Entretien avec Hugues de Chaunac (ORECA) : Toyota, LM P2, DPi…

Hugues de Chaunac a une double casquette ce week-end à Monza. Entre le suivi des ORECA 07 et ses obligations professionnelles chez Toyota Gazoo Racing, le président du Groupe ORECA a les yeux sur plusieurs dossiers. La saison 2017 s’annonce riche pour la dernière née des LM P2 conçue à Signes, sans oublier la volonté affichée de briller en LM P1 en soutien technique de Toyota. Hugues de Chaunac a fait le point avec nous sur les différents dossiers en cours.

Avoir une troisième Toyota à Spa et au Mans demande plus de personnel venant d’ORECA ?

« Non car le Toyota Gazoo Racing s’est organisé en conséquence. La troisième auto ne sera présente qu’à deux reprises cette année. Pour ORECA, l’effectif 2017 reste inchangé par rapport à l’an dernier. »

Une belle satisfaction de revoir Nico Lapierre ?

« C’est même une très belle satisfaction et j’en retire une certaine fierté. ORECA a contribué à aider Nico à traverser une période assez compliquée. C’est un pilote très brillant qui a sa place en LM P1. Quand Toyota a regardé à aligner une troisième auto, son nom est vite venu dans les conversations. Il connaît parfaitement l’équipe. Sa présence est un atout supplémentaire pour Toyota. »

Du côté LM P2, tous les clients roulant en 07 sont livrés ?

« Toute l’équipe se bat pour que les clients soient livrés en temps et en heure. CEFC Manor TRS Racing va recevoir son second châssis sous peu. La course contre la montre se s’arrêtera pas à Silverstone mais bien après Le Mans. Je regrette sincèrement que les ORECA 07 soient seules en FIA WEC car je suis quelqu’un qui aime la compétition. On fait notre possible pour offrir le meilleur support à tous nos clients. Les équipes sont très affûtées et nous avons un plateau LM P2 tout simplement exceptionnel. »

MOTORSPORT : FIA WEC - PROLOGUE MONZA (ITA) - 03/31-04/02/2017

Les équipes ont roulé avec le kit ‘low downforce’ aux Essais Officiels ELMS ?

« Non et il en est de même au Prologue FIA WEC. Il aurait fallu livrer les kits à toutes les équipes. Toutefois, elles ont eu l’occasion de le tester avant les essais officiels. »

Quel est votre regard sur le championnat américain après deux courses ?

« Je retiens des 12 Heures de Sebring bien plus équilibrées que les 24 Heures de Daytona entre les DPi et LM P2. Il faut attendre quelques manches supplémentaires pour se faire une idée plus arrêtée. Pour ORECA, le marché américain est très important. »

Où en sont les discussions sur le sujet DPi ?

« Elles avancent et j’espère qu’il y aura une communication d’ici l’été. Je suis plutôt confiant sur le sujet. »

Une fois les choses entérinées, on pourrait voir une auto en fin de saison ?

« L’objectif est d’être prêt pour les 24 Heures de Daytona 2018. Il y a un vrai engouement pour le DPi. Il n’est pas exclu de voir ORECA avec un constructeur en DPi la saison prochaine puis un autre en 2019. Jusqu’à présent, on ne nous demande pas l’exclusivité. »

Les annonces récentes sur le LM P1 non hybride font qu’ORECA reste en veille ?

« Nous restons attentifs au sujet. Il faut rester prudent. Ce qui est sûr, c’est qu’ORECA a les compétences pour cela. La FIA et l’ACO mènent une réflexion pour avoir la certitude de proposer le bon produit à l’avenir. »

Quel est votre regard sur le futur de la catégorie LM P1 hybride ?

« Il faut trouver le bon compromis entre les constructeurs qui sont déjà là et ceux qui souhaitent venir. Le budget est forcément primordial mais il ne faut pas pour autant balayer ce qui a été fait jusque-là. »