Marc Rostan et Christian Kelders, deux gentlemen intégrés dans un environnement professionnel

#26 SAINTELOC RACING (FRA) AUDI R8 LMS GT3 CHRISTIAN KELDERS (BEL) MARC ROSTAN (FRA) CHRISTOPHER HAASE (DEU) PRO AM CUP

Beaucoup disent que la Blancpain Endurance Cup n’est plus qu’un lieu réservé aux pilotes professionnels, ce qui n’est pas l’avis de Stéphane Ratel, promoteur du championnat. Le patron de SRO Motorsports Group a l’habitude de dire que ‘le championnat Blancpain est réservé aux gentlemen où les pilotes professionnels sont acceptés’. Les Jean-Luc Beaubelique, Gilles Vannelet ou Ahmad Al Harthy sont le parfait exemple des gentlemen pleinement intégrés. C’est aussi le cas de Marc Rostan et Christian Kelders, tous deux habitués du championnat Blancpain.

Avec 12 participations aux 24 Heures du Mans, Marc Rostan est loin d’être un débutant. Classé Bronze par la FIA, le Parisien qui roule occasionnellement, fait cause commune avec Christian Kelders dans le baquet d’une Audi R8 LMS du Saintéloc Racing. Le Belge, fidèle à la catégorie GT3, roule aussi bien en moderne qu’en rallye. Pour épauler les deux gentlemen, l’équipe managée par Fred Thalamy a fait appel à Christopher Haase, pilote Audi GT classé Platinum par la FIA. A eux trois, ils forment un équipage pour les premières places en Pro-Am. Marc Rostan et Christian Kelders nous ont donné leur sentiment sur leur engagement en Blancpain Endurance Cup et le partage de la piste avec les professionnels.

#26 SAINTELOC RACING (FRA) AUDI R8 LMS GT3 MARC ROSTAN (FRA) PRO AM CUP

« On a l’impression que les pilotes professionnels jouent leur carrière sur une course alors que le championnat n’est pas le plus médiatisé » nous a déclaré Marc Rostan. « C’est paradoxal car il y a de plus en plus de pilotes professionnels. Le championnat est plus axé Pro que Pro-Am. Cependant, on remarque que même en Bronze Test, les chronos sont bons. »

« J’ai hésité à revenir dans le championnat » nous a confié Christian Kelders. « Le bon travail effectué par Saintéloc Racing durant l’hiver sur l’Audi R8 LMS m’a séduit et j’ai décidé de rempiler. La voiture est meilleure cette année mais le niveau en agressivité a augmenté. A Silverstone, nous n’avions que le Bronze Test et les deux fois une heure d’essais libres, ce qui fait peu. Il est normal qu’on se cherche encore un peu et les professionnels sont guère patients pour trouver l’ouverture. »

#26 SAINTELOC RACING (FRA) AUDI R8 LMS GT3 CHRISTIAN KELDERS (BEL) MARC ROSTAN (FRA) CHRISTOPHER HAASE (DEU) PRO AM CUP

Sans ses partenaires, Marc Rostan resterait à la maison : « Je peux rouler uniquement grâce à mes fidèles partenaires qui cherchent une organisation de qualité, ce qui est le cas de la Blancpain GT Series. Il est possible de faire une belle opération de communication autour des 24 Heures de Spa. »

Marc Rostan et Christian Kelders sont épaulés par un pilote professionnel, ce qui n’est pas sans les ravir. « C’est forcément positif pour nous de rouler avec un professionnel » souligne le Belge. « Christopher partage son expérience de la course et nous fait progresser. »

#25 SAINTELOC RACING (FRA) AUDI R8 LMS GT3 CHRISTIAN KELDERS (BEL)

« Quand je pense que c’est un gamin de 28 ans qui m’explique les choses » sourit Marc Rostan. « Pour redevenir sérieux, j’apprécie d’avoir Christopher à mes côtés. Notre problème reste le rythme. C’est là que c’est avantageux pour nous d’avoir le soutien d’un pilote Audi car il nous permet de connaître nos points forts et nos points faibles. Je préfère rouler en Pro-Am où je vais terminer 10e plutôt que rouler à quatre ou cinq en Am. La bonne qualification de Monza nous permettait d’envisager le podium en Pro-Am. Mais ça, c’était avant le carambolage du départ. »

« Les courses deviennent de plus en plus compliquées » poursuit Christian Kelders. « Les pilotes professionnels prennent de plus en plus de risque. On doit en plus s’accommoder des pneus Pirelli, ce qui n’est pas une mince affaire. »

Le trio Haase/Rostan/Kelders a terminé au pied des points à Silverstone et compte maintenant retrouver le haut de l’affiche fin juin au Paul Ricard.