Stéphane Chosse (ADESS) : « L’hydrogène en compétition va vite progresser »

On connaissait ADESS comme constructeur LMP2 et LMP3. Basé depuis un an au Portugal, ADESS a conçu le châssis de la GreenGT H2 Speed dévoilée le mois dernier au Salon de Genève. Pininfarina a également été impliqué dans le projet. Le châssis en carbone a été développé sur la base d’une cellule de type LMP.

La H2 Speed est la première Hypercar à propulsion électrique hydrogène. Une pile à combustible produit l’électricité qui alimente ses quatre moteurs électriques. La H2 Speed consomme exclusivement de l’hydrogène et de l’air ambiant, et ne rejette dans l’atmosphère que de la vapeur d’eau. Les premiers clients seront livrés à la fin de l’année sachant que 12 autos sont prévues.

« Nous faisons partie du projet GreenGT H2 Speed depuis le début », nous a déclaré Stéphane Chosse, patron d’ADESS AG. « ADESS est partenaire châssis avec une coque qui intègre tous les éléments techniques liés à l’hydrogène. C’est quelque chose de nouveau, donc il a fallu bien étudier le sujet. Ce n’est pas une intégration classique car il faut packager des volumes importants d’hydrogène. » Le développement a duré plus d’un an.

La puissance maximale de la GreenGT H2 Speed est de 480 kW, soit environ 630 chevaux. Le système de récupération d’énergie au freinage de 2,4 kWh délivre 250 kW pendant 20 secondes.

« C’est très différent d’une auto qui intègre un moteur traditionnel » précise Stéphane Chosse. « Tout est différent : les dimensions, la répartition des masses, la circulation des fluides, les contraintes mécaniques. Il faut tenir compte des normes en ce qui concerne les réservoirs hydrogène en carbone. L’auto prend en compte un crash-test. »

A l’heure actuelle, les heureux propriétaires de la GreenGT H2 Speed auront droit à rouler sur circuit. La prochaine étape pourrait bien être la compétition même si pour cela il va falloir attendre encore un peu : « L’hydrogène en compétition automobile va progresser dans les trois à quatre prochaines années. La technologie est plus compliquée qu’un moteur V8 atmosphérique standard. A terme, la technologie devrait être bien plus abordable. L’auto produit son électricité avec la pile à hydrogène, donc il y a un avenir. »

La GreenGT H2 Speed ne possède pas de boîte de vitesses, ni embrayage et encore moins de différentiel mécanique. Son poids est de 1420 kg en ordre de marche pour une vitesse supérieure à 300 km/h. Le temps de ravitaillement est de seulement 3 minutes.

ADESS AG va poursuivre sa collaboration avec GreenGT. La partie LMP3 n’est pas mise de côté et le constructeur reste à l’écoute du nouveau règlement LMP1.