Julien Goujat (Riviera Motorsport) : « Une vraie envie de poursuivre en FFSA GT »

#83 RIVIERA MOTORSPORT (FRA) AUDI R8 LMS JULIEN GOUJAT (FRA) ANTOINE LECLERC (FRA)

Après la Porsche Cayman GT4 Clubsport MR, Rivieria Motorsport change de braquet cette saison en alignant la toute nouvelle Audi R8 LMS GT4. L’écurie dirigée par Julien Goujat et Jean-Charles Carminati était présente à Nogaro pour le coup d’envoi du Championnat de France FFSA GT.

Antoine Leclerc a été mis à contribution pour l’ouverture de la saison. L’ancien pilote officiel Bentley épaulait Julien Goujat qui a repris le volant pour l’occasion. Riviera Motorsport espère maintenant réunir un tandem pour continuer la saison avec en prime la possibilité de louer la Porsche Cayman GT4 Clubsport MR.

« Il y avait pour nous une vraie envie de poursuivre en Championnat de France FFSA GT, » nous a déclaré Julien Goujat. « La préparation s’est faite un peu tardivement. On voulait voir ce que donnait l’Audi par rapport aux autres autos. La Balance de Performance est très bien faite car on peut voir qu’une Ginetta peut rivaliser face à une Audi ou une Mercedes. J’avais envie de reprendre le volant et de rouler ici à Nogaro. Cependant, on espère pouvoir réunir un équipage pour la suite de la saison. »

Le Championnat de France FFSA GT pourrait ne pas être le seul programme de l’équipe, comme le précise le patron-pilote : « Nous n’avons pas la chance d’aligner beaucoup d’autos, ce qui oblige à équilibrer les comptes en fin de saison. L’objectif est d’aller en 24 Heures Series pour avoir un programme complémentaire. Cela permet de rentabiliser l’auto en disputant deux ou trois courses de la série Creventic. L’envie de développer la partie track day fait aussi partie des envies. Ce n’est pas facile de séduire quand on est une nouvelle équipe. »

Comme beaucoup au sein du peloton, Julien Goujat tient à s’assurer que les coûts ne vont pas flamber : « Il faut bien faire attention à l’escalade des coûts. Il faut donc freiner les constructeurs car la problématique reste toujours la même. En 2017, il fallait de 70 à 80 000 euros/pilote. Là, nous dépassons les 100 000 euros. »

Riviera Motorsport dispose également d’une Audi R8 LMS ultra qui pourrait elle aussi rouler en Creventic en plus de la R8 LMS GT4 : « Si on se contente de ne faire rouler qu’une seule auto, on ne passe pas côté budget. En 2017, nous aurions pu louer trois autos et cette année c’est plus compliqué pour boucler un seul équipage. »