Tristan Gommendy (Graff-SO24) : « L’aboutissement du travail de toute une équipe ! »

#39 GRAFF SO24 (FRA) ORECA 07 GIBSON LMP2 TRISTAN GOMMENDY (FRA) VINCENT CAPILLAIRE (FRA) JONATHAN HIRSCHI (CHE)

Tristan Gommendy a signé son 4e podium aux 24 Heures du Mans il y a un peu plus d’une semaine. Il a terminé 2e en LMP2 (le classement est provisoire suite à l’exclusion de G-Drive Racing car l’équipe a fait appel de la décision des commissaires techniques) en compagnie de Vincent Capillaire et Jonathan Hirschi sur l’ORECA 07 #39 de Graff SO24. Un beau résultat après un début de saison ELMS pour le moins compliqué !

Comment s’est passée votre course ?

« Nous avons manqué de chance pendant ces 24 Heures du Mans. Nous avons eu une crevaison, deux stop and go et j’ai eu du « très mauvais » trafic pendant deux ou trois tours qui m’a fait perdre des paquets de secondes. L’auto a été performante tout au long de la course. Je connais bien cette épreuve, elle est très longue, j’ai toujours tendance à en garder un peu sous le pied et j’ai bien fait ! »

Justement, l’un des faits de course, à la fin, a été votre bagarre avec Loïc Duval sur l’ORECA n°28 de TDS Racing. Comment l’avez vous vécue ? 

« J’avais une avance de 1’20’’ sur Loïc lorsque j’ai été victime d’une crevaison à la roue avant gauche à l’approche du Virage d’Indianapolis. J’ai réussi à rentrer au stand sur trois roues sans déchaper. Nous avons été chanceux là-dessus car nous n’avons pas abîmé la carrosserie. Lorsque je suis revenu en piste, il restait dix tours, mais je n’avais plus que six secondes d’avance sur la voiture de TDS Racing. Je devais conserver l’avantage, tout en réussissant à économiser du carburant pour boucler les dix derniers tours avant l’arrivée. Autant dire que la fin de course a été très tendue avec une lutte très serrée avec Loïc ! J’ai même réussi à être plus rapide que lui sur plusieurs tours ce qui nous a permis de terminer 3e (puis 2e suite au déclassement de l’ORECA G-Drive Racing n°26, mais l’équipe a fait appel, le classement est donc provisoire, ndlr). Je réalise même le meilleur tour de l’auto dans le dernier tour de la course, c’est mon ingénieur qui m’a demandé d’attaquer au maximum ! »

Il s’agit de votre deuxième podium d’affilée aux 24 Heures du Mans, le 3ème de votre carrière…

« Un avec TDS Racing, un avec Jackie Chan DC Racing et celui avec Graff SO24 cette année. C’est même mon 4e podium en cinq ans si j’inclus celui au général l’an dernier avec Jackie Chan DC Racing ! Je suis assez chanceux quand même car ça a été fait avec trois équipes différentes »

Celui là a-t-il un goût plus particulier que les autres ?

« Je n’arrive pas très bien à réaliser, je dois bien avouer, car j’étais dans l’auto pour terminer la course. Je réalise plus par rapport aux gens qui viennent me voir depuis une heure et qui soulignent cette belle et haletante fin de course. Se battre face à Loïc fut vraiment sympa, c’est un pilote que je connais depuis longtemps et que je respecte. Ce fut une belle édition, je suis content d’avoir un peu contribué à ce résultat final. C’est avant tout excellent pour l’ensemble de l’écurie, c’est l’aboutissement d’un travail conséquent réalisé avant et pendant la course. Graff SO24 a fait un travail impeccable pour nous amener à ce résultat. Notre team manager, Pascal Rauturier, nous a adjoint, en supplément du staff technique habituel, les compétences de l’ingénieur Renaud Dufour qui officie habituellement chez AMG. Je tiens également à remercier Dunlop Motorsport qui a, de nouveau, été un partenaire de premier ordre et qui nous a fourni des produits et un service de grande qualité. »

Ça va vous « rebooster » avant la reprise de l’ELMS qui s’est jusqu’ici pas très bien déroulé…

« Ce résultat va redonner de l’élan à toute l’équipe qui en avait vraiment besoin. On ne va pas se le cacher : le début de saison ELMS a été très difficile. Après Monza, il y a eu beaucoup de discussions, de rapports de ma part et de remises en cause. Il fallait passer un cap pour aborder cette épreuve du Mans qui ne pardonne rien ! J’ai des équipiers qui ont une certaine expérience et qui ont su me soutenir lorsque j’étais trop difficile ou exigeant avec l’équipe. Nous avons formé un beau trio. Vincent est aussi très exigeant, Jonathan a beaucoup d’expérience. A nous trois, nous avons suggéré voire imposé certaines choses. Je suis vraiment tout content de tout ce travail accompli et que chacun y a travaillé activement.»