Présent et avenir du team CMR avec Charly Bourachot, le LM P2 à l’étude

#999 CMR (FRA) GINETTA G55 GT4 SYLVAIN DEBS (FRA)

Avec quatre Ginetta G55 GT4 alignées en Championnat de France FFSA GT, CMR fait partie des acteurs majeurs du renouveau du GT sur la scène nationale. Si le championnat Pro-Am s’éloigne pour l’équipe basée à Alès, la couronne Am reste l’objectif de l’écurie dirigée par Charly Bourachot. Stéphane Tribaudini, l’homme en forme de la première partie de saison, reste plus que jamais l’homme à battre en Am. Charly Bourachot est revenu avec nous sur les débuts de l’équipe en GT4 qui pourrait bien viser le LM P2 dès 2018 en parallèle du GT.

Le bilan est globalement positif avant d’attaquer la rentrée ?

« Le GT4 était bien ce qui manquait à la France. On s’en doutait et maintenant c’est confirmé. Le produit est idéal et il le restera tant qu’on évitera les dérives financières. Mettre en place trois meetings de la Northern Cup en plus des six meetings de la France était une bonne idée et c’est dommage que l’opération ne soit pas reconduite en 2018. »

Le team fera rouler à nouveau des Ginetta en 2018 ?

« L’objectif est de faire rouler à nouveau trois ou quatre Ginetta la saison prochaine avec en parallèle une GT4 de dernière génération. A ce jour, nous hésitons entre deux marques. La Ginetta reste une valeur sûre jusqu’en 2019 sachant qu’il est encore possible de la faire évoluer. Nous devrions avoir uniquement des modèles 2017 l’année prochaine. Je pense que les Ginetta sont les seules GT4 à avoir une marge de progression. Il est possible que nous fassions rouler jusqu’à six Ginetta au Paul Ricard pour la finale. »

Le réajustement fait à Magny-Cours va dans le bon sens ?

« Le souci de BOP est résolu. Les châssis des deux autos sont identiques et il n’y a pas de raison pour que les deux modèles soient traitées différemment. On notait un écart de 4 à 5 km/h entre les anciennes et les nouvelles Ginetta à Dijon. Les G55 GT4 auront encore leur mot à dire en 2018. »

Il est prévu de voir les Ginetta/CMR sur d’autres courses ?

« Nous avons roulé il y a peu à Jarama dans le cadre de la VdeV Endurance Series. Sur une course de 4 heures, nous avons utilisé un seul train de pneus et remis du carburant une seule fois. La Ginetta est taillée pour les courses d’endurance. On réfléchit maintenant à aller disputer les 24 Heures de Dubai. Pourquoi pas disputer le Championnat d’Europe GT4 la saison prochaine. »

L’image de la Ginetta a changé ?

« Sans aucun doute. Au début, la Ginetta était assimilée à une auto bas de gamme. Maintenant, les pilotes ont compris qu’elle était performante et agréable. »

Qu’en est-il du projet de programme GTE ?

« Il pourrait bien se transformer en programme LM P2 avec l’European Le Mans Series et les 24 Heures du Mans si le Comité de Sélection nous retient. Nous en saurons plus sous peu mais nous avons un client expérimenté qui tient absolument à faire du prototype pour gagner. Il faut juste que le montage soit intelligent. La question est de savoir si on peut mettre en place un programme GTE en parallèle, ce qui me semble très compliqué. On peut aussi réfléchir à passer en LM P2 les pilotes qui veulent rouler en GTE. Nous avons le staff pour aligner deux LM P2, il faut juste se renforcer au niveau de l’ingénierie. Quatre de nos mécaniciens sont déjà cette année en LM P2. Le client tient à venir pour gagner. »