Wayne Taylor Racing satisfait de ses essais à Daytona

La Cadillac DPi-V.R #10 de Wayne Taylor Racing a terminé le “Roar Before the Rolex 24 at Daytona” avec le 6e temps signé par Jordan Taylor en 1:34.431 quand Oliver Jarvis établissait le temps de référence en 1:33.398 sur la Mazda N°77 Joest DPi. La faute à une petite sortie hors piste du pilote américain. « Nous avons eu un problème lors des qualifications », avoue Wayne Taylor. « Jordan a mis une roue en dehors de la piste, ce qui a déconnecté la direction assistée et abîmé une partie du plancher. »

Le plus important n’était pas là. Le but de ces trois jours d’essais était vraiment de rouler un maximum et de donner du temps de conduite à Kamui Kobayashi et Fernando Alonso venus épauler les deux pilotes titulaires en IMSA, Jordan Taylor et Renger van der Zande.

L’objectif a été atteint puisque la Cadillac DPi-V.R noire a effectué 165 tours au total soit 587,4 miles (presque 1000 kilomètres). Les quatre pilotes ont réalisé à tour de rôle les tours les plus rapides de l’équipe au cours des quatre premières séances d’essais du vendredi et samedi. De plus, l’équipe s’est aussi concentrée sur les changements de pilotes plutôt que sur la vitesse globale sur certaines sessions. L’écurie managée par Wayne Taylor est maintenant fin prête pour la 57e édition des 24 Heures de Daytona qui auront lieu les 26 et 27 janvier. « Ça a été trois bonnes journées pour nous. Nos deux nouveaux pilotes – Fernando Alonso et Kamui Kobayashi – ont immédiatement été rapides. Ils se sont vite accoutumés à l’environnement, ils sont très professionnels et n’ont pas d’ego. Ils s’entendent bien avec Jordan et Renger. Tout le monde a roulé à peu près au même rythme, ce qui est une bonne chose. Ce n’est pas souvent que vous avez quatre pilotes qui font souvent les mêmes temps au tour. C’est donc un avantage pour nous surtout que toutes les Cadillac sont toutes proches. Maintenant, retour à l’atelier lors des prochaines semaines afin d’assimiler les choses que nous avons apprises et de revenir prêts pour la course. »

A l’heure des bilans, Kamui Kobayashi se montrait satisfait : « Comme nous nous y attendions, l’équipe a très bien travaillé ensemble – nous avons un bon feeling. Nous savons ce que nous avons à faire. Je pense que nous avons tous assez d’expérience pour ce type de course. C’était mon premier test avec l’équipe, nous partons donc du bon pied, mais avons encore du travail pour être encore plus forts. Notre objectif est de gagner la course. » Le pilote japonais a découvert une nouvelle piste lui qui est peu habitué au continent américain et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a a été séduit. « La piste est assez étonnante, surtout la partie banking ! Je suis toujours à la recherche de nouvelles choses excitantes dans le sport automobile et évidemment, ce circuit en fait partie. C’est aussi étonnant à quel point c’est différent de l’Europe, les spectateurs sont si proches des pilotes. Je viens d’un monde complètement opposé. J’aime cet endroit et je comprends mieux pourquoi les États-Unis ont autant de fans de sport automobile que ce soit en voitures de sport, en Nascar ou en IndyCar. »

Quant au dernier vainqueur des 24 Heures du Mans et double champion du monde de Formule 1, Fernando Alonso, il s’est plus concentré sur la voiture et l’équipe car il compte déjà une participation à la classique floridienne. « Tout s’est bien passé, un week-end d’essais en douceur. Je me suis habitué à la voiture, c’était ma première fois avec la Cadillac, et à l’équipe. C’est une écurie et des gens formidables, je me suis senti plutôt bien dans cette voiture trouvant un bon équilibre dès le début. Je connaissais la piste de l’année dernière, j’avais donc cet avantage. Il s’agissait simplement de me concentrer sur la façon dont l’équipe travaillait et sur la façon dont l’équipe voulait évoluer tout au long de ces essais. Je pense que nous avons fait quelques progrès avec la voiture. Nous avons appris deux ou trois choses que nous allons mettre en place pour les 24 Heures de Daytona. C’est une très longue course et tout doit se dérouler de la meilleure des façons. De nombreux facteurs différents déterminent qui remporte ces longues épreuves. De notre côté, il nous suffit de rester concentrés, d’exécuter notre plan de course du mieux que nous pouvons et d’aider l’équipe avec nos retours tout ne prenant soin de la voiture pendant les 24 heures. »