Classic

Une Corvette C1 des 24 Heures du Mans 1960 proposée par RM Sotheby's à Amelia Island

Featured
Le Mans
3 avr. 2021 • 14:01
par
David Bristol
Redécouvert en 2012 et tout récemment annoncé à la vente, un extraordinaire exemplaire d'une Corvette C1 qui a disputé les 24 Heures du Mans 1960 sera à vendre lors de la vente annuelle de RM Sotheby's à Amelia Island le 22 mai 2021 !Avant Ford contre Ferrari, une autre équipe d'ambitieux pilotes, mécaniciens et ingénieurs américains s'est rendue en Europe pour prouver la valeur des voitures de sport fabriquées aux États-Unis. Nous sommes en 1960 et l'équipe est dirigée par le légendaire entrepreneur et constructeur de courses Briggs Cunningham.Bien avant, une équipe de General Motors avait travaillé à la mise au point d'une voiture de compétition destinée à participer à des épreuves d'endurance de premier plan telles que Sebring, Daytona et le joyau de la couronne, Le Mans. Cette équipe était dirigée par Ed Cole et gérée par Arkus-Duntov, les essais du véhicule étant effectués par certains des pilotes américains les plus remarquables de l'époque, dont Cunningham. Cependant, le développement est lent, le désastre du Mans 1955 et l'évolution des sentiments à l'égard de la course automobile aboutissent à l'interdiction de compétition par l'Automobile Manufacturers Association, qui interdit tous les programmes de course officiels des constructeurs américains à compter du 1er juin 1957.À la fin de l'année 1958, la concurrence s'est intensifiée et le développement a repris, bien que soutenu par des accords strictement officieux entre les constructeurs et les équipes de course privées. Les négociations avec Cunningham se terminent le 7 janvier 1960 et, le 19 janvier, l'équipe de Duntov prépare une série de moteurs de course sur mesure destinés à être installés dans les voitures à acquérir. Le 16 mars, trois Corvette équipées sont achetées par Cunningham. Pour dissimuler l'implication de Chevrolet, tous les châssis ont été acquis par l'intermédiaire du concessionnaire Don Allen Midtown Chevrolet de New York.
Pour avoir une chance de réussir au Mans, les Corvette de Cunningham avaient besoin d'une expérience sur piste. Les C1 se présentent donc aux 12 heures de Sebring le 26 mars, suivies d'un essai au Mans le 9 avril. Malheureusement, Sebring n'est pas de bon augure pour l'équipe. Après seulement 27 tours de course, la Corvette #1 est victime d'une défaillance du moyeu arrière qui a été catapultée d'un bout à l'autre de la voiture. Heureusement, le pilote John Fitch s'en sort avec des blessures mineures. Quelque 14 tours plus tard, la Corvette #2, pilotée par Fred Windridge, subit une panne de moteur, ce qui la contraint à un nouvel abandon prématuré.Sans se laisser décourager par leur sortie décevante à Sebring, l'équipe de Cunningham entreprend de réparer les dommages subis par le châssis #2538 et d'équiper les deux autres voitures de moteurs de course reconstruits et de modifications supplémentaires glanées lors des essais.
Aux 24 Heures du Mans 1960, trois Corvette C1 sont engagées par Briggs S.Cunningham. La # 1 est confiée au patron Briggs Cunningham et William Kimberley, la #2 à Dick Thompson et Fred Windridge tandis que la #3 est aux mains de John Fitch et Bob Grossman. Un prototype Jaguar est également aligné et pilotée par Dan Gurney et Walt Hansgen. Cette Jaguar E2A était en fait un essai de la future Jaguar E-Type. Bien que son châssis futuriste et son aérodynamisme soient fièrement affichés, et bien qu'elle ait établi le record du tour au Mans pendant les essais, ce prototype Jaguar ne termine pas la course. Les espoirs de l'Amérique, et même la fierté de l'équipe Cunningham, reposaient alors sur les Corvettes.Heureusement, l'équipe Cunningham avait un « compatriote clandestin » dans la bataille contre les meilleures voitures de sport d'Europe : General Motors. Bien que le soutien soit officiellement "officieux", GM dépêche le génie de l'ingénierie en charge de sa division Corvette, Zora Arkus Duntov, pour fournir conseils et assistance. Le constructeur a également financé la réalisation d'un film substantiel pour documenter cet effort, comprenant trente-quatre minutes d'images de courses historiques parmi les plus fascinantes jamais capées (documentaire proposé demain matin).
