Pierre Nicolet (Onroak Automotive) : « La compétition est féroce, c’est beau et même très beau ! »

PIERRE NICOLET (FRA)

Onroak Automotive reste très actif en cette fin d’année. Le constructeur est présent en Asian Le Mans Series avec pas moins de 17 châssis Ligier (LMP2, LMP3). Le championnat asiatique vient clôturer une très belle campagne 2018 sur tous les fronts. Les Ligier JS P217 ont donné le change à la concurrence en European Le Mans Series et aux 24 Heures du Mans, la JS P3 reste un produit fiable et efficace, la Nissan-Onroak DPi s’est imposée à Sebring et la JS2 R est promise à un bel avenir. De quoi ravir Pierre Nicolet, directeur général adjoint Développement d’Everspeed, la structure qui regroupe toutes les activités du groupe mis en place par Jacques Nicolet. Présent à Shanghai pour l’ouverture de l’Asian Le Mans Series, Pierre Nicolet a fait le point avec nous sur les différents dossiers Ligier.

Quel bilan global tirez-vous de cette saison 2018 ?

« Il a répondu à nos attentes. En LMP3, nous restions convaincus de la performance de notre JS P3 qui a dominé les championnats majeurs. Elle s’avère rapide sur un tour, mais aussi sur la durée. Nos clients ont prouvé la compétitivité d’une auto née en 2015.

Du côté du LMP2, l’année en cours est bien meilleure que la précédente. La Ligier JS P217 a été compétitive sur toutes les courses même si les résultats ont tardé à venir. Dès Daytona, United Autosports a montré de belles choses, on rate la pole position à Watkins Glen pour 2 millièmes, Panis-Barthez Compétition signe le meilleur temps à Silverstone. Ce n’est pas simple de démontrer qu’on a une bonne voiture sans avoir le nombre. Il nous a fallu quelques courses pour y arriver, mais il reste beaucoup de travail. A nous de travailler encore plus avec nos équipes pour optimiser le package et améliorer la connaissance de l’auto. »

Le joker accordé a donc porté ses fruits ?

« L’ACO a fait du bon travail pour l’accord du joker même si on espère toujours avoir la totalité de ce qu’on demande. »

Le point positif est la confiance de vos clients ?

« C’est très positif d’avoir su garder la confiance de nos clients. Comme je l’ai dit, nous allons continuer le travail avec un bon support client. J’espère que nous allons séduire de nouvelles équipes. Le package est éprouvé et performant. Spa et Portimão en sont la preuve. »

Le package restera identique en 2019. Il y a encore moyen de faire mieux ?

« On ne peut plus parler de différence de performance. Il faut travailler les derniers détails, mais c’est ce qui peut faire la différence. Panis-Barthez Compétition, IDEC Sport et United Autosports sont en LMP2 depuis 3 ans et Algarve Pro Racing depuis 4 ans. Ces équipes font face à des adversaires qui sont là depuis bien plus longtemps. A nous de fournir le meilleur service possible. Panis-Barthez Compétition a participé à montrer les vraies performances de la JS P217. Le paddock a juste mis un peu de temps à s’en rendre compte. »

Déçu des 24 Heures du Mans ?

« D’un certain côté, oui, car la victoire était possible avec Panis-Barthez Compétition. United Autosports pouvait aussi avoir deux belles autos pour le podium (la #32 se classe 3e au final, ndlr). La compétition est féroce, c’est beau et même très beau. »

Qu’en est-il du programme américain avec la Nissan-Onroak DPi ?

« Tout le monde travaille le sujet car ce serait vraiment dommage de ne pas voir la Nissan-Onroak DPi sur la grille en 2019. »

Le continent asiatique reste aussi très important pour Onroak…

« Nous avions huit personnes à Shanghai pour suivre 17 autos. Onroak Automotive a une histoire assez ancienne avec l’Asian Le Mans Series. Le championnat est juste parfait pour les JS P2 et JS P3. C’est une très belle réussite de l’ACO. »

On est déjà penché sur l’avenir chez Onroak Automotive ?

« On travaille sur la JS P3 ‘2020’ et il faut commencer à réfléchir à la future LMP2. Nous continuons à diversifier notre gamme. Avec la JS2 R, Ligier ouvre une branche GT. Pourquoi pas à l’avenir faire une « Junior Cup » avec une auto plus petite. La JS2 R réinstalle Ligier dans l’univers du Grand Tourisme. Pour la suite, il faudra voir en fonction des opportunités, aussi bien pour la catégorie GT4 que l’Hypercar. »

La JS2 R a reçu un bel accueil ?

« Trois jours d’essais ont été bouclés à Magny-Cours avec une trentaine de pilotes pour deux autos. Tout s’est passé pour le mieux et j’ai hâte de la voir en compétition. Vingt cinq autos seront prêtes pour entamer la saison. »

Il reste encore des marchés à ouvrir en LMP3 ?

« Il faut espérer que les quatre LMP3 seront au niveau. Le potentiel dans le monde est important et il ne peut de toute façon pas y avoir que des Ligier. La diversité fait l’attractivité sachant que c’est un produit mondial. De nouveaux terrains de jeu sont à l’étude aux quatre coins du monde. Le modèle 2020 aura un look différent car on se doit de proposer quelque chose de nouveau.

« La JS P4 est elle aussi promise à un bel avenir. Dix autos ont été vendues et on espère maintenant en voir dans différents championnats même si les clients font ce qu’ils veulent avec. La JS P4 est un produit d’appel dans la pyramide Le Mans. »