Classic

Art and Revs met en vente une Toyota 92C-V

24 Heures du Mans
10 juil. 2021 • 12:00
par
dbristol
Cette voiture a participé trois fois aux 24 Heures du Mans et les a terminées à chaque fois qui plus est dans le top 10 à trois reprises. Cette Toyota 92C-V, à vendre par Art & Revs, est extrêmement rare. Il n'en reste qu'une aux mains d'un privé et elle est entièrement prête à courir.
Toyota Le Mans

Dans les années 1987-1993, les 24 Heures du Mans ont connu un véritable âge d'or, avec de grands constructeurs s'affrontant dans l'espoir de remporter la course d'endurance la plus emblématique. Jaguar, Nissan, Mazda, Peugeot, Porsche, Sauber et Toyota ont conçu des voitures de course exceptionnelles et ont fourni des ressources considérables à leurs équipes pour construire et faire courir des voitures qui étaient au sommet du développement automobile. L'industrie automobile japonaise était dans une période de grande expansion et le marché européen était la première cible étrangère.

 

Toyota a contracté Dome qui a fait ses débuts au Mans avec la spectaculaire "Zero" en 1979 et en 1985 est apparue la Toyota - Dome "85C", propulsée par un moteur 4 cylindres. Puis en 1989 est apparue la 89C, propulsée par un V8 biturbo. Les voitures se sont avérées fiables mais ont souffert de l'absence d'un programme ambitieux et suffisamment financé.

Toyota Le Mans 1990

A la fin de l'année 1990, il a été décidé de tirer un trait et de se concentrer sur la conception et la construction d'une nouvelle voiture pour la saison 1991, basée sur la nouvelle réglementation "Catégorie 1" avec des voitures de 750 kg équipées de moteurs de 3,5 litres. La nouvelle voiture appelée TS010 était extrêmement rapide, mais les premiers tests ont montré que la fiabilité était douteuse. 

 

Cependant, la décision avait été prise au milieu de l'année 1991 de développer une version plus récente des voitures de catégorie 2 C-V, la 92C-V, comme "voiture de secours" pour Toyota au Mans. La victoire de Mazda au Mans en 1991 a également confirmé l'ambition de Toyota de gagner.

 

En fait, la 92C-V (alias "1992 Groupe C V8") était plus qu'une évolution de la 90C-V. Toujours construite par Dome, elle bénéficie d'une nouvelle carrosserie, de nouvelles suspensions, de freins en carbone et d'un moteur amélioré. Elle a été construite pour être fiable, la performance pure n'étant pas d'un grand intérêt à l'époque pour une course de 24 heures. Elle a également été conçue pour générer plus d'appui en raison de la configuration à deux chicanes du circuit depuis 1991.

 

Deux châssis ont été engagés aux 24 Heures du Mans 1992 et notre voiture en question, le châssis #001, portait le numéro 35 sur une belle livrée rouge-rose sur fond blanc. Elle était pilotée par George Fouché, Steven Andskar et le légendaire Stephan Johansson. Engagée sous la bannière du Toyota Team Tom's, elle était dirigée par Trust, une équipe japonaise bien connue au Mans et vainqueur du championnat All Japan Sport Cars. Elle se qualifie à une respectable 17ème place, mais s'est rapidement maintenue dans le top 10. Malgré des conditions météorologiques exécrables qui génèrent habituellement moins de stress sur les composants mécaniques, la fiabilité des voitures de Cat. 1 s'est avérée douteuse et notre voiture a terminé à une remarquable 5ème place au classement général, l'autre 92C-V de Roland Ratzenberger, Eddie Irvine et Eje Elgh terminant à la 9ème place.

Toyota Le Mans 1992
Toyota Le Mans 1992

En 1993, la voiture a été rebaptisée "93C-V" mais a conservé son NIV 001. Sa partie avant a été révisée pour générer plus d'appui, facilement reconnaissable par son splitter plat avant et la voiture est inscrite avec le numéro de course #25. Elle est toujours pilotée par George Fouché, associé au Suédois Eje Elgh et à Steven Andskar. C'est une année de compétition intense entre les voitures de catégorie 1 avec pas moins de trois Toyota TS010 et trois Peugeot 905 engagées. Une nouvelle fois, les TS010 connaissent des défaillances et c'est un "triplé" pour Peugeot. Grâce à un effort remarquable le dimanche matin, notre voiture a réussi à terminer à la 6ème place au classement général, à quelques tours seulement de la TS010 la mieux placée. 1993 devait être la dernière année des voitures du groupe C, mais la carrière de la 92C-V ne s'arrêta pas là.

