les LM P1 ont permis aux LM P2 de se montrer, notamment l’ORECA 07/Jackie Chan DC Racing #38 : « J’ai mené la course une petite heure, ce qui est juste magnifique. J’avais fait quelques calculs dans ma tête et je me doutais que la Porsche allait revenir. L’important était de prendre les points au championnat et il fallait maintenir l’écart avec le deuxième, sans oublier d’être précautionneux avec les pneus, les freins et les vibreurs. Ramener l’auto à bon port était l’objectif. Même en rêve, je n’avais jamais imaginé ce résultat. Monter sur le podium est juste impensable. »

La prochaine étape de Thomas Laurent peut passer par un titre mondial LM P2 avant de voir plus haut. Porsche et Toyota vont devoir chercher un pilote pour le Rookie Test LM P1 de fin de saison et il ne peut pas en être autrement d’y retrouver le Vendéen au volant d’une des LM P1 qu’il a bien failli mettre à terre aujourd’hui. L’histoire ne fait que commencer…