Contenu pédagogique

Drapeau circuit

La discipline Endurance regorge de subtilités. Avec ce dossier pédagogique, Endurance-Info vous donne de quoi mieux appréhender les différents championnats. 

 

Endurance-Info va vous donner quelques tuyaux si vous ne faites pas partie des habitués. 

 

LES DIFFERENTES CATEGORIES : 

- Hypercar : regroupe les prototypes LMH et LMDh 

 

- LMP2 : Prototypes conçus par ORECA, Ligier, Dallara et Multimatic. Chaque équipe doit choisir un des quatre châssis. Les autos sont éligibles en WEC, ELMS, IMSA et Asian Le Mans Series. ORECA est le constructeur le plus présent. 

 

- LMP3 : Prototypes conçus par Ligier, Duqueine, Ginetta, ADESS. Les autos sont éligibles dans différents championnats à travers le monde. Non éligible aux 24H du Mans.

 

- GTE-Pro : Equipages professionnels roulant en GTE (GTLM aux Etats-Unis). Possibilité de rouler en WEC. Les GTE sont équipés de pneus confidentiels, c'est-à-dire que les pneus appartiennent au manufacturier, en l'occurrence Michelin. 

 

- GTE-Am : Equipages semi-professionnels en WEC. Plus dans la mouvance Pro-Am. 

 

- GTD : Catégorie GT3 en IMSA.

 

- GT3 : Catégorie GT la plus présente dans le monde. Les autos sont homologuées par la FIA qui gère la catégorie depuis 2006. 

 

- GT4 : Produit SRO pour les championnats labellisés SRO. La catégorie appartient à SRO. Possibilité d'en retrouver dans d'autres championnats via une licence accordée par SRO. 

 

- GT2 : Rien à voir avec la catégorie GT du début des années 2000. Produit entièrement SRO qui a déposé le nom. Ces GT sont réservées aux gentlemen avec peu d'aéro. 

 

- DPi : Ces prototypes ne peuvent rouler qu'aux Etats-Unis en IMSA. Le châssis est l'un des quatre sélectionnés en LMP2. Le constructeur peut mettre un moteur de sa marque et changer le look de la voiture en fonction du règlement. 

 

qu'est-ce que le reglement hypercar ?

La nouvelle réglementation LMH représente une évolution majeure par rapport à celle de la classe LMP1 qu’elle remplace. Elle favorise en effet une plus grande diversité, tant pour l’approche technique que pour l’esthétique des voitures, tout en assurant l’équité sportive et en évitant l’escalade des coûts grâce au concept de fenêtres de performance.

 

Le Règlement Technique est axé sur le contrôle des performances plutôt que sur des restrictions en matière de design ou de géométrie, ce qui laisse aux constructeurs le choix d’opter pour des solutions économiques puisque des dépenses massives n’apporteront pas de gains de performance.

 

➡️ Retrouvez tout ce qu'il faut savoir sur la catégorie Hypercar ici 

 

 

TOUT SUR LA CATEGORIE LMP2 : 

➡️ Le règlement est ici 

 

EUROPEAN LE MANS SERIES : 

➡️ Le règlement sportif est ici

 

➡️ La liste des engagés à l'année (2021) est ici

 

FIA WEC : 

➡️ Le règlement sportif est ici

 

➡️ La liste des engagés à l'année est ici

 

MICHELIN LE MANS CUP : 

➡️ Le règlement sportif est ici

 

➡️ La liste des engagés à l'année est ici

 

FANATEC GT WORLD CHALLENGE EUROPE POWERED BY AWS : 

➡️ La liste des engagés Endurance à l'année est ici

 

➡️ La liste des engagés Sprint à l'année est ici

 

➡️ La liste des engagés du championnat global est ici

 

CATEGORISATION DES PILOTES FIA : 

➡️ La liste des pilotes 2022 est ci-dessous : 

 

 

➡️ Le règlement pour la catégorisation des pilotes est ici

 

Si vous suivez les courses de GT et d’Endurance, les termes pilote Bronze,  Amateur, gentleman driver ou encore pilote Silver ne vous sont probablement pas inconnus, mais peuvent cependant paraîtres flous pour certains, surtout ceux qui découvrent cette discipline (par Dominique Golaz)

 

Endurance-Info vous explique le règlement et les différentes classifications de pilotes.

 

Comment établir une classification pour un pilote

 

Afin d’établir la catégorie d’un pilote, c’est généralement son âge et palmarès qui sont pris en compte dans un premier temps. Ensuite, la FIA établit certains critères pour chacune des catégories et, en fonction de celle-ci, le pilote doit répondre à un ou deux critères sélectionnés ou autres conditions définies.

 

Les quatre classifications pilotes existantes

 

Platinum (Platine)

 

Il s’agit d’un pilote professionnel qui court généralement pour un constructeur et / ou bénéficie d’une grosse expérience en sport auto. Pour cette classification, il y a plusieurs critères qui peuvent être pris en compte, les plus faciles étant :

 

- Pilote disposant d'une Super Licence (F1, rappelons qu’il n’est pas nécessaire de courir en F1 pour l’avoir, les jeunes pilotes peuvent l’obtenir à travers la F2 mais sans pouvoir aller en F1)

 

- Avoir gagné les 24 Heures du Mans dans un catégorie dite Pro, en l’occurrence LMH ou GTE Pro actuellement ou en LMP1 par le passé.

