Auto

Renger van der Zande : "J’ai l’impression de faire partie du groupe Cadillac"

IMSA
WEC
10 juin. 2021 • 14:00
par
dbristol
Renger van der Zande va manquer la manche WEC de Portimão ce week-end car il est retenu par son programme Cadillac en IMSA avec Chip Ganassi Racing. Il sera de retour dans le baquet de l'Oreca 07 #34 d'Inter Europol Competition dès Monza le 18 juillet. Nous l'avons rencontré avant son départ pour la course de Detroit qui aura lieu ce week-end pour faire le point...
Van der Zande

Comment se sont passées vos trois premières courses IMSA ?

 

« Nous avons fait trois bonnes manches surtout au niveau de notre rythme et de notre vitesse. L’équipe a fait du bon travail. A Daytona, nous avons été malchanceux avec le pneu (crevé à la fin de la course). Nous avions une vraie chance de gagner. A Sebring, nous étions mieux préparés car nous avions eu plus de temps de travailler (qu'avant Daytona) sur la voiture, les données, les procédures. Une nouvelle fois, nous faisons une belle course, nous avons mené et là encore je pensais que nous allions gagner. A moins d’une heure de la fin de course, j’étais prêt à prendre mon dernier relais, j’ai sur le muret des stands. Mais la voiture a été touchée dans le dernier virage (par une BMW M8 GTE). Scott (Dixon) est rentré au stand pour réparer, mais c’était terminé pour la victoire. Cette course a été dure, nous étions bien mieux préparés qu'à Daytona, je connaissais mieux l’équipe, nous aurions dû l’emporter sans cette touchette. A Mid-Ohio, nous terminons 5e et sommes actuellement 6e au championnat. Même si nous n’avons pas de victoire, nous avons engrangé beaucoup de confiance, je suis très content de mon équipe et de mes coéquipiers, Kevin (Magnussen) et Scott (pour les courses d’Endurance). Je me sens bien, le programme a été fait tardivement, mais tout le monde travaille dans la même direction, l’équipe est là pour gagner. J’ai aussi compris, dès mon premier coup de fil avec Chip Ganassi, pourquoi son écurie a autant gagné par le passé… »

 

Quelles sont les différences entre Chip Ganassi Racing et Wayne Taylor Racing, votre ancienne équipe ?

 

« Wayne Taylor Racing est plus petit, c’est plus une équipe familiale. Chez Ganassi, l’équipe est plus importante car elle gère pas mal de programmes différents. Nous avons une belle collaboration avec Dallara (qui gère le châssis, ndlr), avec Cadillac et toutes les entités qui tournent autour de ce programme. »

 

Cadillac CGR Sebring

 

Comment se passe votre relation avec Kevin Magnussen ?

 

« Nous nous entendons très bien. Kevin roule vraiment vite. Quand un gars de F1 arrive en Endurance, on se demande toujours comment il va se comporter. Ils ont tellement l’habitude de prendre tout pour eux, la F1 est un mode d’égoïste. Dans notre discipline, il faut partager les infos et le temps de conduite avec son coéquipier, faire des compromis au niveau des réglages, des sièges. Kevin a un père qui a été en Endurance, il y est toujours d’ailleurs, depuis plus de 20 ans. Il a énormément roulé en IMSA et Kevin a appris de lui. C’est un super coéquipier, il prend beaucoup de plaisir au volant de la voiture. Il sait aussi que pour gagner des courses dans ce type de championnat, il doit coopérer. »

 

Vous êtes toujours dans le giron Cadillac. Peut être une bonne chose pour vous en prévision d’une éventuelle arrivée de la marque en LMDh…

 

« On va bien voir ce qui va se passer, car rien n’a encore été annoncé. Je suis avec eux depuis pas mal d’années maintenant. C’est incroyable de voir à quel point ils sont impliqués dans le sport automobile. Après quatre ans de collaboration, j’ai l’impression de faire partie du groupe ! »

 

Cadillac CGR Sebring

 

Vous êtes en parallèle impliqué en WEC en LMP2 avec Inter Europol Competition. Pourquoi ce choix ?

 

«Le futur de l’endurance à travers le LMDh et Le Mans Hypercar, c’est l’IMSA mais aussi le WEC. Pour pouvoir en faire partie en tant que pilote, il faut élargir ses horizons et être prêt à toute opportunité. Dans le WEC, il y a aussi les 24 Heures du Mans, il ne faut pas l’oublier. Quelques équipes IMSA disputent Le Mans et ce sera peut être encore plus important dans les prochaines années. Pour avoir les informations et les connaissances de ce championnat et de cette course, en particulier, ce sera ma 4e participation de suite en août prochain, il faut y être. C’est un nouveau programme pour l’équipe, ils n’ont jamais fait de WEC. Nous savons qu’il va nous falloir un peu de temps pour ce que ce programme soit couronné de succès. Je fais partie d’un groupe qui a envie de bien faire en WEC et c’est important. Il faut maintenant apprendre et progresser. Kuba, notre pilote Silver, fait du bon travail et piste et Alex (Brundle) connait bien cette voiture et a pas mal de connaissances sur les réglages. Nous avons donc un bel équilibre. Donc cumuler l’IMSA et le WEC pour moi, c’est une première, c’est aussi la première fois que je ne ferai pas de GT. J’adore rouler en prototype et avoir un double programme dans des grands championnats est une très bonne chose ! »

 

Vous connaissez bien l’Oreca 07 pour l’avoir pilotée par le passé, mais c’est la première fois que vous l’avez en version 2021 avec plus de poids, moins de puissance et un kit aéro Le Mans. Qu’en pensez-vous ?

 

« Je trouve qu’ils ont enlevé tout ce qui était fun de la voiture. C’était une auto efficace avec assez de puissance pour qu’elle soit un beau défi à piloter. Maintenant, ils ont enlevé de l’adhérence ce qui, dans un championnat Pro Am, n’est pas la bonne chose à faire. Je ne pense pas que la LMP2 soit un bon package pour les vrais gentlemen drivers dorénavant. »  

 

Inter Europol Spa

Pas de GT donc cette année ? Pas de 24 Heures de Spa fin juillet ?

 

« Le calendrier a changé, c’est dommage car j’avais une ou deux belles opportunités pour les 24 Heures du Nürburgring. Ils ont attendu un bon moment pour annoncer leurs pilotes car il y avait possibilité que Detroit soit bougé. Je leur ai dit : "je ne pense pas que cela va changer, je préfère vous dire non !" Quelques jours plus tard, l’IMSA annonçait qu’elle décalait la course d’une semaine pour faire un meeting commun avec l’Indycar (ce week-end à Detroit donc, ndlr). C’est dommage, j’avais une bonne voiture. Pour les 24 Heures de Spa, je n’ai actuellement pas de contact, je vais donc me concentrer sur mes deux programmes prototypes, le LMP2 et le DPi. »

Commentaires

Connectez-vous pour commenter l'article