Dotées de moteurs V8 préparés pour la course, avec injection et culasses en aluminium testés personnellement par Duntov au centre technique de GM à Dearborn, les Corvette C1 LM ont été considérablement modifiées, avec des réservoirs d'essence de sport automobile, montés au centre de leur pont arrière, deux pompes à essence électroniques (commandées par des interrupteurs sur le tableau de bord), et un tachymètre avec une aiguille de balayage, afin que Cunningham puisse s'assurer que ses pilotes ne surrégulent pas ses précieuses Corvette LM.Malheureusement, bien que William Kimberly soit un pilote extrêmement professionnel et que le moteur de sa Corvette n'ait pas été sollicité au début de la course, deux heures plus tard, les conditions météorologiques tristement célèbres du Mans ont littéralement frappé de plein fouet sa Corvette LM #1. "Un mur de pluie a forcé la Corvette n° 1 de Kimberly à sortir de la piste au virage de Maison Blanche et il a fait un tonneau. L'essence renversée a pris feu et a brûlé le câblage d'allumage du moteur. Si cela n'était pas arrivé, il aurait peut-être pu rentrer aux stands, et la voiture aurait pu terminer la course après quelques réparations. Mais vous ne pouvez pas réparer une voiture sur le parcours, elle doit retourner aux stands", résumé Dick Thompson, pilote de la «#2, indiquant que la Corvette #1 était endommagée, mais réparable.
Justement, sa voiture disparait un peu plus tard sur des soucis similaires. Alors pilotée par Thompson lui-même, il sort de la piste dans le même virage, endommageant la carrosserie avant et arrière. Bien que la #2 rentre aux stands et soit réparée, une autre panne moteur au 207e tour contraint la voiture à l'abandon. La Corvette n°3 pilotée par Bob Grossman et John Fitch s'est avérée la plus résistante des voitures Cunningham, remportant la catégorie GT-5.0 et terminant 8e au classement général avec 281 tours effectués.Après Le Mans, les trois Corvette de Cunningham ont été ramenées aux États-Unis et il a rendu les moteurs à Burrell chez GM. Les trois châssis ont ensuite été transmis à l'allié de Cunningham, Bill Frick de Rockville Centre, New York, qui a procédé à la vente des voitures en Floride. Contrairement à ses frères, le châssis #3535 a été immédiatement vendu par Frick à un autre ami de Cunningham, le coureur SCCA Marshall "Perry" Boswell Jr. de Delray Beach, en Floride. Boswell a reçu la voiture " telle qu'elle a été courue ", à l'exception du moteur et du toit rigide ; même la cocarde du Mans était encore intacte. Selon des recherches historiques, la voiture est passée entre les mains de plusieurs propriétaires locaux.
Une chose est certaine : depuis cette édition de 1960, la réputation internationale de Corvette a été établie pour toujours. En regardant les Corvette C1, peintes en blanc avec des bandes bleues, être déchargées au port du Havre, puis se faufiler dans les rues étroites pour arriver au Mans, on commence à comprendre à quel point l'effort était international. "Nos voitures étrangères ont reçu beaucoup d'attention de la part des Français. Je suppose qu'ils n'avaient pas vu beaucoup de Corvette", déclare Thompson. Quatre décennies plus tard, l'équipe Corvette Racing est toujours si populaire auprès de la population française avec une photo officielle de l'équipe portant tous des bérets et de fausses moustaches.Des voitures comme cette Corvette C1 LM 1960 (châssis 3535) sont devenues des outsiders bien-aimés, donnant le ton aux efforts internationaux de GM en matière de sport automobile, qui ont connu un grand succès jusqu'à ce jour. Dans l'ère moderne, Corvette Racing a remporté seize victoires avec la C6.R, ce qui prouve que le succès au Mans n'était pas une exception. Cela a également fait de ce trio exceptionnellement rare de voitures de course du milieu du siècle une classe à part. Le célèbre collectionneur Bruce Meyer possède à la fois la Corvette C1 LM #2 et la Corvette C6.R 2009. La Corvette C1 LM #3 de Fitch n'est pas moins emblématique. Elle a elle-même inspiré un long documentaire sur sa redécouverte et sa restauration par l'équipe père-fils de Lance et Chip Miller.
Pour faire simple, ce châssis de Corvette LM est un monument de l'histoire de la course automobile américaine. La présentation de cette #1 à Amelia Island en mai 2021 sera un événement important. Cette voiture est digne d'une restauration complète. Peut-être qu'un jour, bientôt espérons-le, nous pourrons voir les trois Corvette C1 de Cunningham alignées une fois de plus sur la grille de départ au Mans. Les amateurs de sport automobile de tous les pays seraient certainement ravis de les revoir !Estimation : $900,000 - $1,300,000

Commentaires

Connectez-vous pour commenter l'article