Norbert Santos (Norma) : « La fiabilité a de suite été au rendez-vous »

NORBERT SANTOS (FRA) HEAD OF NORMA AUTO CONCEPT

La Norma M30 LMP3 termine sa campagne 2017 par deux titres, un aux Etats-Unis, un en Europe. Dernier arrivé sur le marché du LMP3, Nobert Santos a travaillé d’arrache pied pour fournir un produit le plus abouti possible aux équipes sans pour autant avoir eu le temps de développer sa monture. Les premiers essais ont montré que la M30 LMP3 était bien née et les équipes ne s’y sont pas trompées. Onroak Automotive a trouvé en Norma un adversaire coriace dans une catégorie qui fait dans la stabilité. Norbert Santos est revenu avec nous sur la belle saison de la M30 LMP3.

Le bilan est positif ?

« Cette première saison a été positive en résultats. Débarquer en IMSA avec une seule auto n’a pas été facile car la Norma est arrivée sur le continent américain quelques jours seulement avant le premier meeting. Par chance, la fiabilité a de suite été au rendez-vous. On peut tout simuler, tout calculer mais on peut rencontrer des difficultés. Venir en LMP3 demande de gros investissements pour une structure comme Norma. On ne peut qu’être heureux de la saison. Certes, nous n’avions pas la quantité face à la concurrence. »

L’hiver va être studieux ?

« Nous commençons à comprendre l’auto. Les équipes ont travaillé dans des directions différentes. Les autos sont dans l’ensemble très proches d’un set-up de base. Nous allons continuer à travailler cet hiver car le plus intéressant reste à venir. Les équipes ont disposé des autos tardivement, ce qui a compliqué les choses. »

On verra plus de Norma en 2018 ?

« Nous avons des contacts intéressants avec des équipes venant d’horizons divers. »

Norma reste jusqu’à maintenant en dehors du marché asiatique. Les choses vont évoluer ?

« Le temps a manqué pour une présence sur les différents continents. La priorité a été donnée sur les équipes qui nous ont fait confiance. J’espère que nous aurons sous peu des Norma en Asian Le Mans Series. L’activité ne manque pas car nous avons lancé en parallèle la Norma CN à moteur turbo d’origine Peugeot qui va disputer sa première course à Estoril dans quelques jours. »

Le LMP3 ne va pas tuer le CN ?

« La formule CN 2.0 litres est sans conteste le meilleur rapport coût/performance. Une CN est une excellente formule pour découvrir le monde du sport-prototype pour aller en LMP3. »

Quelle est la capacité de production ?

« Nous sommes capables de produire une LMP3 par semaine sachant que le 16e châssis est en cours d’assemblage. »

L’écart avec la Ligier JS P3 est correct ?

« Les autos sont différentes sur le plan de la philosophie mais elles restent assez proches en termes de performance. On voit dans les chronos qu’un tracé est plus favorable à la Norma, un autre à la Ligier. Au final, les choses sont équilibrées. »

La réflexion sur le futur du LMP3 a débuté ?

« La catégorie LMP3 est amenée à perdurer après 2020 avec un règlement très bien conçu par l’ACO. Il faut toujours que les équipes arrivent à amortir les autos sur plusieurs saisons. Durant la deuxième phase, pourquoi pas autoriser un traction control qui aiderait bien les gentlemen. Toutefois, il faut s’assurer que les coûts ne s’envolent pas. »

Pikes Peak sera à nouveau au programme en 2018 ?

« Des choses seront annoncées sous peu. »

Si à l’avenir la catégorie LMP2 devait s’ouvrir, Norma pourrait se positionner ?

« Tout le monde sait qu’actuellement que ce n’est pas possible. Si une fenêtre devait s’ouvrir, pourquoi pas. On suit de près le dossier. On voit aussi que la formule DPi fonctionne très bien aux Etats-Unis car cela permet aux constructeurs de faire du sport automobile à un coût maîtrisé. »