Présent et avenir du IDEC Sport Racing avec Patrice Lafargue

24h du Mans 2017

Après avoir terminé les 24 Heures du Mans à la 12e place au général (10e en LM P2) et décroché le Prix ESCRA de la meilleure assistance technique, IDEC Sport Racing reprend sa saison European Le Mans Series sur le Red Bull Ring. Patrice et Paul Lafargue retrouvent Olivier Pla en troisième homme sur la Ligier JS P217 après avoir fait rouler David Zollinger à Silverstone et au Mans.

Patrice Lafargue est revenu avec nous sur la prestation mancelle d’IDEC Sport Racing : « Le résultat est au-delà de ce qu’on pouvait imaginer, surtout après les soucis rencontrés en essais. En course, nous n’avons pas cherché les meilleurs temps mais bien l’endurance et le travail a payé. Il fallait s’assurer de ne pas commettre la moindre faute. Le début de saison n’a pas été facile mais au Mans nous avions une auto facile à piloter. Elle nous a bien rendu le soin qu’on a pris à son volant. Le seul souci a été une vis d’alternateur desserrée. On a aussi profité de la malchance des LM P1. C’est incroyable qu’une LM P2 ait pu terminer aussi près de la victoire. Tout le monde en a profité. »

Rentrer dans le top 10 de la catégorie LM P2 au général avec un équipage composé de deux Silver et d’un Bronze n’est pas une mince affaire pour Patrice Lafargue, qui plus est avec son fils : « C’est énorme de partager cela avec Paul. Il y a 99% de chance que cela ne se reproduise plus compte tenu du niveau en LM P2. L’esprit de l’équipe était vraiment au top. Le résultat soulève forcément pas mal d’espoir et d’envie. »

IDEC Sport Racing s’oriente vers un programme identique en 2018, même si quelques changements pourraient être apportés : « On a pris goût à l’ELMS et on se pose des questions sur l’avenir. Nous avons des demandes de pilotes qui veulent rouler pour nous et pas des moindres. Il est peut-être temps de passer à deux autos avec une rapide pour la gagne et une plus typée gentlemen. Dans ce cas, je ne serai plus associé à Paul qui peut viser bien plus haut. Personnellement, je n’ai pas la moindre envie d’arrêter de rouler. »

Si le programme est trouvé, le choix du châssis n’est pas confirmé : « Il reste à finaliser le cocktail châssis, pilotes, pneumatiques. Rien n’est arrêté sur le châssis. On attend la réaction d’Onroak et je n’ai pas de doute sur leur réaction mais on ne doit rien exclure de notre côté. La décision se prendra à la rentrée car l’objectif est de prendre part à un maximum d’essais. »

Le team a fait le choix de la Ligier JS P2 en 2016 sans mettre Le Mans à son agenda. Patrice Lafargue assume ce choix avec du recul : « Notre approche en LM P2 était la bonne. Il fallait rouler et apprendre la catégorie. Pas une seule fois nous nous sommes mis la pression. On a beaucoup appris. La prestation de l’équipe au Mans prouve que le choix était le bon. La récompense du Prix ESCRA est quelque chose dont je suis fier. »

En parallèle, les 24 Heures Series seront à nouveau au menu dans la catégorie A6 (GT3) : « L’équipe est amoureuse du championnat même si nous connu beaucoup de soucis sur cette auto exceptionnelle qu’est la Mercedes-AMG GT3. Nous avons remporté le titre dans la catégorie Cup et nous voulons maintenant le gagner en A6. Le podium est un bel objectif pour cette année. Cependant, nous sommes en pleine réflexion sur le châssis 2018. Jusqu’à présent, nous avons passé trop de temps dans les stands. Si nous gardons la même auto, peut-être qu’il faudra changer le numéro de course (rire). » Quelques piges en VdeV Endurance Series ne sont pas à exclure non plus en 2018 avec la GT3.

IDEC Sport Racing ne manque pas de projets, aussi bien sur les circuits que sur les mers du monde entier via IDEC Sport Sailing…