Présent et avenir du team Ultimate avec Jean-Baptiste Lahaye

#17 ULTIMATE (FRA) NORMA M30 NISSAN LMP3 MATHIEU LAHAYE (FRA) JEAN BAPTISTE LAHAYE (FRA) FRANCOIS HERIAU (FRA)

En passant de Ligier à Norma à quelques semaines du lancement de la saison European Le Mans Series, Ultimate a créé la surprise. Fort de deux saisons en LMP3, François Heriau, Jean-Baptiste et Matthieu Lahaye comptent bien jouer le haut de l’affiche au sein d’une catégorie LMP3 toujours aussi disputée. Deuxième sur la grille de départ des 4 Heures du Castellet, la Norma M30 LMP3 #17 a connu un problème électrique dès le début de course.  Ultimate va réceptionner son châssis avant le meeting de Monza (celui utilisé au Paul Ricard était d’occasion, ndlr). Jean-Baptiste Lahaye est revenu avec nous sur ce changement tardif de châssis mais aussi sur le futur de l’équipe bretonne.

C’est une surprise de retrouver Ultimate en Norma…

« Ce changement n’était pas prémédité et nos relations avec la famille Nicolet restent excellentes. Après deux saisons en LMP3, on tournait en rond. On ne roule pas en dehors des meetings et on savait que ce serait compliqué de faire mieux que notre 3e place au championnat. Après le rachat de Norma par Duqueine Mobility, Yann Belhomme et son équipe ont forcément prospecté. United Autosports, champion en titre, est partenaire privilégié d’Onroak, M.Racing YMR, vice-champion, avait déjà une Norma. Cependant, on ne pouvait pas changer comme ça. »

Il fallait d’abord essayer l’auto ?

« Nous avions prévu trois journées d’essais à Barcelone afin de préparer la saison. Par chance, une Norma était disponible et nous avons pu comparer les deux autos. François a de suite été à l’aise au volant. Si celui qui doit rouler le plus longtemps en course est à l’aise, c’est signe que l’option est bonne. On a trouvé une base cohérente. Marie-Alice a beaucoup travaillé pour faire progresser l’auto d’entrée de jeu. Après Barcelone, on s’est dit qu’on allait changer. »

L’objectif est clairement de viser le titre ?

« Une belle année 2018 nous attend. C’est peut-être un peu précoce de dire qu’on y va pour jouer le titre quand on voit le niveau de compétitivité de la catégorie. L’objectif est déjà de terminer dans les trois premiers. Nous avons une nouvelle auto au sein d’un plateau conséquent. La Norma va nous aider dans le trafic compte tenu de sa bonne Vmax. Elle est plus fine dans les parties rapides et très efficace dans les parties sinueuses. La seule contrainte reste l’espace dans l’habitacle où on doit s’entraîner pour perdre le moins de temps possible. »

La catégorie LMP2 reste le prochain challenge ?

« Je vais déjà disputer le Road to Le Mans cette année avec François. On verra où nous en serons tous les trois à l’issue de la saison. L’objectif est d’aller en LMP2 mais pas de n’importe quelle façon. On a des propositions pour disputer quelques courses aux Etats-Unis en 2019. On pouvait aussi disputer les 6H de Spa en WEC dès cette année. »

Qu’est ce qui fera pencher la balance pour le futur d’Ultimate ?

« Il y a deux façons de voir les choses. La première est de rouler en LMP2 sur quelques courses, la seconde est de basculer vers le GT3. Marie-Alice, notre ingénieure, connaît bien le monde du GT pour avoir officié chez WRT. Tout dépendra des offres LMP2 sachant que le programme pourrait ne pas comprendre Le Mans dans un premier temps. On devra de toute façon concilier le tout avec notre emploi du temps professionnel. »

D’autres projets sont en cours ?

« Avec Matthieu, nous allons prendre part à l’Africa Eco Race au volant d’un Can-Am. Cette opportunité est arrivée grâce à Jean-Claude Ruffier. C’est un peu lui qui nous a mis cette idée dans la tête (rires). Nos amis de B2F Compétition sont eux aussi dans le coup. C’est comme qui dirait une histoire de famille. Reste maintenant à mettre François dans une auto… »