Matt McMurry : « La Cadillac DPi V-R est une voiture fantastique »

Matt Mc Murry -le plus jeune pilote à avoir pris le départ et terminé les 24 Heures du Mans, Matt étant âgé de 16 ans et 202 jours lors de l’édition 2014 qu’il disputa sur une Zytek Z11 SN- était la semaine dernière à Daytona pour le Roar Before the 24, essais préliminaires des 24 Heures de Daytona. La Cadillac s’est placée régulièrement dans le Top 6, Matt McMurry signant le deuxième meilleur chrono de la deuxième séance.

 Il conduisait pour la première fois en public la Cadillac DPi V-R du Spirit of Daytona Racing, associé à Tristan Vautier -avec qui il fera la saison complète de l’IMSA- et Eddie Cheever III.

Matt, qui n’est plus un teenager depuis novembre dernier, est revenu avec nous sur ces essais :

Matt, vous avez piloté pour la première fois à Daytona une Cadillac DPi V-R. Que pensez-vous de cette voiture et comment se sont passées ces trois journées d’essais ?

« La Cadillac DPi V-R est une voiture fantastique. J’ai aussi piloté les dernières Ligier et ORECA, mais la Cadillac est ma préférée. C’est une voiture agréable à piloter, dont peut prévoir le comportement et qui a beaucoup de puissance. Même si nous ne l’avons reçu que depuis quelques semaines, nous n’avons eu aucun problème sur la voiture et donc nous avons été capables de bien progresser sur notre set-up pour la course.

Le team a fait un boulot superbe pour préparer la voiture. L’équipe et mes coéquipiers Tristan Vautier et Eddie Cheever III sont tous super sympa et j’ai vraiment apprécié le temps que j’ai passé avec eux. Heureusement, Tristan, Eddie et moi nous sommes à peu près de la même taille et nous avons des styles de pilotage similaires, ce qui facilite le partage de la voiture. »

En 2015 vous pilotiez à Daytona une Ligier JS P2 et l’année dernière au Mans une Ligier JS P217. Est-ce très différent de la Cadillac ?

« La voiture est dans une autre catégorie si on la compare à la génération précédente des LMP2 comme la JS P2 et la Zytek. La Cadillac a davantage de puissance et de grip que les voitures de la précédente génération ? Comparée à la JS P217, la Cadillac a un peu plus de puissance à bas régime la sortie de virage. Je pense que la Cadillac est également un peu plus facile à conduire car elle est davantage prévisible et répond mieux aux sollicitations des pilotes. Parfois, on avait l’impression de devoir se battre avec la JS P217 pour faire un chrono, mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’avoir cette sensation avec la Cadillac. »

Quels sont vos objectifs pour 2018 ? Le Mans fera partie du menu de l’année ?

« Cette année, je vais me battre pour le Championnat IMSA WeatherTech, je crois que je pilote pour le compte d’une des meilleures équipes du paddock, et j’ai également avec un excellent coéquipier. Nous avons vraiment une forte chance de lutter pour des podiums tout au long de la saison. Pour Le Mans, actuellement je n’ai pas de projets, mais j’y suis toujours ouvert ! J’aimerais y revenir. »