Classic

Focus Porsche sur les 24 Heures du Mans : épisode 1, 1951

24 Heures du Mans
21 juin. 2021 • 16:00
par
dbristol
Au cours des prochains mois, le Musée Porsche se consacrera entièrement au thème principal du patrimoine : "La success story de Porsche au Mans". Le point de départ est 1951, l'année où Porsche a remporté sa première victoire de classe avec la 356 SL.
Porsche 356 SL Le Mans 1951

Après le triomphe du coupé en alliage léger, 107 autres victoires de classe et 19 victoires au général ont suivi. 70 ans plus tard, Porsche a décidé de rendre hommage aux nombreux moments historiques des 24 Heures du Mans. "Dans le nouveau format des "Porsche Moments", nous mettrons en lumière des moments particuliers de notre passé au cours desquels nous avons - du point de vue d'aujourd'hui - marqué l'histoire de l'entreprise, du produit ou de la course. Nous reconstituons ces moments de la manière la plus authentique possible à l'aide de témoins contemporains", explique Achim Stejskal, responsable du patrimoine et du musée Porsche. Le vainqueur du Mans et champion du monde d'endurance Timo Bernhard va faire vivre aux fans les épisodes en tant qu'animateur. Il va rencontrer d'intéressants témoins contemporains sur quatre roues à Zuffenhausen et Weissach.

 

Pour le premier épisode de "Porsche Moments", Timo Bernhard a invité un compagnon qu'il n'avait pas vu depuis deux ans : Fritz Enzinger, vice-président du sport automobile chez Porsche. Ce dernier a conduit la marque à trois victoires au Mans. "La confiance et l'amitié sont importantes pour réussir en course", explique Fritz Enzinger en sortant de la 356 SL. SL est l'abréviation de Super Light. Grâce à sa carrosserie en aluminium, le coupé ne pèse que 680 kilogrammes. Près de 120 kilogrammes de moins que les 356 Coupé à carrosserie en acier produits par Reutter à Stuttgart à partir de novembre 1949. "Wilhelm Hild, de l'équipe de Porsche, a donné à la 356 SL le surnom de "canette en aluminium". En interne, la voiture porte le nom de "Type 514 Porsche Sport pour Le Mans 1951".

Porsche 356 SL Le Mans 1951

À partir de 1948, Porsche construit 44 coupés Type 356/2 à Gmünd, dans la région de la Carinthie, en Autriche. Onze autres carrosseries sont arrivées à Stuttgart et certaines ont été développées ici par la suite. La voiture présentée dans le premier épisode de "Porsche Moments" est le 'parrain' historique du vainqueur de la catégorie et a été fabriquée en 1952, soit un an plus tard que la voiture gagnante originale #46. "Imaginez un peu : une voiture de moins de 50 chevaux parcourt 2 840,65 kilomètres au Mans à une vitesse moyenne de 118,36 km/h. Et cela en 1951 ! Elle s'est rendue à la course par la route, puis est rentrée à Zuffenhausen par des routes de campagne", explique Fritz Enzinger. La voiture gagnante était conduite par l'importateur français Auguste Veuillet et son compatriote Edmond Mouche, deux pilotes pour une course de 24 heures - rien d'inhabituel à l'époque.

Porsche 356 SL Le Mans 1951

La rencontre de Timo Bernhard et Fritz Enzinger devant le Werk 1 est symbolique du parcours de la Porsche de Zuffenhausen jusqu'à la première victoire de classe au Mans. À l'origine, l'équipe avait débuté dans le bâtiment Reutter. "De nos jours, il est inconcevable de conduire des voitures de compétition par la route jusqu'au Mans", dit Timo Bernhard à propos du voyage risqué de onze heures pour arriver le 16 juin 1951. "Le départ a été donné à 7h15 du matin, Ferry Porsche a envoyé l'équipe", raconte Fritz Enzinger en montrant des photos historiques et des notes sur ce moment dans le journal du designer en chef de l'époque, Karl Rabe. Le pilote Auguste Veuillet et Charles Faroux, directeur de course des 24 heures du Mans, avaient réussi à convaincre Ferdinand et Ferry Porsche de participer au Mans lors du Salon de l'automobile de Paris l'année précédente.

 

Porsche 356 SL Le Mans 1951
Porsche 356 SL Le Mans 1951

Le chemin vers la première victoire de classe le 24 juin 1951 s'est avéré long - deux des trois voitures de compétition et d'entraînement avaient déjà été accidentées au moment du départ de la course. Tous les espoirs reposaient sur une seule 356 SL et le moteur boxer quatre cylindres de 46 PS à cylindrée augmentée. "Si vous gagnez au Mans avec une Porsche, cela se répercute dans toute l'entreprise", se souvient Fritz Enzinger. "Cela a dû être la même chose à l'époque avec la victoire en première classe. Le Mans est tout simplement un endroit magique". Le meilleur moment Porsche d'Enzinger en France a été la victoire en 2015 : "Nous avons dominé dès les premiers essais libres, un sentiment indescriptible. Le suspense a atteint son apogée sur la ligne d'arrivée. " Le 'Porsche Moment' personnel de Timo Bernhard est sa victoire au classement général en 2017. "Gagner trois années de suite n'est possible qu'avec la meilleure équipe. Nous venions de 21 nations - et nous avions tous le même objectif".

Porsche 356 SL Le Mans 1951

 

Pour honorer la success story de Porsche au Mans dans le monde entier, le constructeur de voitures de sport organisera également un roadshow de juin 2021 à janvier 2022 en plus des Porsche Moments. Il est prévu de s'arrêter à 14 reprises dans 10 pays, dont la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine, les Émirats arabes unis et l'Allemagne. Les passionnés de Porsche peuvent s'attendre à des apparitions statiques et dynamiques de plus de 20 voitures originales gagnantes issues de la collection historique. Dans tous les Centres Expérience Porsche du monde entier, des "Heritage Corners" (coins du patrimoine) seront consacrés à l'approfondissement de l'histoire, conformément au roadshow. En outre, divers événements consacrés aux voitures classiques sont prévus, notamment lors de la Monterey Car Week en Californie. En fonction de la situation, il sera possible de faire appel à des pilotes de l'époque, en direct ou virtuellement. Ils permettront aux fans de Porsche et aux amateurs de sport automobile de vivre des expériences passionnantes.

 

Après cet épisode 356 SL, cinq autres suivront. Timo Bernhard y rencontrera des protagonistes et des témoins contemporains tels que Norbert Singer, Walter Röhrl et Hans-Joachim Stuck. Les modèles suivants seront également exposés : 917 KH (1971), 936/81 et 924 GTP (1981), 962 (1987), 911 GT1 (1998) ainsi que la 919 Hybrid (2017).

Timo Bernhard

Commentaires

Connectez-vous pour commenter l'article