 

- Avoir remporté le WEC dans une catégorie dite Pro (là aussi LMH, GTE Pro actuellement ou ex-LMP1).

 

- Être un pilote officiel pour un constructeur

 

Les résultats d’autres championnats comme l’IMSA, IndyCar Series (dont les 500 Miles d’Indianapolis), Porsche Supercup et autres sont également pris en compte. Pour être Platinum, le pilote doit donc obligatoirement répondre à au moins deux critères.

 

Exemple : Sébastien Buemi est actuellement engagé par un constructeur (Toyota en WEC, Nissan en Formule E), a déjà remporté Le Mans (à trois reprises) ainsi que le WEC.

 

Gold (Or)

 

Généralement un pilote peut être engagé par un constructeur, il bénéficie d’une bonne expérience en sport auto. Pour être pilote Gold, ceux-ci doivent systématiquement répondre à un critère des pilotes Platinum (au choix), ainsi qu’à un autre critère dont voici les plus faciles à comprendre :

 

- Participation à un championnat de monoplace FIA (F3, F2, Super Formula, GP2, etc..) depuis 2012 et a obtenu au moins 3 podiums sur une saison.

 

- Avoir remporté un championnat GT majeur comme le GT World Challenge (ex. Blancpain GT Series), ADAC GT Masters, British GT, Super GT, etc…

 

- Avoir remporté un championnat d’endurance majeur (ELMS, IMSA, ALMS, WEC)

 

Exemple : Louis Delétraz est actuellement Gold. En termes de critères propre à sa classification, il a récemment roulé en F2 et a obtenu plusieurs podiums sur une saison (3 en 2019 et 4 en 2020). Il a aussi remporté l’ELMS en 2021. En plus de cela et comme précisé, il faut répondre à un critère d’un pilote Platinium. Ici, on peut parler de sa Super Licence ou encore de sa 2ème place en 2016 en championnat Formule V8 3.5 (anciennement Formule Renault 3.5)

 

Silver (Argent)

 

Catégorie pour jeune pilote pour devenir éventuellement professionnel si l’occasion s’y présente. Elle est essentiellement composée de jeunes pilotes de moins de 25. Non professionnels, ils ont obtenu de bonnes performances dans divers championnats. Le pilote doit répondre à au moins un des critères suivants pour pouvoir être classé Silver.

 

- Pilote âgé de moins de 30 ans

 

- Ayant remporté un championnat non-professionnel tel que le Ferrari Challenge, Lamborghini Super Trofeo, Porsche GT3 Cup, etc…

 

- Participé à des compétitions internationales de karting (championnat d’Europe par exemple)

 

Exemple : Simon Gachet est un pilote de moins de 30 et étant-donné qu’il suffit de répondre à un seul critère, elle est classé Silver. Au-delà de ça, la FIA prend en considération la régularité du pilote, ses performances sur une saison sans critère fixe à proprement parlé mais plutôt en tenant compte des performances vis-à-vis des autres pilotes.

 

Bronze

 

Concrètement, ce sont principalement des pilotes dont ce n’est pas leur métier premier à proprement parlé et son issu d’un autre domaine que la course auto (ex. patron d’entreprise). Au-delà de ça, cela peut comprendre également des pilotes n’ayant pas eu de licence avant 30 ans ou éventuellement des pilotes sous licence de moins de 30 ans leur première année sans avoir participé à un championnat requis pour être Silver. Dans les divers championnats, les pilotes Bronze roulent en Am ou Pro-Am.

 

Exemple : François Perrodo, sa première activité de base n’étant pas d’être pilote automobile. Il a commencé sa carrière en 2012 donc à 35 ans et n’a pas participé à un championnat national ou international avant cela. Nous pouvons aussi facilement prendre comme exemple Paul Dalla Lana ou encore Ben Keating.

 

Changement de catégorie

 

Avec tout cela, un pilote peut évidemment changer de classification, passer de Silver à Gold ou redescendre de Silver à Bronze par exemple. Le changement se fait en tout fin d’année civile. Une première liste est publiée. Les pilotes ont ensuite quelques semaines pour faire appel après avoir réuni suffisamment de preuves dans leur dossier. Une 2e liste sort ensuite courant décembre.  

 

FIA / SRO

 

SRO a décidé de « refaire » une classification pour certains pilotes en plus de celle de la FIA. Si nous prenons le premier exemple de la liste, Vincent Abril qui est classé Gold par le FIA sera classé Platinum pour les championnats du GT World Challenge Europe, idem pour Mathieu Jaminet. Au fil des saisons, il a été régulièrement constaté que certains pilotes pouvaient avoir un meilleur niveau que ce que leur classification laissait penser, on parle par exemple de « faux-Silver », c’est à dire un pilote classé Silver mais qui, en termes de performance pure, se rapproche plutôt d’un pilote Gold. Dans ce genre de cas, cela peut créer un déséquilibre dans un équipage qui roule en Silver Cup en GT World Challenge.

 

En 2022, plusieurs pilotes classés Silver vont passer Gold (classification FIA). Si nous prenons pour exemples les cinq premiers de la Silver Cup du GT World Challenge Europe (overall) de la saison 2021, deux vont rester Silver et les trois autres vont passer Gold.