VdeV

Jean-Philippe Perrier : “Un prototype CN aussi sécuritaire qu’une LMP.”

image
57 Flares Twitter 0 Facebook 57 57 Flares ×

La Pescarolo 02 Coupé roulera en compétition dès la saison prochaine en VdeV Endurance Series. Si pour le moment un seul prototype CN a été commandé, l’objectif est bien d’en vendre. Cheville ouvrière du projet, Jean-Philippe Perrier et son équipe ont mis sur pied une alternative aux CN existants qui sont pour le moment ouverts. Après avoir travaillé chez Pescarolo Sport, Jean-Philippe Perrier est pleinement investi dans ce nouveau programme.

Pour être franc, on est un peu surpris de voir une nouvelle auto construite par Sora Composites qui va porter le nom Pescarolo ?

 « Il faut savoir que Henri n’est pas impliqué dans le projet même si l’auto porte son nom. Il est tout à fait au courant de l’initiative et les relations que nous avons sont cordiales. L’auto est basée sur la Pescarolo Le Mans et il était tout à fait logique qu’elle reprenne une partie du nom du fait du châssis commun. De plus, j’ai travaillé quatre ans chez Pescarolo, notamment pour les évolutions successives de la Pescarolo 01. Ce nouveau projet est entièrement Sora Composites.»

PescaEcole2 La filiation avec la Pescarolo Le Mans est donc assumée ?

 « Tout à fait ! Nous avons livré 7 autos à l’ACO début 2010 en assurant le suivi et le SAV depuis et des évolutions successives (aérodynamique, systèmes électroniques, etc.). L’objectif initial du projet ayant débuté en 2009 était de développer une nouvelle technologie pour produire des pièces matériaux composites carbone/epoxy dans un but d’allègement des véhicules de série. Ceci en collaboration avec des constructeurs automobiles majeurs. Le développement à travers le châssis carbone de la Pescarolo 02 nous a permis la validation de la technologie avant mise en œuvre sur des pièces destinées à des applications série. Sora été très impliqué sur le sujet, que ce soit avec Audi, Lotus, Aston Martin, Tesla ou même McLaren avec la MP4-12C. Faurecia a repris en 2012 les activités automobiles de Sora Composites. Notre objectif a donc été amplement rempli, puisque grâce à notre technologie nous avons suscité l’intérêt d’un groupe d’envergure mondiale. L’entreprise possède une haute expertise dans le domaine des plastiques et a souhaité introduire dans ses technologies les composites et l’utilisation de fibres de carbone dans l’automobile de demain. Aujourd’hui Sora Composites produit des pièces pour l’industrie qui n’a aucun lien avec l’automobile. Jean Py, le dirigeant de Sora Composites est un vrai passionné de sport automobile. Son père a pris part aux 24 Heures du Mans 1954. Il y a un bel historique familial en sport automobile. Nous avons une voiture de développement servant également aux essais client, une voiture aux Etats-Unis et une qui est utilisée par Prestige Racing à Magny Cours. »

PescaEcole1 Pourquoi avoir choisi de construire cette auto ?

 « Cela fait maintenant trois ans que l’on discute notamment avec Eric Van de Vyver et d’autres instances. L’an passé, nous avions engagé l’auto ouverte à Dijon uniquement dans le but de nous étalonner face à la concurrence et de voir le potentiel de l’auto. C’était positif pour nous de la faire rouler en compétition. La Pescarolo 02 ouverte a nettement évolué au fil du temps et maintenant on se rapproche d’une LMP2 dans plusieurs domaines (électronique notamment). Avoir une auto fermée était dans les tuyaux depuis un moment et nous avons franchi le pas grâce à un client venu rouler dans les Tinseau Test Days organisés par Christophe (qui officie depuis 2009 en tant que pilote de développement attitré). Le premier client de la Pescarolo 02 coupé, que nous remercions vivement de nous avoir fait confiance, roulera à son volant en 2014. La relation est gagnant-gagnant puisque qu’il dispose du premier exemplaire, et en contrepartie nous lui offrons le meilleur service possible pour la fabrication de son auto puis la mise au point de celle-ci. Le nom de l’équipe n’est pas choisi sachant que le client dispose de sa structure pour la faire rouler en collaboration avec l’Atelier du Circuit basé à Spay tout près du Mans. »

