Pascal Zurlinden (Porsche) : « Il faut confirmer les résultats »

Pascal Zurlinden a connu son baptême du feu à la tête du programme officiel Porsche aux 24 Heures de Daytona où il a pu épauler Marco Ujhasi, son prédécesseur. L’ancien ingénieur du programme Porsche LMP1 change de casquette pour relever un nouveau défi de taille pour cette deuxième année de compétition de la Porsche 911 RSR.

L’ancien élève de l’ESTACA a vite gravi les échelons, comme il nous l’a précisé à Daytona : « Après l’ESTACA, j’ai rejoint ASM en tant que stagiaire. J’ai ensuite été l’ingénieur de Fred Mako chez CD Sport en 2004 avant de partir en Allemagne. J’ai passé deux ans chez Opel en DTM puis chez Phoenix. J’ai aussi fait partie du programme Corvette GT1 avec Phoenix durant trois saisons. Il y a eu ensuite le Dakar, Audi en DTM. Lorsque le programme LMP1 Porsche est arrivé, j’ai décidé de relever le challenge en tant qu’ingénieur en chef. »

Prendre la tête du programme officiel GT n’est pas une mince affaire pour le Français : « C’est une grosse responsabilité, surtout qu’il faut confirmer les résultats de la 911 RSR. Aucun changement n’a été apporté sur l’auto en GTLM à l’exception des pneus. Pour la partie FIA WEC, nous travaillons sur les doubles relais avec les gommes. Nous savons que l’auto est compétitive. On était là sur chaque course. 35% des courses se sont soldées par un podium. Il a juste manqué un petit quelque chose. »

Il faut s’attendre à voir plus de 911 RSR cette année, comme le souligne Pascal Zurlinden :  « Sept autos ont été vendues et cinq pourraient rouler en FIA WEC. En fonction de ce que décidera le Comité de Sélection, on pourrait avoir jusqu’à 11 autos au Mans. Les deux Porsche officielles qui seront alignées en plus au Mans seront bien celles qui roulent aux Etats-Unis. Le challenge est important compte tenu du timing car deux semaines après Le Mans, il y a Watkins Glen. »