Jean-Karl Vernay (Tianshi Racing Team) : « Toujours un plaisir de rouler en GT3 »

#88 TIANSHI RACING TEAM (CHN) AUDI R8 LMS GT ANTHONY ALEX AU (HGK) CHEN WEI AN (CHN) JEAN KARL VERNAY (FRA)

Après une année 2018 bien remplie en TCR, Jean-Karl Vernay retrouve le baquet d’une GT3 en ce début d’année 2019. Le Français remplace Dries Vanthoor sur l’Audi R8 LMS GT3/Tianshi Racing Team #88 qu’il partage avec Alex Au et Chen Wei An aux 4 Heures de Buriram. De quoi lui donner envie de poursuivre l’aventure en GT parallèlement à son programme avec Leopard Racing sur une Audi RS 3 LMS TCR.

« C’est toujours un plaisir de rouler dans une GT3 », nous a confié Jean-Karl Vernay. « Ma dernière apparition dans la catégorie remonte à 2015. J’ai eu la chance de rouler dans le modèle 2019 à Jerez il y a peu face à Christopher Haase et Fred Vervisch qui font partie des pointures chez Audi en GT. Je me suis rapidement mis dans le rythme avec de bons chronos. J’espère maintenant avoir la possibilité de disputer les grandes courses avec Audi en GT3. »

Habitué à rouler en solo ces dernières années, « Jay-Kay » retrouve un univers différent : « Je dois m’habituer à nouveau à partager un baquet, rouler sur une course longue et gérer le partage de la piste avec d’autres catégories. Le challenge est différent de ce que je connais ces derniers temps. » En dehors du WTCR, Jean-Karl Vernay a fait deux escapades hors Tourisme avec une pige en LMP3 sur une ADESS et un passage en Stock Car brésilien.

« Cette année, mon programme principal reste le WTCR avec Audi », précise le natif de Villeurbanne. « Le niveau est de plus en plus relevé avec un championnat qui devient vraiment costaud. Toutes les marques présentes en ont pris conscience avec des investissements revus à la hausse. On s’éloigne de la compétition-client. Le championnat est vraiment intéressant. »

En attendant de retrouver le baquet de son Audi RS 3 LMS, c’est le baquet d’une R8 LMS GT3 qui l’attend ce week-end à Buriram : « Je connais le tracé thailandais pour y avoir roulé dans le passé. Il faudra bien surveiller les limites de la piste car il est assez facile d’aller au-delà. La dernière partie est très intéressante. Le premier objectif sera déjà de faire une belle qualification. Nous avons un équipage très homogène, ce qui doit nous permettre de briller. Le plateau GT n’est pas très élevé sur le plan de la quantité mais la qualité est clairement là. »