42 On peut dire que le « Made in France » cher au Gouvernement est respecté…

 « L’auto est à 99% française, en effet seule la base moteur provient des Etats-Unis. Sora fabrique intégralement le châssis ainsi que la carrosserie. Nous avons un réseau de sous-traitants 100% français pour la fabrication des pièces. Michelin avec qui nous sommes partenaires, équipe l’auto en pneumatiques et nous réalisons actuellement un travail commun afin de proposer au client la meilleure monte possible. Nous assurons l’adaptation du moteur nous-mêmes (carter sec, etc.). La gestion moteur / BV / traction control, ainsi que la gestion électronique globale de l’auto sont faits par la société Emap d’Arnaud Mounier, les amortisseurs par PKM et les faisceaux électriques par Le Gal Tech de Didier Le Gal. Il n’y a guère que le moteur qui est d’origine General Motors (seul le bloc étant conservé), dont la base est identique à celle que l’on retrouve sur une LMPC. Le côté sonore est important pour nous : avec 83 décibels nous n’avons aucun problème à ce niveau ce qui est un vrai plus. Nous n’avons pas la prétention de faire le meilleur produit mais nous avons une alternative performante, fiable (nous réalisons en moyenne 10 à 15 000 kms par an et par voiture sans problèmes), et très économique à l’utilisation tout en proposant un agrément se démarquant des produits actuels. Ceci à destination des gentlemans et pilotes plus chevronnés qui souhaitent disposer d’une auto fermée et sécuritaire car tous les tests statiques et dynamiques (crash test compris) ont été réalisés en 2012 comme si c’était une LMP et validés avec succès (en complément de l’homologation FIA CN en version ouverte et fermée réalisée en 2009) à travers les installations de l’UTAC à Monthléry. Le but était de montrer que l’auto est aussi sécuritaire qu’une LMP et ainsi d’apporter au client un côté sécurité qui nous est cher. De plus, nous répondons officieusement aux critères de visibilités imposés par le règlement LMP 2014. Les clients pourront rouler en VdeV Endurance Series ou lors de journées privées organisées sur les circuits et des discussions sont en cours pour intégrer des séries internationales. C’est une vraie auto de course, disposant d’un diffuseur, de réglages multiples pour un prix d’exploitation et d’entretien très abordable. De plus, nous garantissons le moteur 10 000 km et offrons un service complet de SAV avec catalogue de pièces détachées ayant un tarif figé, support sur pistes, aide à la mise au point et mise à disposition aux clients / équipes intéressées des infos utiles afin d’exploiter l’auto au mieux. Notre but et de vendre des autos, en faisant notre travail sérieusement, à savoir livrer des autos de qualité, bien finies et ne nécessitant aucune reprise par le client avant de couvrir ses premiers tours de pistes. Nous assurons d’ailleurs toujours le premier roulage des nouveaux véhicules avec la présence du client et de nos équipes. De plus nous proposons une voiture clefs en mains avec une personnalisation complète de l’auto notamment la décoration de cette dernière. La visualisation 3D préalable du rendu afin de définir la livrée définitive et ainsi de coller au plus près aux souhaits du client (la décoration présente ici sur l’auto est celle définie/choisie par le client), ceci en partenariat avec la société Gaazmaster.

 Les pilotes qui le souhaitent peuvent s’entraîner sur simulateur chez RS Simulation basé à Monaco en prenant place à bord de notre auto qui a été modélisée à partir d’une auto réelle, le résultat étant saisissant. »

Vue3 Pourrait-t-on voir une déclinaison en LMP2 à l’avenir ?

 « Pour nous, il n’y a aucun intérêt à le faire, déjà pour une question de budget qui est très conséquent afin de produire une LMP performante et fiable et d’autre part, les constructeurs sont assez nombreux au regard du potentiel client. Il y a des contacts avancés pour mettre des autos en Asie et l’ACO réfléchit à une série labellisée. Notre positionnement se situant entre les CN actuelles et les LMP afin de proposer une alternative, d’accès et d’utilisation aisés, pouvant évoluer sur tous types de circuits (les véhicules de l’ACO évoluant chaque année sur le circuit des 24 Heures en préambule de la course notamment, tout passionné peut d’ailleurs prendre place dans une de ces autos (lien)). La voiture est performante, réellement bi-place et à un tarif raisonnable aussi bien à l’achat qu’à l’entretien. D’autre part, la réglementation CN actuelle ne favorise pas la réalisation de prototypes fermés alliant performance et style notamment à cause des roues en 13 pouces avec lesquelles il est difficile de concevoir une voiture aux lignes homogènes, d’où notre positionnement pouvant je l’espère, ouvrir une réflexion sur le sujet »

Pesca02_2Dossier Presse CN

Publicité

57 Flares Twitter 0 Facebook 57 57 Flares ×

Sur le même sujet

Publicité