Le point sur les classements avant la Finale d’Estoril

A quelques jours du dernier meeting de la saison 2017 qui se déroulera au Portugal, sur le circuit d’Estoril, il n’est peut-être pas superflu de faire le point sur les classements des différents Challenges après la manche de Magny-Cours.

Challenge d’Endurance Protos

Le titre échouera nécessairement à des pilotes de Norma, seules les M20 FC de Norbert Santos étant en lice. Le coefficient 2 de la manche d’Estoril va revêtir une grande importance.

Le barème d’attribution des points est le suivant : 30 points au premier, puis dans l’ordre 27, 24, 21, 19, 17, 15, 13, 11, 9, 7 , 6, 5, 4, 3, et 1 point à tous les concurrents classés au-delà de la 15ème place, tous ces points étant donc doublés à Estoril.

Deux teams sont en concurrence, avec l’avantage du nombre pour TFT. A Magny-Cours, Ander Vilariño, Alain Ferté et Philippe Illiano – les champions en titre- ont remporté leur troisième victoire de la saison avec la Norma n°2 et sont leaders du classement pilotes avec 205,5 points. Le règlement sportif prévoit de déduire de ce total le plus mauvais résultat des sept meetings et on peut donc retirer de ce total les 15 points de la septième place de Dijon, ce qui amène leur total virtuel à 190,5. S’ils ne marquaient aucun point à Estoril (ou s’ils marquaient moins de 15 points), leur total resterait à 205,5 points et c’est donc ce total que leurs adversaires devront dépasser obligatoirement.

Leurs seconds au classement sont également des pilotes TFT, Vincent Capillaire (champion 2014), Erwin Creed et Ilya Melnikov, avec la Norma M20 FC n°8, qui possèdent actuellement 164 points, avec pour plus mauvais résultat les 13 points de la huitième place de Magny-Cours, ce qui les met à 151 points. Leur total en cas de succès à Estoril serait donc de 211 points.

La concurrence pour TFT vient du DB Autosport de Daniel Bassora. Les pilotes de la Norma n°22, Damien Delafosse, Thomas Accary (champion 2012 et 2015) et Quentin Vaucher, sont troisièmes du classement avec 161 points et déduiraient en ce moment les 13,5 points de la dixième place de Jarama (coefficient 1,5). En cas de victoire au Portugal, ils auraient donc 207,5 points.

Un autre équipage TFT a mathématiquement encore une chance de coiffer leurs adversaires sur le fil, celui de la Norma n°6, composé de Bruno Bazaud, Denis Caillon et Philippe Thirion, actuellement quatrièmes du classement avec 149,5 points. N’ayant rien marqué à Jarama, ils n’auront rien à déduire après Estoril et en cas de victoire au Portugal ils marqueraient 60 points supplémentaires, ce qui porterait leur total à 209,5 points, mais il faudrait toute une cascade de résultats défavorables aux trois équipages précités pour qu’ils puissent être sacrés.

Au vu de tous ces cas de figure, on se rend compte -sous réserves, ces estimations n’étant qu’officieuses- que Vilariño, Ferté et Illiano sont dans une situation plus que confortable. Même en cas de victoire d’un de leurs trois rivaux, une neuvième place leur attribuerait 22 points supplémentaires, soit un total de 227,5 moins les 15 points de Dijon, ce qui les porte à 212,5 points, hors de portée de la concurrence… Ceci récompenserait l’équipage probablement le plus homogène du plateau, avec deux pilotes très rapides et expérimentés -Ander Vilariño et Alain Ferté- et un des pilotes  »Open » les plus vite du peloton.

Challenge d’Endurance GT/Tourisme/LMP3/PFV

GT/Tourisme

Le décompte des points est le même que pour les Protos, à savoir 30 points au premier, puis dans l’ordre 27, 24, 21, 19, 17, 15, 13, 11, 9, 7 , 6, 5, 4, 3, et 1 point à tous les concurrents classés au-delà de la 15ème place. Estoril est doté du coefficient 2.

La situation est nettement plus indécise en GT. Deux équipages GTV1 se tiennent dans un mouchoir de poche et donc Estoril sera décisif.

