Quelques déclarations lors de la présentation du film des 24 Heures du Mans

hdr

A l’issue de la projection du film officiel des 24 Heures du Mans 2018, les pilotes se sont exprimés sur ce dernier et sur leur course. Ensuite, ils ont répondu à quelques questions du public.

A propos du film et de leur course :

Sébastien Buemi (Toyota Gazoo Racing) : « C’est fort de revivre ces bons moments surtout après 2016 qui a été dur pour toute l’équipe Toyota Gazoo Racing. C’est la première fois que je suis présent à la diffusion du film et j’en suis ravi. Cette victoire représente beaucoup pour moi car nous sommes là depuis 2012 ! Nous sommes passés tout près à plusieurs reprises et enfin nous gagnons cette course ! J’ai bien sûr envie de la remporter de nouveau, mais il faut rester humble, elle est tellement difficile ! »

Nicolas Lapierre (Signatech Alpine Matmut) : « Il ne faut pas oublier qu’en juin c’était l’anniversaire de la victoire d’Alpine aux 24 Heures du Mans, les 40 ans ! Je suis ravi du dénouement  même si ça a été un peu long avec le jugement de G-Drive Racing. Je suis très content pour toute l’équipe Signatech Alpine, mais aussi pour Toyota Gazoo Racing avec qui j’ai roulé de nombreuses fois. Ils ont été proches à de plusieurs reprises de la victoire. Je suis heureux pour Sébastien (Buemi) et Kazuki (Nakajima) que je connais très bien puisqu’ils étaient au début de l’aventure avec moi. »

Pierre Thiriet (Signatech Alpine Matmut) : « Ce film est juste fantastique. C’est complètement différent de ce que nous avons vécu en tant que pilote. Les images sont superbes et rendent bien compte de la magie des 24 Heures du Mans. Cette course est vraiment le temps fort de notre saison et c’est aussi l’une des plus dures ! »

Tristan Gommendy (Graff-So24) : « Ce film est un moyen de prendre du recul car tout au long de la semaine des 24 Heures du Mans, nous sommes dans notre bulle. On voit les événements différemment quand on est là, au cinéma. Les 24 Heures du Mans sont vraiment une course à part et très intenses comme on peut le voir depuis quelques années en LMP2. Près de 20 voitures engagées lors de cette édition avec beaucoup de prétendants à la victoire. On est obligé de se battre à coup de dixièmes, il faut une auto fiable car c’est un vrai sprint de 24 heures. Les pilotes sont sous tension tout au long de la course car les batailles sont intenses. »

Jonathan Hirschi (Graff-So24) : « On ne se rend pas compte de tout ce qui se passe autour lorsqu’on est dans la voiture, on est comme dans une bulle. Ce film retrace bien la magie de cette course qui vous projette dans une autre dimension. De plus, nous sommes montés sur le podium, ce fut un moment très fort ! »

Julien Andlauer (Dempsey-Proton Racing) : « Remporter cette course est juste énorme. Il ne faut pas oublier qu’en juin, je n’avais que 18 ans ! Il s’agissait donc de ma première participation. Toute l’équipe a beaucoup travaillé, nous avons fait zéro faute tout au long des 24 heures, ce fur une course parfaite. C’est un rêve de gagner Le Mans, surtout pour un Français ! »

Quelques questions du public sur :

…la spécificité du circuit des 24 Heures vue par Tristan Gommendy : « Le Mans est vraiment à part car le tracé est atypique, non permanent et tellement rapide à part deux virages lents dont Arnage et à moindre mesure Mulsanne. Ce n’est que du plaisir, on est souvent à fond, cela procure de belles sensations. »

…par rapport au temps de récupération après les 24 Heures du Mans, l’ensemble des pilotes ont été assez unanimes sur le sujet. Sébastien Buemi résume bien la pensée de ses collègues : « Nous sommes toujours très fatigués après la course. Il faut environ deux jours pour récupérer, mais cela dépend aussi du résultat. C’est toujours plus long de s’en remettre lorsque l’on abandonne comme dans le dernier tour (rire) ! Toute l’énergie et l’adrénaline tombent juste après le drapeau à damiers, ce sont des sensations fortes. »

…à propos de Fernando Alonso, Sébastien Buemi est revenu sur l’implication du double champion du monde de Formule 1 : « Fernando s’est beaucoup impliqué au sein de l’équipe. Il a d’abord fait les 24 Heures de Daytona pour découvrir les courses d’endurance. Il a ensuite beaucoup roulé dans la voiture, il a beaucoup appris, regardant même des vidéos des anciennes éditions. Pendant la course, il a été exemplaire, il a été cherché la victoire ! »

la traditionnelle question sur la portion préférée des pilotes est bien évidemment tombée. A l’unanimité, les pilotes ont tous cité les Virages Porsche et pour une majorité celui d’Indianapolis également. Vincent Capillaire aime lui aussi le virage du Tertre Rouge tandis que Sébastien Buemi et Julien Andlauer apprécient aussi les virages du Raccordement. Pour finir, Nicolas Lapierre a précisé qu’il n’aimait pas celui d’Arnage car il n’offre pas de sensation, ni de vrai intérêt. Il est même facile de faire une faute dans cette portion !