Classic

1983, l'année de l'arrivée des Porsche 956 privées...

24 Heures du Mans
8 juin. 2021 • 20:25
par
lmercier
En 1982, Porsche faisait débuter sa 956 avec un triplé historique aux 24 Heures du Mans, la #1 devant la #2 et la #3. Un mois plus tôt, la 956 débutait sa carrière aux 6H de Silverstone avec une 2e place à la clé. Plus de 40 ans après l'épopée de la 956, Porsche débutera en LMDh. Quel peut donc être le rapport entre ces deux programmes si éloignés dans le temps ? Porsche n'a pas encore annoncé les détails de son engagement en LMDh, à savoir s'il y aura des protos pour des clients comme du temps du Group C.
Porsche 956

La première année de la Porsche 956, seule l'usine alignait l'auto. L'année suivante, elles étaient 11 au départ et on retrouvait 9 dans le top 10 à l'arrivée. Les deux autres avaient abandonné. A cette époque, on parlait de Joest, Kremer, Fitzpatrick, Llyod, Laessig,  Schornstein et Henn. De septembre 1982 à février 1983, 12 Porsche 956 pour des clients ont été assemblées à Weissach. Le plan initial était d'en construire 10.

 

Porsche 956 Le Mans

 

A Monza, pour le coup d'envoi de la saison 1983, la victoire revenait à Bob Wollek et Thierry Boutsen sur une Porsche privée engagée par Joest Racing. Un ravitaillement en carburant mieux géré a permis de faire la différence en Italie. Sur les dix courses de l'année, quatre étaient remportées par des privés.

 

Porsche 956 Marlboro

 

Si les protos LMDh seront figés niveau réglementation, Porsche a rapidement fait évoluer sa 956 : nouveau train avant, nouveau capot avant, nouvelle barre anti-roulis à l'arrière. L'usine a aussi travaillé sur la consommation et le poids. En revanche, la gestion électronique a souvent fait des siennes.

 

Porsche 956  New Man

 

"Les voitures sont à peu près les mêmes", expliquait Reinhold Joest qui alignait deux Porsche 956 au Mans. "Porsche livre de très bons modèles à ses clients, ce qui facilite leur tâche. Cependant, nous y ajoutons l'expérience de notre écurie." Le sorcier allemand confiait que le moteur de la 956 avait 45 heures de course dans les tripes.

 

Porsche 956 Boss

 

Les titres des journaux étaient tous en faveur de Porsche : "Porsche la terreur", "Porsche et Ickx grandissimes favoris", "Derrière Porsche...le vide", "Un équipage inattendu dans le championnat Porsche", "Tous les records pour Porsche", "Porsche contre Porsche", "Porsche fait figure d'ogre", "Le Grand Prix Porsche", etc etc

 

Porsche 956 BP Malardeau

 

Une usine restant une usine, c'est bien la Porsche officielle #1 qui décrochait la pole avec un 3:16.560 contre 3:20.790 à la Lancia LC02 qui partait elle aussi en première ligne. Pour son chrono, Jacky Ickx disposait d'une puissance de 700 à 7500 chevaux (600 à 630 en course) pour une consommation comprise entre 75 et 80 litres aux 100 km, soit bien au-delà des 54 litres autorisés en course. Les 956 officielles se voulaient tout de même avoir un avantage sur celles des clients.

 

Porsche 956 Marlboro Canon

Commentaires (5)

Connectez-vous pour commenter l'article

Philippe

10 juin. 2021 • 0:18

Quel plaisir de revoir les 956! ça serait effectivement bien qu'il y ai des teams privés en plus des teams officiels. Et pourquoi pas faire de la nostalgie avec les (superbes) sponsors des années 80 sur les LMDh...

vvf36

9 juin. 2021 • 7:02

Si le LMH (Hypercar+LMDh) prend aussi bien, voyez vous un avenir pour le LMP2 ? Seulement 62 box sont disponibles et avec l'arrivée assez prévisible des GT3 au lien des GTE, tout le monde n'aura pas sa place.

lmercier

8 juin. 2021 • 21:50

Il pourrait bien y avoir plus de trois à quatre teams privés Porsche en LMDh. 😉

Adrien72

8 juin. 2021 • 21:30

J'espère trois à quatre team privés avec des Porsche Lmdh en 2023 en sachant qu'on aura quatre officielles pour Porsche Penske.

tophe6672

8 juin. 2021 • 20:35

Bonsoir,
très belle article sur les 956 à la belle époque.