24H Spa

Christophe Hamon : "Que du positif !"

GT World Challenge Europe
5 aoû. 2022 • 11:00
par
lmercier à Spa-Francorchamps
Le week-end spadois de Christophe Hamon s'est partagé entre GT4 European Series et 24H de Spa. Si les deux courses GT4 ont été compliquées, la classique ardennaise a permis au rookie de monter sur le podium en Pro-Am.
Photo : Kevin Pecks

Rompu aux courses GT4 avec Fullmotorsport, Christophe Hamon est passé dans la cour des grands avec des débuts aux 24 Heures de Spa. Le rookie a confiance à JBR Management, la structure de Jules Gounon et Bastien Ostian, pour l’accompagner à accomplir son objectif. Bien lui en a pris car le Champion de France FFSA GT (Am) et Champion d’Europe GT4 (Am) est revenu de Spa avec la troisième marche du podium en Pro-Am.

 

🇬🇧 Christophe Hamon : "Only positive things!" 

 

Pas d’Audi R8 LMS au menu pour cette course mais bien la Porsche 911 GT3 R/Singha Racing TP12 partagée avec Piti Bhirombhakdi, Tanart Sathienthirakul et Earl Bamber. Une belle prestation pour un pilote qui veut toujours faire mieux et aller de l’avant.

Photo : Patrick Hecq

Pour vos débuts à Spa, l’objectif était de terminer ?

 

« Je suis trop un compétiteur pour me dire que je veux simplement finir la course. Tu cherches à te rassurer en te disant que tu y vas juste pour terminer la course. Quand j’ai vu le comportement de l’équipage durant les essais officiels début juillet, j’ai de suite compris qu’un bon résultat dans la catégorie était possible. J’aime bien quand le niveau est relevé car je progresse à chaque fois. Avec du travail, je peux encore faire mieux et me rapprocher des pilotes de devant. »

 

L’apport de Earl (Bamber) a été un vrai plus ?

 

« Humainement, Earl est un super mec. C’est pourtant assez délicat quand tu es pilote et que tu passes de l’autre côté. S’il faut rajouter de l’eau dans le frigo, c’est lui qui y va. La barrière de la langue n’a pas été simple mais nous avions un ingénieur bilingue. Il y a eu beaucoup de partage durant la semaine. L’avantage de rouler chez Porsche est que tout le monde a les données de tout le monde. L’équipe peut donc s’adapter. »

Photo : Jules Benichou

Vous retenez donc beaucoup de positif de cette expérience ?

 

« Que du positif ! Je suis parachuté dans la cour des grands sur la plus grande course GT au monde. Pas moins de 235 pilotes sont au départ et j’en fais partie. En piste, il ne faut pas faire n’importe quoi même s'il est vrai que j’adore la bagarre en peloton. Le team a été au top durant toute la semaine. Tout est rôdé, chaque personne est à sa place. Pour ma part, j’ai systématiquement pris du plaisir en piste sans jamais avoir le moindre souci avec qui que ce soit. J’ai roulé 5h20 et je termine par un double relais, ce qui était nouveau pour moi. J’en retire beaucoup de satisfaction. La voiture a beaucoup évolué au fil de la course, elle était différente sur chaque relais. A l’arrivée, la Porsche n’a pas une seule égratignure. »

Photo : Jules Beaumont

Commentaires

Connectez-vous pour commenter l'article