Patrice Lafargue (IDEC Sport Racing) : « Remettre les Am sur le devant de la scène »

Fidèle aux courses historiques et GT, IDEC Sport Racing a franchi une nouvelle étape la saison dernière en alignant une Ligier JS P2 en European Le Mans Series. La JS P2 a laissé place à la JS P217 sur un nouveau programme européen avec les 24 Heures du Mans en guise de cerise sur le gâteau. Patrice et Paul Lafargue ont débuté la saison avec Olivier Pla avant de terminer en compagnie de Paul-Loup Chatin. Le programme 2018 n’est pas finalisé même si l’objectif est bien de passer à deux LMP2 en 2018, dont une typée gentleman. Classé Bronze par la FIA, Patrice Lafargue aimerait comme la majorité de ses adversaires que les gentemen soient mis plus en avant.

Faut-il revoir le rôle des gentlemen ?

« Une LMP2 est une vraie voiture de course avec de bons pilotes dans les autos. Avoir deux classes séparées serait certainement une bonne idée car elle remettrait les Am sur le devant de la scène. Il faut garder les sept pilotes Am mais surtout en faire venir d’autres. On le fait bien en GTE, alors pourquoi pas en LMP2. Là, nous n’avons que les inconvénients. Un pilote professionnel est indispensable pour guider les gentlemen. Les Am paient et roulent peu. Il faut pas se voiler la face, on ne sera jamais devant. Aujourd’hui, je réduis mon temps de roulage au maximum pour ne pas pénalisé l’équipage. « 

Aucun regret à être passé en LMP2 ?

« Je prends beaucoup de plaisir en piste. La LMP2 2016 était déjà une très belle auto. Le modèle 2017 est juste extraordinaire mais elle éloigne de plus en plus les Am. On s’inquiète de réduire les coûts sur des autos qui vont plus vite. Cependant, je tempère mes propos car il faut savoir si on parle de course automobile ou de faire des économies. »

L’équipe doit encore trouver ses marques ?

« Il faut être franc et ne pas se mentir. Nous avons peiné même si la grosse satisfaction reste les 24 Heures du Mans. On pensait qu’une année de recul serait suffisante. Tout se met en place petit à petit. Le Mans sauve la saison. On a joué la sagesse et tout s’est parfaitement déroulé. Il fallait rester en dehors des embûches, ce que nous sommes parvenus à faire. »

La saison 2018 est bouclée ?

« L’idée est de faire deux LMP2 avec une pour un équipage plus jeune, une plus typée gentleman avec un pilote pro pour encadrer les deux gentlemen. Je pourrais donc ne plus rouler avec Paul. Avoir deux autos est un avantage et le rêve est que ces deux autos soient au départ des 24 Heures du Mans. »

Le châssis est choisi ?

« Je fais confiance à Onroak pour faire évoluer la JS P217. Nous sommes à la veille de décider sur le châssis. Si on change de marque, la JS P217 sera à vendre ou à louer. Ce qui est sûr, c’est que nous resterons avec Michelin. La relation est maintenant très bien établie et il n’y a pas de raison de changer de manufacturier. »

Le GT se poursuivra ?

« Le championnat Creventic nous correspond très bien. Là aussi, nous sommes en pleine réflexion sur le châssis à faire rouler. Notre Porsche Cup joue le titre en SP2 et maintenant on aimerait bien faire la même chose en A6. »