GT4 European Series

Jean-Luc Beaubelique : "Le travail de Jérôme Policand correspond à ce que je souhaite"

GT4 European Series
8 aoû. 2022 • 14:00
par
lmercier à Spa-Francorchamps
A deux meetings de la fin du championnat GT4 European Series, Jean-Luc Beaubelique peut rafler la couronne européenne Pro-Am en compagnie de son complice Jim Pla.
Photo : Kevin Pecks

Fidèle parmi les fidèles du Championnat de France GT, Jean-Luc Beaubelique n’est pas sur sa série nationale cette année pour se concentrer sur la GT4 European Series, toujours en compagnie de Jim Pla sur une Mercedes-AMG GT4 engagée par Akkodis ASP. Avant le meeting de Spa-Francorchamps, le tandem de la #87 pouvait compter sur cinq podiums en six courses et la tête du championnat Pro-Am. 

 

Le dernier meeting de Spa-Francorchamps a été plus compliqué suite à des problèmes électriques récurrents et 14 (12 + 2) points ramenés de Belgique. Malgré tout, Jean-Luc Beaubelique et Jim Pla conservent les commandes du championnat Pro-Am avec 30 longueurs d’avance sur Alex Fontana et Ivan Jacoma.

 

🇬🇧 Jean-Luc Beaubelique : "Jerôme Policand's work correspond to what I want"

 

En plus de son programme de pilote, le Limougeaud suit de près les prestations de Akkodis ASP et 11 ans après avoir remporté la catégorie Pro-Am aux 24H de Spa avec Guillaume Moreau, Franck Morel et Ludovic Badey, son équipe de coeur s'est enfin imposée au général.

Photo : Jules Benichou

Pourquoi ne pas avoir rempilé en FFSA GT ?

 

« Je me suis lassé de l’instabilité des règles sportives et des comportements en piste. En Europe, on se connaît moins et je pense que cela joue. Le comportement est plus professionnel, les équipes viennent d’horizons différents et la BOP est plus raisonnable qu’en France. Avec Jim, nous avons terminé vice-champions en 2021, alors il était normal de revenir pour décrocher le titre. »

 

L’Europe se gère différemment de la France ?

 

« La grosse difficulté est d’avoir une BOP bien équilibrée. Je suis étonné de voir des BOP différentes entre la France et l’Europe sur un même circuit comme on a pu le voir en 2021. J’ai aussi la chance de rouler avec le meilleur pilote Mercedes en GT4. Je trouve également que les GT4 vieillissantes sont très exigeantes. Les autos sont malmenées et toutes ont du poids en plus, surtout les plus grosses autos. Mon ressenti est que les teams qui ont des châssis neufs sont plus rapidement dans le coup. Les Aston Martin, Mercedes et Porsche neuvent fonctionnement de suite. »

Photo : Jules Benichou

Il faut donc être plus viril en piste ?

 

« Les GT4 pénalisées en BOP doivent attaquer encore plus pour compenser. Le circuit le plus dur est le Paul Ricard avec beaucoup de problèmes de pneumatiques, sans compter les suspensions. »

 

La catégorie GT3 ne fait plus partie de vos plans ?

 

« Il y a deux ans, j’ai compris que rouler en GT3 à haut niveau n’était plus pour moi. J’ai bouclé énormément de kilomètres au volant de GT3 mais il faut savoir se faire une raison. Je suis dans un championnat où je m’amuse bien. De plus, le travail de Jérôme Policand correspond à ce que je souhaite. Les championnats GT3 ont dérivé vers des solutions professionnelles et c’est tant mieux. »

Photo : Jules Benichou

La nouvelle catégorie GT2 peut faire partie des envies ?

 

« Stéphane Ratel m’a fait un appel du pied pour rouler avec lui. J’ai déjà fait des tests avec Mercedes sur ce type de voiture. L’auto est plaisante à piloter mais il faut voir dans quel environnement on roule. Attention à ne pas répéter l’histoire et que les choses ne dérivent pas comme en GT3. C’est intéressant de rouler avec un pilote Pro pour caler l’auto et ça sécurise le gentleman. Le mix Pro-Am est très intéressant. »

 

Vous avez toujours résisté à l’appel des 24H du Mans. Vous pourriez changer d’idée avec l’arrivée des GT3 ?

 

« Voir les GT3 au Mans est une très belle opportunité. Il faudrait déjà voir s’il est possible de séduire des partenaires pour aller au Mans. Jusqu’à maintenant, j’étais assez réfractaire à disputer cette course. Pour beaucoup, le rêve du Mans n’est pas forcément un rêve de performance mais un rêve de participation. Les 24H de Spa représentent plus de performance avec une seule catégorie. Il est vrai que je connais bien l’environnement GT3, alors nous verrons... »

Commentaires

Connectez-vous pour commenter l'article