La Ferrari 488 GT3 n°1 du Team Visiom et des champions en titre Jean-Paul Pagny, Thierry Perrier et Jean-Bernard Bouvet ont remporté à Magny-Cours leur deuxième victoire consécutive dans la catégorie après avoir gagné à Jarama. Ils sont actuellement leaders du classement avec 210,5 et déduiraient pour l’instant les 27 points récoltés sur le circuit Paul Ricard, ce qui leur donnerait 183,5 points théoriques.

Leurs rivaux sont les pilotes de la Ferrari 458 GT3 n°44 du team CMR with Sport Garage, Eric Mouez et David Loger. La Ferrari n°44 ne compte aucune victoire en 2017, mais elle a toujours joué placé. Mouez et Loger totalisent 203,5 points et devraient déduire les 21 points engrangés également sur le Paul Ricard, ce qui les amène à 182,5 points, donc à un petit point du trio de la Ferrari Visiom.

Les choses sont donc claires : à moins d’un abandon des deux Ferrari, celle qui terminera devant l’autre au Portugal donnera les titres à ses pilotes. Alors que le trio de la Ferrari Visiom sera inchangé, Loger et Mouez pourront compter au Portugal, comme à Jarama et à Magny-Cours sur la pointe de vitesse de Jeremy Reymond, la Ferrari n°44 ayant pris la deuxième place à chaque fois.

Théoriquement, Joffrey De Narda et Harry Teneketzian (Lamborghini Huracan GT3 AB Sport Auto n°46), troisième du classement avec 156,5 points, pourraient porter ce total à 216,5 points en cas de victoire à Estoril, mais cela supposerait que ni la Ferrari Visiom ni la Ferrari CMR ne marquent de points. Cela fait quand même beaucoup de si…

Philippe Charriol (SF10 V8 et SF17 V8 n°96 de Solution F) est leader du classement Silhouette avec 96 points devant Stéphane Pourquié, également pilote Solution F. Les GTV2 et GTV4 n’ont fait que de rares apparitions cette année.

LMP3

L’indécision est là aussi de mise mais elle concerne beaucoup plus de pilotes. Le fort coefficient attribué à Estoril peut tout bouleverser et sacrer tout aussi bien des pilotes de Ligier JS P3 que des pilotes de Norma M30.

Les leaders du classement sont Eric Trouillet, Franck Gauvin et Rémy Deguffroy (Ligier JS P3 Graff), avec un total de 198 points. Ils viennent de remporter leur première victoire 2017 à Magny-Cours, mais ils avaient été auparavant d’une régularité extrême, ayant terminé troisièmes dans les cinq courses précédant Magny-Cours. Ils doivent donc actuellement retrancher de leur total 24 points, ce qui les amène à 174 points.

Leur dauphin n’est autre que le polonais Jakub Smiechowski (Ligier JS P3 Inter Europol Competition n°22), qui totalise 177,5 points et qui doit décompter les 13 points de sa huitième place de Magny-Cours (ou de celle du Paul Ricard). Le Portugal sied bien au polonais qui s’est imposé cette année à Portimaõ, dotée elle aussi du coefficient 2, ce qui le laisse tout à fait en course pour le titre.

La Norma M20 DB Autosport n°20 de Nicolas Maulini, Jacques Wolff et Jean-Ludovic Foubert, quatrièmes du classement, a été la première Norma à évoluer en VdeV cette saison, le team de Daniel Bassora étant aussi en compétition pour le titre Protos. La Norma M30 a signé à Magny-Cours sa troisième pole position de la saison. Comptant actuellement 155 points, elle a les 19 points d’une cinquième place à enlever, ce qui lui donne 136 points. S’ils l’emportaient à Estoril, ils auraient donc 196 points, ce qui les laisserait derrière les 198 du trio de la Ligier Graff -si celle-ci ne marquait rien au Portugal, dans le pire des cas). Donc, DB Autosport ne peut viser qu’une place sur le podium.

Duqueine Engineering avait attaqué la saison avec des Ligier JS P3 puis est passé à la Norma M30 à partir de Dijon pour une voiture, puis pour les deux lors de la manche suivante à Jarama. Antonin Borga et Henning Enqvist (n°8) ont gagné sur le circuit Paul Ricard avec la Ligier et comptent 149 points. Ils n’ont rien à décompter, n’ayant marqué aucun point à Dijon.

