Jacques Nicolet (Onroak Automotive) : « La Ligier JS P4 permet de maintenir la base de la pyramide »

Destinée à la découverte du pilotage et à l’exploitation d’un sport-prototype, la Ligier JS P4 est une véritable voiture de course à mi-chemin entre LMP3 et CN. Onroak Automotive met actuellement la touche finale au prototype dévoilé lors des dernières 24 Heures du Mans. Avec son moteur Ford V6 3.7 litres, la Ligier JS P4 développe 420 chevaux pour un total de 890 kg. La monocoque et le crashbox en carbone respectent les règles de sécurité d’une LMP3. Le prix du prototype est fixé à 165 000 euros pour un usage track day mais aussi dans différents championnats tels que VdeV Endurance Series, Creventic et FARA. Jacques Nicolet, président de Onroak Automotive, est revenu avec nous sur la nouvelle venue dans la gamme Onroak Automotive.

Pourquoi cette JS P4 ?

« L’idée part du constat que même les catégories les plus accessibles en endurance deviennent très chères car le niveau de compétitivité a beaucoup augmenté. Faire rouler une LMP3 coûte de plus en plus cher même si le prix est plafonné à 207 000 euros pour un rapport prix/plaisir imbattable. De plus, le roulage en course pour les gentlemen reste limité. Sur un week-end de trois jours à trois pilotes, chaque pilote roule 2h30 en excluant les problèmes en piste. Le pilote qui vient faire de la compétition par passion a envie de résultat en LMP3. Peut-être qu’il vaut mieux débuter par du plaisir avant la pression d’un championnat tel que l’ELMS. »

L’objectif est de faire découvrir le pilotage d’un prototype en toute sécurité à un plus grand nombre de personnes ?

« Avoir une auto qui permet d’apprendre et de prendre du plaisir est intéressant. De nombreux championnats se créent. Il y a une vraie place pour une auto comme la JS P4. Je suis convaincu de cela. Avec la JS P4, il va être possible de rouler et de progresser avant d’accéder aux catégories mises en place par l’ACO. Pourquoi ne pas faire une offre à ceux qui roulent et qui voient que la pyramide se rétrécit. Il faut maintenir la base de la pyramide. Le produit intéresse déjà, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis, en Asie et en Australie. »

Voir un championnat réservé aux Ligier JS P4 est à l’étude ?

« A ce jour, je n’interdis rien à cette auto. Je veux juste permettre qu’elle puisse se développer le plus facilement possible. Cependant, Onroak Automotive n’a pas vocation à être en concurrence avec des promoteurs, mais bien de fournir les outils nécessaires. Nous sommes dans un marché où les clients veulent des produits qui répondent à une attendre. Avec la JS P4, nous avons une vraie voiture de course qui peut être utilisée en track days pour une utilisation la plus simple possible. »

La JS P4 va remplacer la CN ?

« La CN reste une très bonne auto qui n’a jamais été réellement conçue pour l’endurance. De plus, c’est un prototype ouvert, ce qui peut repousser. La CN dédiée à l’endurance est la JS P4. Avec Sodemo, nous allons offrir une assistance complète : châssis, moteur, électronique. Le but est de rouler pour le moins cher possible et le plus longtemps possible. La JS P4 vient combler le trou dans la pyramide. C’est bénéfique pour tout le monde. Pour ce qui est d’une nouvelle Ligier CN, la question est de savoir s’il faut se lancer ou non. Continuer à faire des prototypes ouverts a-t-il encore un sens ? »

Les essais ont déjà débuté ?

« Elle va rouler sous peu. L’objectif est de livrer les premiers clients début 2018. L’assemblage sera fait à Magny-Cours. »