Julien Andlauer (Dempsey-Proton Racing): « C’est juste incroyable ! »

#77 DEMPSEY PROTON RACING (DEU) PORSCHE 911 RSR GTE AM JULIEN ANDLAUER (FRA)

Julien Andlauer a marqué de son empreinte la 86e édition des 24 Heures du Mans. En effet, le jeune pilote de 18 ans (il aura 19 ans le 5 juillet) a signé le meilleur temps de la Journée Test le 3 juin et 15 jours plus tard, il était sur la plus haute marche du podium GTE-Am ! Avec la Porsche 911 RSR #77 de Dempsey-Proton Racing (en compagnie de Matt Campbell, lui aussi rookie, et Christian Ried), il a marqué les esprits par sa gentillesse, une certaine maturité en dépit de son jeune âge et son coup de volant ! De plus, il est devenu le plus jeune pilote à remporter les 24 Heures du Mans !

Que ressentez-vous quelques heures après l’arrivée ?

« Je ne réalise toujours pas ! Je sais que nous avons fait quelque chose de bien, de grand, qu’on a gagné une course de 24 heures mais je n’arrive pas à me mettre dans la tête que nous venons de remporter les 24 Heures du Mans. Déjà, à l’âge de 18 ans, j’ai eu l’occasion de participer au Mans pour la première fois et, en plus de ça, nous avons gagné. Maintenant, je suis le plus jeune vainqueur du Mans, c’est juste incroyable !  »

Comment s’est passée votre course ? A-t-elle été aussi limpide que ce qu’on a pu voir de l’extérieur ?

« Tout s’est très bien passé et j’en suis même étonné ! Sur une course de 24 heures, on en demande tellement à la voiture qu’il est normal que, parfois, il y a un petit problème. L’auto n’a eu aucun souci, elle e a été au top tout comme mes coéquipiers et toute l’équipe ! Il a juste fallu adopter un bon rythme de course et jouer la régularité. Il ne fallait pas que nous fassions la moindre erreur et c’est ce que nous avons fait ! Ce fut juste un peu compliqué au niveau des voitures de sécurité : parfois nous avons gagné du temps, parfois, nous en avons perdu. Il faut juste être au bon endroit sur le circuit lorsque le safety car entre en piste. »

Il y a encore un an, vous étiez en Porsche Carrera Cup France, vous y êtes toujours d’ailleurs, et maintenant, vous remportez les 24 Heures du Mans ! Un sacré écart non ?!

« Oui tout à fait ! Cette année, c’est énorme ! Porsche m’a donné des opportunités de dingue en 2018 avec la Porsche Carrera Cup France, la Porsche Supercup et le WEC ! En plus, j’accroche Le Mans, c’est fantastique, c’est un rêve ! »

Vous participiez aux 24 Heures du Mans pour la première fois. Y-a-t-il un moment que vous avez préféré ?

« J’aurais adoré être au volant au petit matin, mais mes relais ne sont pas présentés comme ça, mes deux doubles relais étaient de nuit. J’ai apprécié, mais je dois bien avouer que c’est spécial la nuit, en particulier dans le secteur 3, c’est à dire le virage d’Indianapolis et les virages Porsche. »

Qu’est ce qui rend la nuit si spéciale ?

« Le trafic est vraiment différent de ce qu’on peut connaître de jour. De plus, les phares éclairent bien, mais on ne peut pas aussi bien prévoir que le jour, les points de repère sont complètement différents. Le jour, on les visualise d’assez loin, mais la nuit, il faut vite passer d’un point de repère à l’autre, vite prendre des décisions. »

Avec cette victoire au Mans, c’est de bon augure pour le reste du championnat…

« Oui car nous sommes désormais en tête du Trophée Endurance des Pilotes GTE Am (il mène avec ses deux coéquipiers avec 18 points d’avance sur le trio de la Ferrari n°61 de Clearwater Racing et 20 sur celui de la Ferrari n°54 de Spirit of Race, ndlr). Ça aussi, c’est énorme ! Je ne dirais pas que c’est normal, cependant, lorsqu’on regarde l’équipe, le travail qu’elle fait depuis le début de la saison, avec toute son expérience et son professionnalisme, ça explique pas mal de choses. Cela vient récompenser tous les efforts de l’écurie et des pilotes.»