Auto

Jean-Eric Vergne vise le titre en Formula E et les 24 Heures du Mans 

European Le Mans Series
8 juin. 2021 • 14:00
par
dbristol
Jean-Eric Vergne était de retour en Endurance ce week-end lors des 4 Heures du Castellet, 3e manche de la saison ELMS 2021. Il a remplacé Patrick Pilet, qui disputait au même moment les 24 Heures du Nürburgring, sur l’Oreca 07 #28 d’IDEC Sport en compagnie de Paul Lafargue et Paul-Loup Chatin. Endurance-Info a rencontré le double champion du monde de Formula E et nouveau pilote Peugeot Sport en Le Mans Hypercar…
JEV Casque

On vous imagine ravi d'être de retour en Endurance…

 

« Carrément, cela me fait très plaisir. J’aime beaucoup l’Endurance. Dès que je suis parti de la Formule 1, j’ai comme objectif d’y rouler. Cette année, je n’ai pas vraiment de programme en Endurance car c’est déjà bien chargé avec DS Techeetah en Formule E et le début du programme Le Mans Hypercar avec Peugeot Sport. Je n’ai donc pas cherché un programme entier, mais j’ai eu cette belle opportunité de rouler avec IDEC Sport, de découvrir une nouvelle équipe en faisant cette course avec eux. Je pense que je vais être leur réserviste le reste de l’année au cas où il leur manquerait un pilote (rire). En tout cas, je suis ravi d’être là, c’est vraiment une belle écurie et j’essaie de leur apporter un peu de mon expérience et les aider. »

 

Comment se sont faits les contacts entre IDEC Sport et vous?

 

« Je les connaissais déjà avant parce que nous étions adversaires en ELMS. Je connais Paul-Loup depuis longtemps, Nicolas Minassian aussi. Il ne faut pas oublier que le paddock Endurance est un petit monde… »

 

IDEC Sport Le Castellet

Je trouve ces nouvelles LMP2 très décevantes !

 

Que pensez-vous de la nouvelle version LMP2 ?

 

« Pour être honnête, je ne comprends pas du tout ce qui a été fait. Enfin si, je vois où ils veulent en venir, mais je trouve ces nouvelles LMP2 très décevantes. Cela n’a rien à voir avec ce que j’ai connu encore l’an dernier avec la l’Oreca 07 de G-Drive Racing. Beaucoup de pilotes pensent comme moi, mais peu le disent, mais moi, cela ne me dérange pas. Les pneus sont durs comme du bois, elle est plus lourde, il y a bien moins de puissance, on a du mal à dépasser les LMP3. Ce n’est plus le même fun honnêtement. On a tous les mêmes autos en LMP2, donc la compétition est toujours là, c’est toujours aussi sympa, mais mon plaisir de conduite est bien moins important qu’en 2020… »

 

IDEC Sport Le Castellet

 

Vous avez dit qu’après la F1, vous vouliez faire de l’Endurance. Qu’est ce que vous aimez dans cette discipline ?

 

« C’est un mélange de pas mal de choses. C’est trouver des compromis par rapport aux réglages, partager la voiture avec deux autres coéquipiers, se mettre à leur niveau aussi, faire des sacrifices de set-up pour que le pilote le moins à l’aise dans la voiture puisse aller plus vite car, au final, c’est lui qui va faire la différence. Cela ne sera pas le cas en Hypercar car je serai avec des pilotes Platinuim et que ce sont des voitures exceptionnelles à piloter. J’aime aussi les bagarres en Endurance ainsi que la magie d’une course en particulier, les 24 Heures du Mans. »

 

Votre gros programme 2021 est donc la Formula E avec DS Techeetah. Comment se passe votre début de saison ?

 

« C’est compliqué, mais je pense que personne n’a fait un bon début de saison. Cette année, c’est tellement difficile, avec des hauts et des bas pour de nombreux pilotes et équipes. C’est vraiment une notion de survie tout en limitant les dégâts. Le niveau des écuries est monté d’un cran, c’est bien plus difficile que les saisons précédentes. Les pilotes sont vraiment tous super forts, c’est costaud, il y a vraiment du gros niveau !

 

Je ne suis pas mécontent de mon début de saison quand même car il y a de bons résultats, la performance va de mieux en mieux. Je suis en bonne position au championnat, à 15 points du leader, donc je suis dans la course au titre. En une seule course, je peux passer en tête. Nous sommes à mi saison, il reste encore pas mal d’épreuves, il va y avoir des opportunités. Il va falloir être intelligent, ne pas faire d’erreur et bien travailler jusqu’à la fin. »

 

Formule E

 

Le week-end des 24 Heures du Mans reste libre pour vous. Allez-vous disputer la course ?

 

« Ce n’est pas prévu. Si une équipe a besoin de moi, je suis prêt à y aller car j’aimerais bien faire Le Mans. Mais n’ayant pas de programme à l’année en Endurance, c’est compliqué… »

 

C’est génial de faire partie de cette aventure avec Peugeot Sport

 

L’autre grosse nouvelle du début d’année est votre titularisation en tant que pilote officiel Peugeot Sport en Le Mans Hypercar. Quel est votre ressenti ?

 

« C’est génial, c’est un peu un rêve. Je vais rouler pour une marque emblématique et, qui plus est, est dans la même maison que DS, dans la même usine. L’historie a déjà commencé il y a plusieurs années avec ce constructeur, c’est top de pouvoir écrire de nouvelles lignes de l’histoire du groupe en ayant de bons résultats. On a été champion de Formula E ensemble avec le groupe Stellantis, j’espère que nous aurons aussi de bons résultats aux 24 Heures du Mans. C’est un vraie histoire d’hommes, cela restera gravé, peu importe ce qu’il se passe, mais en tout cas, c’est génial de faire partie de cette aventure. »

 

Peugeot

 

Vous vous êtes déjà rendu chez Peugeot Sport plusieurs fois. Qu’avez-vous fait ?

 

« J’ai déjà fait pas mal du simulateur. Le programme avance bien, mais, à part cela, je ne sais pas ce que je suis autorisé à vous dire, donc je ne vais pas aller plus loin (rire)… »

 

Après la Formule 1, deux titres en Formula E, votre nouvel objectif est certainement un titre WEC mais surtout une victoire aux 24 Heures du Mans.

 

« Je signerais maintenant pour être à nouveau champion du monde de Formula E et vainqueur des 24 Heures du Mans. Ce serait magique ! »

 

JEV Castellet IDEC

 

Commentaires

Connectez-vous pour commenter l'article