Philippe Sinault : « Gagner avec Alpine à Magny-Cours représente beaucoup pour Signatech »

L’Alpine A110 GT4 n’a pas tardé à se faire repérer sur les circuits européens. Arrivée en cours de saison FFSA GT à Dijon le week-end de la victoire des Bleus en football, l’Alpine a décroché un premier succès à Spa-Francorchamps en GT4 European Series aux mains de Stéphane Tribaudini et Pierre-Alexandre Jean. Le team CMR de Charly Bourachot a renouvelé l’expérience le week-end dernier, cette fois en FFSA GT à Magny-Cours avec Pierre Sancinéna et P.A Jean sur une A110 GT4 décorée par Lapo Elkann qui porte le nom de ‘La Marianne’. Cocorico !

‘Alpine is back’ et cette fois personne pour dire que cette GT4 n’est autre qu’une ORECA rebadgée. Si l’Alpine A110 de route connaît un franc succès, sa version compétition devrait connaître le même avenir radieux. Philippe Sinault, Lionel Chevalier, Alix Masson et Signatech-Alpine ont passé beaucoup de temps à peaufiner cette Berlinette des circuits du XXIe siècle qui est la star de l’année 2018. L’Alpine marche déjà sur les traces de la VBM 4000 GTC et du Renault Spider Trophy en FFSA GT. Philippe Sinault, patron de Signatech-Alpine, est revenu avec nous sur le beau début de carrière de l’A110 GT4.

Surpris que la victoire arrive aussi vite ?

« C’est surtout la victoire de Spa qui nous a surpris. Lionel (Chevalier) et Charly (Bourachot) ont poussé pour faire rouler l’auto en compétition le plus vite possible, alors que, de mon côté, j’étais plus réservé en souhaitant avoir une auto aboutie avant de la mettre face à la concurrence. Bien leur en a pris. »

SRO manquait clairement de données à Dijon et Spa. La victoire décrochée à Spa est due en partie à une BOP plutôt avantageuse ?

« On travaille en toute transparence avec SRO et Claude Surmont. A Spa, la BOP de l’Alpine a changé en cours de meeting, ce qui est normal. Claude commence à bien connaître l’auto. L’Alpine a remporté une course à Spa sans avoir outrageusement dominé. »

C’est la même chose à Magny-Cours avec une victoire en course 2 sans une domination outrancière ?

« A Magny-Cours, l’Alpine A110 GT4 était dans le match. On ne peut pas dire qu’elle a éclipsé la concurrence. La neutralisation a contribué à un regroupement général pour la victoire. Ce que Signatech-Alpine sait faire, c’est une voiture de course. Là, on se bat face à Aston Martin, Audi, BMW, Mercedes et Porsche, ce qui n’est pas rien. Nous avons exploité beaucoup d’autos dans le passé. Gagner à Magny-Cours représente beaucoup pour Signatech car c’est là que nous avons remporté notre première victoire en F3 il y a 22 ans. »

L’Alpine A110 GT4 colle bien à la catégorie GT4 ?

« Elle est sans conteste éligible à la catégorie. Elle est légère même si elle l’est de moins en moins avec la BOP (rires). C’est plus l’équilibre général qu’il faut souligner. Alpine n’a aucun regret à s’être lancé en GT4. Tous les pilotes ont des retours positifs. L’Alpine a un facteur sympathie important car, en plus d’être performante, elle plaît. »

Les commandes commencent à arriver ?

« Le téléphone sonne et nous avons déjà des commandes en cours. De nouveaux clients seront livrés en octobre en vue de la saison 2019. Nous faisons en fonction de la demande. S’il faut construire plus de dix Alpine, alors nous le ferons. »

La prochaine étape passera par des courses d’endurance ?

« L’A110 GT4, taillée pour l’Endurance, est déjà équipée d’un gros réservoir. Il est possible qu’elle roule en TTE sur des courses plus longues d’ici la fin de saison. Les 24 Heures de Dubaï sont aussi sur les tablettes avec, comme objectif, d’emmagasiner un maximum d’expérience. Ce serait prétentieux de dire qu’une Alpine pourrait gagner les 24 Heures de Dubaï dès sa première tentative. La finale mondiale SRO de Bahreïn est aussi à l’étude. »

Toutes les équipes qui disposeront d’une Alpine en 2019 recevront le même soutien ?

« Il n’y a pas et il n’y aura pas de team soutenu par Alpine. Cette saison, CMR profite d’une assistance technique pour peaufiner le développement de l’auto. »

L’intérêt pour l’Alpine Elf Europa Cup se développe ?

« Nous devrions avoir 18 autos à Spa et 20 à Barcelone. Les demandes continuent d’arriver pour 2019. Nous allons trancher assez rapidement sur le calendrier 2019. SRO nous accueille de la meilleure des façons, mais il faut rendre le tout compatible avec les pays où l’Alpine de route est présente. Ce qui est sûr, c’est que l’intérêt des Alpine de course va bien au-delà de l’Europe. »

Signatech-Alpine Matmut va reprendre le chemin des circuits le mois prochain en FIA WEC à Fuji. On ne sait toujours pas si Alpine a remporté la catégorie LMP2 au Mans…

« La réponse est attendue la semaine prochaine… »