Kévin Estre : « Les Américains ont eu la première pole, à nous donner la première victoire »

Si Porsche s’est fait souffler la qualification des 6 Heures du Nürburgring par Toyota, la marque allemande n’a pas tremblé en GTE-Pro avec la toute première pole en FIA WEC pour la nouvelle Porsche 911 RSR. Kévin Estre et Michael Christensen ont devancé la concurrence pour donner la deuxième pole à la 911 RSR Spec-2017 après celle décrochée en IMSA la semaine passée.

Kévin Estre, le frenchie de la #92, compte bien transformer l’essai par la plus haute marche du podium en compagnie du Danois : « La Porsche 911 est sur une bonne dynamique mais la victoire a du mal à arriver. Les Américains ont eu la première pole, on va maintenant tout faire pour donner la première victoire à la 911 RSR. Le FIA WEC est totalement différent du championnat IMSA. Ici, il y a peu de chance de voir des safety-cars et il faut gérer les pneumatiques différemment. La stratégie est totalement différente. Il y a plus de largesse aux Etats-Unis pour l’emporter. En FIA WEC, c’est le plus rapide qui gagne. »

La Porsche 911 RSR espère bien connaître une belle seconde partie de saison après avoir raté de peu un podium aux 24 Heures du Mans. « C’est la première année de la 911 RSR et il nous reste pas mal de choses à apprendre » précise Kévin. « Le gros point positif reste la fiabilité. A Silverstone et Spa, nous avons eu du mal à faire fonctionner les pneumatiques. Sur le début de saison, on aurait dû être mieux. Cette nouvelle auto est un gros challenge pour l’équipe qui fait un formidable travail. »

Les 24 Heures du Mans n’ont pas permis de voir une 911 RSR sur le podium même si la GTE allemande a longtemps occupé le haut du classement : « La course du Mans a été très belle. La Balance de Performance était assez équitable et les pneus jouent un rôle moins important qu’en FIA WEC. Ici, l’Aston Martin a un ajustement de la BOP. Si on regarde uniquement les deux premières courses, ce n’est pas totalement illogique. Le Mans a été une autre histoire. »

A 13 heures, deux Porsche 911 RSR encadreront une Aston Martin sur la grille de départ.

Le format de la qualification GTE pourrait évoluer en 2018 avec l’arrivée d’une course qualificative. Habitué à rouler en sprint, Kévin Estre a un avis sur le sujet : « Une course qualificative donnerait un peu de piment supplémentaire mais si le projet va à son terme, il faudra voir pour l’attribution des points et quels risques prendront les pilotes. De plus, les GTE sont faites pour des courses d’endurance et pas du sprint. Au final, tous les constructeurs font une auto pour Le Mans. C’est là que tout le monde veut gagner. Pour Michael (Christensen), Fred (Mako) et moi, ça nous remettrait dans le bain du sprint (rire). Avoir une manche sprint ne serait pas pour me déplaire. »

Dans deux semaines, Kévin Estre va retrouver le tracé de Spa-Francorchamps où il sera au volant de l’unique Porsche 911 GT3-R en lice pour la victoire. Après une participation en Pro-Am en 2016 chez Attempto Racing, le Lyonnais roulera pour le compte du KÜS Team75 Bernhard en compagnie de Laurens Vanthoor et Michael Christensen.

La Journée Test a permis de donner une idée du potentiel de l’auto, de l’équipe et des pilotes avec le meilleur chrono de la journée. « La Journée Test a été spéciale » souligne le pilote officiel Porsche. « Nous avons même été surpris par le chrono. Nous découvrions les nouvelles gommes Pirelli. La course ne s’annonce pas facile. Il y de plus en plus d’autos chaque année. On ne se met pas de pression mais le meilleur chrono en a rajouté un peu.

« Spa sera la première course d’endurance de l’équipe. Pour un team, Spa est plus compliqué que Le Mans avec un trafic plus important et une météo qui peut être très changeante. La pression est tout de même moins importante qu’au Mans. En GTE-Pro, toutes les autos peuvent l’emporter. En GT3, ce n’est pas le cas mais il y a au moins 20 voitures qui peuvent gagner. Avoir Timo dans l’équipe est un vrai plus. »