Raffaele Marciello (GruppeM Racing) : « Nous étions venus à Bathurst pour la victoire »

12h Bathurst 2019 - Liqui-Moly Bathurst 12 Hour - Intercontinental GT Challenge Round 1 Foto: Gruppe C Photography; #999 Mercedes-AMG GT3, Mercedes-AMG Team GruppeM Racing: Maximilian Buhk, Raffaele Marciello, Maximilian Goetz

Inutile de vous rappeler que Raffaele Marciello fait partie des meilleurs pilotes GT3. Le pilote italien a une nouvelle fois prouvé sa pointe de vitesse aux 12 Heures de Bathurst sur la Mercedes-AMG GT3/GruppeM Racing qu’il partageait avec Maxi Buhk et Maxi Götz. La fin de course n’a pas tourné à l’avantage de la #999 aux couleurs Mann Filter même si le trio est reparti d’Australie avec la dernière marche du podium. Deux pénalités ont ralenti la progression de l’équipage, une première pour un zig-zag de Buhk avant le restart alors que la voiture de sécurité avait éteint ses feux, un second pour un dépassement de Marciello sous drapeau jaune. (In English)

« Je pense qu’on nous a volé la victoire », a déclaré Raffaele Marciello à Sportscar365. « Je pense que les Australiens traitent les procédures différemment de ce que l’on connaît en Europe. Triple Eight a reçu une pénalité et ils ont pu discuter de cette pénalité qui a été enlevée. Nous en avons pris deux. Pour ce qui est de la mienne, je n’ai pas dépassé sous drapeau jaune. Les photos montrent que le drapeau jaune a été brandi après mon passage. Nous n’avons pas pu discuter avec les officiels.

« J’estime que ce n’est pas juste. C’est un grand événement mais tout doit être traité de la même manière. Nous ne pouvons pas changer le cours des choses. Nous terminons P3 et les pilotes peuvent dire qu’ils ont fait un travail extraordinaire, blah blah blah mais je ne suis pas comme ça. Nous étions venus ici pour la victoire. Nous avons fait du bon travail mais peut-être que le travail n’a pas été assez bon. C’est donc dommage. »

La stratégie de tripler les relais aux pneumatiques Pirelli en fin de course a tout de même été payante avec un Marciello qui a chèrement défendu sa position face à la Mercedes de van Gisbergen.

« Nous avons perdu pas mal de temps en piste par rapport à la concurrence », a expliqué Marciello. « Nous avons fait des arrêts plus courts en triplant les relais. Je suis assez surpris que les pneus aient aussi bien résisté. La voiture s’est très bien comportée même si je perdais un peu de traction en fin de course. Je pensais que ce serait pire. Un grand merci à Pirelli car les pneus ont été très bons. » Gruppe M Racing avait aussi osé le pari de tripler les relais avec les pneus en début de course, mais avec une température de piste bien plus froide.