Auto

WEC Spa - Toyota retrouve la victoire à l'issue d'une course peu commune

WEC
7 mai. 2022 • 19:10
par
lmercier à Spa-Francorchamps
Toyota Gazoo Racing remporte les 6H de Spa 2022 à l'issue d'une course très étrange. WRT rafle la mise en LMP2, Ferrari en GTE-Pro et Dempsey-Proton Racing en GTE-Am.
Photo : MPS Agency

Les 6 Heures de Spa 2022 resteront dans les annales et pas seulement pour le retour d'un public nombreux. Cette fois, on ne parle pas de neige en ce début mai mais bien d'une manche WEC très décousue qui a vu la victoire de la Toyota GR010 HYBRID #7 de Kamui Kobayashi, José Maria Lopez et Mike Conway. La dernière neutralisation à 20 minutes du damier n'a rien changé au classement final. 

 

Avec 103 tours couverts, on est loin des 162 tours de 2021. Alors que la pluie n'avait pas fait pointé le bout de son nez depuis le début du meeting, Spa-Francorchamps reste Spa-Francorchamps. La pluie est venue troubler les cartes. On a rarement vu une course aussi hachée avec trois drapeaux rouges, six safety-cars et cinq Full Course Yellow. Au final, les concurrents auront eu moins de trois heures de course (2h49mn) pour cette ultime manche avant les 24 Heures du Mans. Ces 6H de Spa ont connu pas mal de sorties. Le nouvel asphalte conjugué aux nouveaux aménagements, le tout dans des conditions très piégeuses, n'ont pas aidé à avoir une "vraie" course. 

 

Toyota a vite perdu la #8 de Buemi, Hirakawa et Hartley suite à un problème d'hybridation. Avec seulement trois protos en Hypercar et des neutralisations à gogo, les LMP2 sont venues mettre le bazar en tête de course, notamment l'Oreca 07/WRT #31. Le dernier succès d'une LMP2 parmi les LMP1 remonte à Budapest 2010 du temps de Strakka Racing. Il faudra patienter pour espérer casser ce record. 

Photo : MPS Agency

Sous le damier, la Toyota #7 a devancé de 27s l'Alpine A480 de Vaxiviere, Lapierre et Negrao qui s'était imposée à Sebring. On ne retrouve pas une Hypercar sur la dernière marche du podium mais bien une LMP2. René Rast, Robin Frijns et Sean Gelael ont réalisé une course parfaite sur l'Oreca 07/WRT #31 en se permettant le luxe de mener un moment au général. Sur ses terres, l'équipe de Vincent Vosse réalise le doublé même si un contact avec une autre LMP2 à moins de 3 minutes du terme aurait pu tout mettre à plat pour la #31. Realteam by WRT termine au pied du podium général grâce à Nato, Habsburg et Andrade. Jota #38, Team Penske et United Autosports #22 suivent au classement. En LMP2 Pro-Am, la victoire est pour l'Oreca 07/AF Corse de François Perrodo, Alessio Rovera et Nicklas Nielsen qui fait donc la passe de deux en dépit d'un stop and go de 3 minutes.

 

Partie depuis la pole, la Glickenhaus 007 LMH a pris la 9e place après un beau début de course. Le choix de chausser les gommes intermédiaires en fin de course, alors que la concurrence était en slicks, a fait perdre du temps à la #708 qui avait pourtant un très bon coup à jouer. 

Photo : MPS Agency

La lutte pour la victoire en GTE-Pro a été intense jusqu'au damier. La Porsche 911 RSR #91 de Estre/Christensen (qui compte un arrêt de plus) a réussi à casser le doublé Ferrari attendu à l'entame de la dernière heure. En fin de course, Fuoco et Christensen ont offert un beau duel avec quelques légers contacts entre la Porsche et la Ferrari. Michael Christensen a terminé le couteau entre les dents pour essayer d'aller chercher la victoire face à la Ferrari de Calado, mais il aura manqué 0.5s. La seconde Ferrari termine dans les échappements de la #51 et de la #92. Deux succès consécutifs pour la #92 de Estre/Christensen.

Photo : MPS Agency

En GTE-Am, le final a été aussi chaud qu'en GTE-Pro. La Porsche/Dempsey-Proton de Tincknell et l'Aston Martin Vantage GTE/TF Sport de Sorensen étaient séparée par 0.6s à dix minutes du damier sous régime de FCY. Le Britannique a su garder l'avantage jusqu'au damier. Tincknell, Priaulx et Ried s'imposent avec 1,5s d'avance sur l'Aston Martin de Sorensen, Keating et Chaves. L'Aston Martin Vantage GTE/NorthWest AMR de Dalla Lana, Pittard et Thiim complète le podium. 

 

Tous les faits de course sont ici

 

Le classement de la course est ici

Commentaires (7)

Connectez-vous pour commenter l'article

dmeyers

8 mai. 2022 • 12:06

Vivement l'an prochain, je commence à en avoir plus que mare de voir des autos incapables de défendre leur chance ( Cette fois-ci c'était au tour de l'Alpine) uniquement par le 'fait du prince' ACO et FIA.

alain.menage0562@orange.fr

8 mai. 2022 • 8:51

Bonjour ,belle course de glikenhaus il ne fallait surtout pas qu'ils gagnent il auraient été pénalisés par une nouvelle bop pour le mans ,j attend une belle surprise pour cette prochaine course de leur part....

Cabrelbeuk

8 mai. 2022 • 6:20

C'était le bordel cette course, mais relativement sympa à suivre.

Glickenhaus devront arrêter les erreurs de stratégie si ils veulent un jour gagner. La BoP est quasi parfaite maintenant (à par pour Alpine).

vvf36

7 mai. 2022 • 21:18

A deux-trois minutes près, le FCY tombe juste après leur arrêt pour remettre des pneus retaillés. Avec le FCY, ils peuvent tenter l'assèchement de la piste et être en position de force. Mais avec des si...
En espérant que la BOP soit aussi bonne au Mans !

Denis Gicquel

7 mai. 2022 • 20:58

"Deux succès consécutifs pour la #92 de Estre/Christensen."

J'ai dû rater quelque chose... 😃