Guillaume Maillard (3Y Technology) : « Je vis du sport automobile »

#37 3Y TECHNOLOGY (FRA) BMW M6 GT3 ANDREW WATSON (GBR) LUKAS MORAES (BRA)

Lancé il y a seulement quelques mois, 3Y Technology est actif sur deux fronts en GT avec pas moins de trois programmes. Les BMW M4 GT4 roulent en GT4 European Series et Championnat de France FFSA GT, sans oublier une BMW M6 GT3 en Blancpain GT Series Sprint. Les 1000 km du Paul Ricard et les Total 24 Heures de Spa sont cochés sur l’agenda d’un team qui va poser sa base tout près du circuit Paul Ricard. Guillaume Maillard, patron de l’équipe, est revenu avec nous sur le développement de 3Y Technology.

Pourquoi avoir choisi BMW ?

« Je suis avant tout un passionné et un amoureux de la marque. BMW fait partie des constructeurs emblématiques en sport automobile avec une vraie dynamique du GT. La M4 GT4 a été développée dans l’esprit du GT4 et BMW revient aux 24 Heures du Mans avec la M8 GTE. Le tout combiné fait que je ne pouvais pas passer à côté d’un engagement avec BMW. »

3Y Technology est une équipe très récente mais votre histoire avec l’automobile ne date pas d’hier…

« Je suis ingénieur de formation avec des études effectuées en Allemagne. En 2008, j’ai racheté les moteurs Sodemo tout en pilotant moi-même. L’aventure Sodemo fait partie des belles périodes de ma vie. Je suis aussi distributeur des pneus Avon en France ainsi que Sunoco. Je vis du sport automobile. Cela fait un moment que j’avais en tête de créer ma propre structure. Les rencontres font les projets et j’en ai parlé à Christian Petit l’été dernier. Le team a été lancé le 23 novembre. » 

Le GT s’est de suite imposé ?

« Je suis persuadé que la filière GT a de l’avenir. L’équipe a été mise sur pied pour faire rouler des BMW. Au début, l’idée était de se contenter de faire rouler une M4 GT4. Les choses se sont enchaînées et nous avons fait rouler deux BMW aux 24 Heures de Dubai en janvier dernier. Nous avons rajouté à cela la France et l’Europe en GT4. En six mois, on a fait ce qu’on a dit. Nous tenons notre ligne. »

Que veut dire 3Y ?

« J’ai trois fils dont le prénom commence par un Y (Yannis, Ylies, Ylian). Ils sont âgés de 6, 8 et 10 ans avec un pied dans le karting. L’équipe a vocation à amener des jeunes en GT. On a réussi cela sur le programme européen et on espère mettre en place la même chose en France. 3Y a également un pole formation pour des techniciens, ingénieurs, mécaniciens, mais aussi un pole innovation pour les nouvelles technologies. »

BMW revient au Mans cette année. Les 24 Heures du Mans pourraient faire partie des projets à l’avenir ?

« Le Mans fait partie des ambitions mais chaque chose en son temps. Il y a d’autres belles courses à disputer comme Spa et le Nürburgring. Pour aller au Mans, il faut que toutes les conditions soient réunies. On avait envisagé d’engager la M6 GT3 au Road to Le Mans. Nous avons pris la décision de faire rouler la M6 GT3 au Paul Ricard. Le programme GT3 s’est finalisé très tard. »

L’objectif est de développer les activités en GT3 ?

« Notre souhait était de faire rouler une auto en Blancpain GT Series Sprint. Il faut d’abord que l’équipe se structure, d’où un seul programme. Zolder a été compliqué mais Brands Hatch a permis de montrer de belles choses. Bas Leinders a rejoint l’équipe pour le programme GT3. La BMW M6 GT3 doit rouler au Paul Ricard dans la classe Am et pour ce qui est de Spa, c’est encore trop tôt pour en parler. Cette année, la priorité va à la Blancpain GT Series Sprint. Pourquoi pas faire rouler l’auto plus tard dans l’année à COTA et Dubai. L’objectif pour 2019 sera de mixer GT3 et GT4, toujours avec BMW. Je souhaite concentrer l’équipe sur un seul constructeur et capitaliser sur le long terme. »