Toyota Le Mans 1993
Toyota Le Mans 1993

En effet, pour 1994, le règlement a changé, ouvrant un nouveau domaine pour les voitures GT, mais Porsche décide de "jouer" avec les règles. Ils réussissent à homologuer la 962 en GT avec Dauer, mais Toyota décide de modifier la 92C-V en LMP1, la toute nouvelle catégorie au Mans. Malgré un handicap massif en termes de poids (1000 kg au lieu de 900 kg), de capacité de carburant et d'appui, il est décidé d'engager deux voitures cette année-là. La plupart des modifications LMP1 consistaient en un aileron arrière repositionné, une queue plus longue et un diffuseur plus petit, tandis que l'avant restait inchangé. Le châssis #001 était piloté à nouveau par la paire Fouché et Anskar, complétée par le célèbre as de Porsche, Bob Wollek. 

 

Elle se qualifie en 8ème position à seulement quatre secondes de la Courage C32 qui a réalisé la pole. En début de la course, la bataille était très serrée entre Courage, Dauer et Toyota, mais rapidement les Toyota se sont montrées rapides sur la piste, le châssis #001 étant 2ème après une heure. La voiture sœur, le châssis #005 de Eddie Irvine, Mauro Martini et Jeff Krosnoff prend la tête après 4 heures. La #001 est 3ème, puis 1ère et 2ème après 7h et pendant la nuit notre voiture partage la tête avec sa sœur.

Le Mans 1994

Malheureusement, elle souffre de problèmes mineurs et perd quelques tours le matin. Cependant, la #005 a conservé la tête jusqu'à une heure et demie avant la fin de la course, lorsqu'elle casse une liaison de boîte de vitesses et s'arrête sur la piste au bout de la voie des stands. La réparation coûte deux tours et la voiture termine 2e, à un tour seulement de la Porsche Dauer #36. Toyota ne remportera pas Le Mans, une déception après avoir été en tête pendant la majeure partie de la course. Notre châssis 001 termine finalement à une belle 4ème place au classement général, prouvant ainsi sa qualité de construction et sa fiabilité exceptionnelles.

 

En 3 participations, les 92C-V ont toujours vu le drapeau à damier et ont essentiellement obtenu de meilleurs résultats que la TS010. Seules les #001 et #005 ont été engagées au Mans et ont à chaque fois terminé la course. Après l'épreuve, les deux voitures sont retournées au Japon et la #005 a ensuite été donnée au Musée du Mans. La #001, quant à elle, a été utilisée comme voiture de développement pour le moteur de la GT-One qui était en fait très largement basé sur celui de la 92C-V .

 

Cette voiture, le seul exemplaire en mains privées, est restée la propriété de Team Trust jusqu'à la fin des années 2000, quand elle a été acquise par un collectionneur en Afrique du Sud qui l'a expédiée au Royaume-Uni pour qu'elle soit restaurée à sa gloire d'antan. En 2017, elle a été acquise par le propriétaire actuel qui a fait préparer entièrement la voiture pour le Group C. La voiture a eu quelques sorties avant que son moteur ne soit reconstruit en 2021 par le célèbre constructeur de moteurs Xtec délivrant 782 CV avec une suralimentation très régulière. Elle est prête pour la course en particulier Le Mans Classic en 2023 et est également livrée avec un vaste ensemble de pièces détachées.

 

Elle est mise en vente par Art&Revs...

TOYOTA 92C-V
TOYOTA 92C-V
TOYOTA 92C-V
TOYOTA 92C-V

 

TOYOTA 92C-V

Photos et texte tirés du site de Art&Revs

 

Commentaires

Connectez-vous pour commenter l'article