Classic

Mazda et les 24 Heures du Mans, une longue histoire d'amour

Dossiers Auto
24 Heures du Mans
24 juin. 2021 • 10:00
par
dbristol
Le 23 juin 1991, une Mazda 787B remportait les 24 Heures du Mans, marquant ainsi le premier succès d'un constructeur japonais en Sarthe. Suite de notre focus historique sur le passé de Mazda aux 24 Heures du Mans. Aujourd'hui, de 1983 à 1991...
Mazda Le Mans 1991
Pesage Mazda Le Mans 1991

(Première partie ICI).

 

Mazda cherchant un partenaire européen pour l'exploitation de ses Mazda 717C, Alan Docking Racing, basé à Silverstone, est sollicité en 1983. Deux voitures sont engagées pour Le Mans : l'une avec une équipage japonais complète et l'autre avec les stars britanniques : Jeff Allam, Steve Soper et James Weaver. Il est intéressant de noter qu'une autre voiture du Groupe C Junior est équipée d'un moteur Mazda - un châssis Harrier britannique équipé du même moteur 13B que les petites voitures d'usine 717C, mais cette écurie britannique ne se qualifie pas. Cependant, pour la structure usine, c'est une autre histoire et le 19 juin 1983 est à marquer d'une pierre blanche dans l'histoire du constructeur. Assez lentes en vitesse de pointe (291 km/h), les voitures sont fiables et Mazda remporte sa première victoire aux 24 Heures du Mans en catégorie Groupe C Junior avec Takashi Torino, Yojiro Terada et Yoshimi Katayama sur leur Mazda 717C #60 (photo ci-dessous). Ils terminent même 12e au classement général.

Mazda Le Mans 1983

 

L'édition 1984 des 24 Heures du Mans est marquée par le plus gros effort de Mazda. L'usine a engagé deux voitures 727C dans la catégorie renommée Groupe C2. Avec une aérodynamique améliorée, la 727C est une version actualisée de la Mazda 717C de 1983. Ces Mazda 727C sont rejointes par une paire d'élégantes Lola T616 C2 engagées par l'Américain Jim Busby. Elles sont propulsées par le même moteur 13B birotor que les 727C. Ces Lola-Mazda soutenues par BF Goodrich sont équipées des pneus radiaux expérimentaux du sponsor.

Lola Mazda Le Mans 1984

Elles sont pénalisées par leur faible puissance, mais compensent par une grande régularité si bien que la Lola T616 Mazda #68 de Yoshimi Katayama, John Morton et John O'Steen termine 10e au classement général et remporte le groupe C2. L'autre Lola est troisième de sa catégorie.

Lola Mazda Le Mans 1984

De leur côté, les deux Mazda 727C franchissent la ligne d'arrivée quatrième et sixième du groupe C2 dont la meilleure est la #87 de David Kennedy, Jean-Michel Martin, Philippe Martin (ci-dessous). A noter que sur la secondes Mazda 727C, la #86, se trouve un autre pilote belge, Pierre Dieudonné qui sera un grand fidèle de la marque.

Mazda Le Mans 1984
Mazda Le Mans 1984 @ACO (DR)

Pour Le Mans 1985, Mazda a engagé deux Mazda 737C birotor dans le groupe C2. La #85, dont les pilotes sont tous japonais, termine troisième de sa catégorie. Le moteur rotatif a une nouvelle fois démontré son potentiel et Mazda envisage de passer à la catégorie supérieure.

 

Dans le but de se battre pour de meilleures positions au classement général, Mazda passe à la catégorie IMSA GTP avec la nouvelle Mazda 757 lors des 24 Heures du Mans 1986. C'est le début d'un plan visant à viser la victoire finale, c'est pourquoi le moteur passe à trois rotors (500 ch) et le châssis est entièrement nouveau. La première année, aucune des 757 ne termine après des problèmes avec les transmissions Porsche, mais conçue par le designer britannique Nigel Stroud, la Mazda 757 était une déclaration d'intention.

1986_Mazda757
1986_Mazda757

Cette dernière se concrétise en 1987 lorsque la Mazda 757 de David Kennedy, Pierre Dieudonné et Mark Galvin remporte la catégorie IMSA GTP et termine septième au classement général. Cette #202 est étonnante de régularité si bien, qu'en dépit d'un changement de suspension peu avant minuit, elle aurait pu viser la 4e place au général. 

Mazda Le Mans 1987

La Mazda 757 victorieuse en 1987 a servi de tremplin à la Mazda 767 quadrirotor (550 ch), encore plus rapide et plus puissante, qui a fait ses débuts aux côtés d'une 757 en 1988. C'est l'ancienne 757 qui remporte une nouvelle victoire de classe avec Yojiro Terada, David Kennedy et Pierre Dieudonné. Les deux autres autos finissent 17e et 19e. En 1989, deux 767B modernisées (50 chevaux de plus, légères retouches aérodynamiques soit 14 secondes de mieux aux essais du Mans) et une 767 sont engagées. La 767B #201 remporte la catégorie GTP et se classe septième au classement général avec sa sœur #202 en 10ème position, tandis que l'ancienne 767 termine 12ème. Une année forte pour Mazda, le Mans 1989 est un grand succès.

