Tony Pereira (TFT) : « Les GT4 sont sexy »

Fidèle à la VdeV Endurance Series, TFT rajoute un autre programme d’envergure à sa saison 2017. L’écurie gersoise de Tony Pereira fera rouler une paire de Porsche Cayman GT4 Clubsport MR en Championnat de France FFSA GT en plus des quatre Norma présentes en VdeV.

Romain Iannetta et Eric Clément se partageront le volant d’une des deux Porsche, la seconde étant pour Niki Leutwiler et Ander Vilarino. TFT arrive donc en GT4 avec de sérieuses ambitions.

Tony Pereira est revenu avec nous sur le challenge GT4 : « Nos deux Cayman sont arrivées. Le GT4 est un nouveau programme pour tout le monde. Les GT4 sont sexy. Il faut juste éviter les dérives et contenir les coûts. En fonction des options prises, nous sommes à 165 000 euros HT, ce qui fait que le budget est tout de même important. L’avantage de la Porsche est justement que c’est une Porsche, sans compter qu’elle peut rouler partout. Cette saison, nous pourrions assister à une ‘Cayman Cup’, ce qui est à la fois un avantage et un désavantage. C’est plutôt positif pour la BOP et dommage pour le public. D’autres marques vont venir grossir le plateau sou peu. »  Seule la Porsche du Suisse Niki Leutwiler est attendue sur la Coupe d’Europe GT4 mais TFT compte bien y inscrire son second châssis. Quelques courses VdeV et d’autres plus exotiques ne sont pas à exclure.

TFT compte bien s’inscrire dans la durée en GT4 : « Pour faire vivre une équipe, il faut disputer deux championnats de front. Il n’y a aucun clash entre les deux séries GT4 et le VdeV. Pour un programme CN, il faut 14 personnes pour quatre voitures. En GT4, il suffira d’avoir deux mécaniciens et un ingénieur par auto. On sait gérer le GT4 rien qu’avec notre propre structure. De plus, la CN doit être remise à neuf après chaque meeting. Pour la GT4, on change les pneus et on remet de l’essence. C’est deux fois plus léger sur le plan de l’exploitation. »

Pour la partie CN, TFT a bouclé ses quatre équipages assez tôt. Les Norma M 20 FC sont toujours équipées du traditionnel moteur Honda 2.0 litres. « On ne s’est pas posé la question d’installer le 1.6 Peugeot » souligne Tony Pereira. « Le Honda 2.0 litres a encore de beaux jours devant lui. »

La piste LM P3 reste quant à elle toujours à l’étude : « La Norma M30 LM P3 est magnifique et je pense que la concurrence a du souci à se faire. Les solutions techniques sont très abouties. Le produit LM P3 ne met pas en péril le CN car la clientèle n’est pas la même. Pourquoi pas aller LM P3 en 2018 sans arrêter le CN. »