Ben Keating et la Ford GT au Mans : « Une spectaculaire opportunité »

Ben Keating est l’homme des premières aux 24 Heures du Mans. Le pilote américain est le seul à avoir roulé sur une Dodge Viper GTS-R en GTE-Am (2015), le seul à avoir fait rouler une Riley MK30 (2017) et maintenant le seul à évoluer sur une Ford GT privée. Le Texan fera équipe avec Jeroen Bleekemolen et Felipe Fraga. (In English)

« Il y a beaucoup de morceaux du puzzle à assembler pour gérer un programme comme celui-ci », a confié Ben Keating à Sportsar365. « C’est très différent d’une Ferrari ou d’une Porsche où je peux appeler Proton et leur demander d’ajouter une voiture pour moi ou d’appeler Risi pour en faire autant en lui disant : « faisons-le à nouveau ». Si vous parlez d’une Ferrari ou d’une Porsche, il y a beaucoup d’options parce qu’ils l’ont fait à si grande échelle, ce qui rend les choses plus faciles. Ce n’est pas le cas lorsque vous êtes sur un programme unique dans une voiture qui n’a jamais été utilisée comme en tant que privée. »

Ben Keating a bien tenté de faire rouler une Ford GT en 2018, mais la marque à l’ovale bleu a préféré attendre la quatrième année de compétition de la GT. Ben Keating vient de prendre possession du châssis qui s’est imposé à Laguna Seca en 2016 aux mains de Ryan Briscoe et Richard Westbrook. Le pilote est propriétaire de trois concessions Ford au Texas.

« Mon grand-père était concessionnaire Ford », souligne Keating. « Il avait cinq enfants et quatre d’entre eux sont devenus concessionnaires Ford, dont mon père. Grandir dans une famille Ford et être intimement lié à la marque Ford, et toute l’histoire Ford au Mans, rend cet accord extrêmement spécial pour moi. Il y a tellement d’histoire là-bas. Bob Riley était l’un des ingénieurs de la #66 qui a gagné.

« Que ce soit l’histoire de Riley ou de Keating ou l’opportunité de piloter une Ford et de travailler avec Chip Ganassi Racing… je peux encore continuer, la liste des raisons pour lesquelles il s’agit d’une spectaculaire opportunité est longue. »

Le premier roulage est attendu sous peu. Ben Keating est aussi prêt à utiliser les simulateurs Ford et Multimatic en vue de se préparer pour ses cinquièmes 24 Heures du Mans consécutives.

« Chacun aide à sa manière », précise Ben Keating. « Je pense que j’aurais du mal à réussir dans la voiture sans l’expérience de Ford. Ils ont passé trois ans avec cette auto avec deux équipes distinctes et quatre autos différentes. C’est clair qu’ils ont corrigé les bugs et qu’ils savent comment configurer l’auto pour Le Mans. Cela me met en confiance pour cet accord. C’est énorme et génial !Chaque année, j’ai le sentiment qu’il n’y aucun moyen de surpasser cette expérience et d’une manière ou d’une autre, j’y parviens. »

Il n’est pas exclu que la Ford GT ait une livrée historique pour la classique mancelle même si Ben Keating a confié que cela dépendrait des partenaires. Bien que la Ford GT soit uniquement inscrite pour Le Mans, Ben Keating se réserve le droit de faire rouler la Ford GT sur d’autres manches FIA WEC sur la saison 2019/2020 : « Il ne faut jamais dire jamais. Je ne sais pas à quoi ressemblera l’année prochaine. C’est un peu étrange pour moi car le WEC a modifié son calendrier. C’est difficile pour moi d’envisager une saison complète en WEC alors que celle d’IMSA n’est pas terminée. Je voudrais faire plus de courses, mais je ne sais pas encore à quoi la saison ressemblera. A l’heure actuelle, ce sont les 24 Heures du Mans et cela dépendra de ce qui s’y passe. Si nous avons la chance de gagner la course, cela voudra dire que je serais automatiquement invité à revenir l’année prochaine. »