Mazda Le Mans 19869
Mazda Le Mans 1989

Pour Mazda, la tendance à présenter deux voitures entièrement neuves et un châssis de l'année précédente est gardée en 1990 avec l'inscription de deux nouvelles Mazda 787 (voitures #201 et #202) et d'une Mazda 767B portant le #203. La nouvelle Mazda 787 était équipée d'un châssis en fibre de carbone et du nouveau moteur 26B quadrirotor, plus léger, plus petit et plus économique que le 13J qu'il remplaçait. Il était doté de tuyaux d'admission variables et chaque rotor avait trois bougies d'allumage. Lors de la course de 1990, les nouvelles 787 souffrent de problèmes électriques et de transmission, mais la Mazda 767B #203 termine 20e et remporte la catégorie GTP.

Mazda Le Mans 1990

 

Avec l'annonce de l'interdiction des moteurs rotatifs au Mans à partir de 1992, Mazda a une dernière chance de remporter le classement général avec son moteur unique. En 1991, la Mazda 787 est à nouveau sérieusement développée et devient la nouvelle 787B, dont l'empattement est allongé de 25 mm, les roues de 18 pouces sont plus grandes et les freins sont en fibre de carbone. La carrosserie a été revue pour améliorer le refroidissement et augmenter l'appui aérodynamique. Elle a gardé son poids de 830 kilos. Deux 787B sont engagées (#18 pour David Kennedy, Stefan Johansson, Maurizio Sandro Sala et #55 confiée à Volker Weidler, Johnny Herbert, Bertrand Gachot) aux côtés d'une 787 (#56 pour Pierre Dieudonné, Takashi Yorino, Yojiro Terada). La deuxième 787B termine sixième et la 787 huitième. Cependant, c'est la Mazda 787B #55 (châssis #002) qui est entrée dans l'histoire avec une incroyable victoire au Mans à tel point que la télévision japonaise a interrompu tous ses programmes pour diffuser en direct l'arrivée de la course ! 

 

Mazda Le Mans 1991

 

Johnny Herbert se souvient de cette Mazda 787B : "L'habitacle de la 787B était magnifiquement aménagé et confortable, le moteur rotatif était absolument fantastique. La voiture était douce comme de la soie et d'une fiabilité à toute épreuve. Mazdaspeed était une toute petite équipe comparée à celles de Mercedes et de Jaguar, mais en 1991, elle était en parfaite position grâce à l'énorme processus d'apprentissage des années précédentes".

quadrirotor

Pour les fans présents au Mans en 1991, le souvenir le plus marquant sera probablement le "cri" incroyable des moteurs rotatifs Mazda et les flammes léchant l'échappement la nuit. Les ingénieurs des moteurs rotatifs de Mazda, qui ont travaillé d'arrache-pied, se souviendront longtemps de la reconnaissance ultime de leur travail. L'équipe gagnante était une véritable écurie internationale, Mazdaspeed étant soutenue par l'organisation française ORECA, tandis que le concepteur de châssis britannique Nigel Stroud et le consultant belge de l'équipe, Jacky Ickx, six fois vainqueur au Mans, ont également joué un rôle important dans ce succès.   

Mazda Le Mans 1991

Aidée par la livrée audacieuse du sponsor japonais de vêtements Renown, la Mazda 787B # 55 gagnante du Mans est devenue l'une des plus célèbres vainqueurs du Mans. Immédiatement retiré de la compétition après la course, le châssis #002 de la Mazda 787B trône désormais au siège de Mazda à Hiroshima.

Musée Mazda

 

Maintenue en parfait état de marche, la Mazda 787B #55 continue de conquérir le cœur des amateurs de voitures du monde entier lorsqu'elle est présentée dans diverses manifestations comme lors des 24 Heures du Mans 2011 aux mains de Johnny Herbert (photo ci-dessous) et sur diverses manifestations Mazda au Japon.

Mazda 787B

Trente ans après sa victoire pionnière, elle reste une icône dans le monde du sport automobile et un moment marquant dans les 101 ans d'histoire de Mazda, mais aussi dans l'histoire des 24 Heures du Mans.

Commentaires (3)

Connectez-vous pour commenter l'article

glassetyoan69@gmail.com

25 juin. 2021 • 11:26

Superbe article 😉 j'ai hâte de lire la suite

Ah ce moteur Wankel qui n'as été que très peu développé appart par Mazda, et cette victoire fut une bonne récompense pour toutes ces années de dur travail 😊

wizztiti@yahoo.com

24 juin. 2021 • 20:08

Pour quelle raison les moteurs rotatifs ont ils été (et sont toujours) interdits ? Merci.

Pierre-Louis

24 juin. 2021 • 12:12

Superbe article, qui rappelle tant de beaux souvenirs. A quand un ouvrage sur l'aventure des constructeurs japonais au Mans et en endurance plus largement? Toyota écrit une bien belle histoire maintenant . Mr Bristol ou M. Mercier peut-être en serez-vous les auteurs?