Nelson Panciatici est sixième du classement avec 141,5 points et s’est imposé à deux reprises avec la Ligier n°9, à Barcelone et à Dijon. N’ayant pas marqué de points à Portimão, il n’a rien à déduire de son total, ce qui lui laisse encore des chances, même si elle sont très minimes. La Ligier n°9 a dû composer avec de nombreux passages obligatoires par la pitlane, ce qui l’a considérablement handicapée

Les Norma n°8 et n°9 viennent de faire deux et trois à Magny-Cours et sont en grande forme et, tout comme la Norma DB Autosport elles pourraient bien offrir à Norbert Santos la première victoire d’une M30 en VdeV Endurance Series.

Le dernier prétendant est l’allemand Paul Scheuschner (Ligier Inter Europol Compétition n°33), cinquième avec 147,5 points devant Panciatici. Ayant fait un score vierge à Barcelone, il n’aura rien à enlever et donc mathématiquement il peut être titré, à condition comme Panciatici, de bénéficier de circonstances exceptionnellement favorables,

C’est pourquoi le titre devrait se jouer a priori entre le trio Trouillet/Gauvin/Deguffroy et Jakub Smiechowski, avec un préjugé favorable pour la Ligier n°39, les autres prétendants, Borga, Enqvist, Scheuschner et Panciatici n’ayant pas tout à fait leur sort entre leurs mains et devant tabler sur une très grosse défaillance de la Ligier Graff.

Challenge Funyo

Il n’y a plus de suspense puisque la saison des Funyo -S.P.05 et Funyo 5- s’est achevée à Magny-Cours. Le Challenge 2017 a tenu toutes ses promesses avec un plateau étoffé et des pilotes de qualité , avec beaucoup de spectacle avec trois coures par meeting.

Les voitures conçues par Yves Orhant (lui-même concurrent du Challenge) et construites par Y.0 Concepts sont des petits protos -580 kg minimum pour les Funyo 5 et 670 pour les S.P.05-, les Funyo 5 ayant un châssis tubulaire et un moteur Peugeot RCC développant 190 chevaux, les S.P.05 ayant un Peugeot turbo EP6CDTR de250 chevaux.

En S.P.05, Nicolas Cannard (HMC Racing n°20) a été titré. Il devance avec 500 points Jean Quelet, 454) (AGR Bleu Mercure Racing Team n°11), celui-ci ayant comblé en partie son retard à Magny-Cours, et Cédric Gardin (AGR Bleu Mercure Racing Team n°14), 433,5. AGR Bleu Mercure a d’ailleurs placé quatre de ses pilotes dans le Top 5 alors que Yves Orhant a pris la septième place du classement avec sa Funyo Y.O. Concept n°35.

En F5, Marc-Antoine Dannielou s’est adjugé un deuxième titre après celui de 2011. Dannielou état ensuite passé dans le Challenge Protos dont il a été pendant plusieurs années un des grands animateurs. En 2017, il est revenu à la Funyo 5 et a monté sa propre structure avec son père, » Défi Solidaires en Peloton » et a porté les couleurs de l’ARSEP, la fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques. Retour gagnant, puisqu’il a remporté le titre avec la Funyo n°12 malgré une très belle résistance de Renaud Malinconi -16 victoires- et de Alexandre Barbiat.

Challenge Monoplace

Avec comme en Funyo trois courses par meeting et un coefficient 2 à Estoril, rien n’est encore joué mais le titre ne devrait pas échapper à un des trois premiers du classement actuel, tous au volant de Formule Renault 2.0.

Philippe Hériau (FR Renault 2.0 Formula Motorsport n°37) est leader avec 674 points et possède donc une belle avance sur le suisse Moritz Mueller-Crépon (Heuri Rennwagen n°32) qui totalise 569,5 points et sur l’allemand Laurents Hörr (Dutt Motorsport n°77), mais le suisse et l’allemand ont fait forte impression à Magny-Cours, aussi Hériau sera sur ses gardes.

Les photos du meeting de Magny-Cours sont ici