Eric Van de Vyver : « Pas la moindre crainte sur l’avenir du produit CN »

Le championnat VdeV Endurance Series fait certainement partie des séries qui passent les années sans changement majeur, d’où des clients fidèles. Eric Van de Vyver et son équipe proposent un menu alléchant sur de beaux circuits européens. Il y en aura pour tous les goûts : LMP3, CN, monoplace, Funyo, historique. Avant d’entamer la saison 2018 qui débutera par les traditionnels essais de Magny-Cours, Eric Van de Vyver a fait le point avec nous sur la saison écoulée en donnant les orientations 2018.

Quel est le bilan de la saison 2017 en LMP3/GT ?

« Le bilan LMP3 est quelque peu décevant car nous avons eu moins d’autos que prévu. Nous pensions en avoir 20 et nous en avons eu seulement la moitié. La partie GT a été plus positive car la saison s’est terminée sur une bonne note. Le mélange GT/LMP3 est maintenant très bien accepté. En 2018, ADESS, Ligier et Norma seront là. »

Il a aussi manqué des Ginetta G57…

« Ginetta a souhaité faire une auto moins chère et de notre côté, on voulait la mettre au même niveau que les LMP3. Finalement, la Ginetta était plus chère qu’une LMP3. Fin 2016, nous avions une dizaine d’autos et le constructeur nous en avait promis 13 en 2017. Au bout du compte, le plateau était inférieur à cinq avec une puissance qui s’est avérée incontrôlable. Nous voulions imposer une bride, ce qui ne s’est jamais fait. On a voulu que les choses changent entre Dijon et Jarama, mais tout est resté en l’état. Il a donc fallu refuser les autos. »

La catégorie PFV pourrait tout de même se développer ?

« L’arrivée de la Ligier JS P4 pourrait booster la catégorie. Si nous avons assez d’autos, pourquoi pas faire une catégorie spécifique. J’espère avoir une JS P4 lors des essais de Magny-Cours. Il y a également la Pescarolo qui doit arriver en cours d’année. »

L’arrivée du moteur turbo en CN doit donner un nouveau souffle à la catégorie Protos ?

« Je n’ai pas la moindre crainte sur l’avenir du produit CN. Des pilotes qui sont partis du CN pour aller en LMP3 reviennent, notamment à cause du budget. Si le CN était resté avec le moteur Honda, la catégorie se serait peut-être arrêtée là. Norma a déjà vendu 7 autos. Nous allons tout mettre en oeuvre pour attirer les équipes et les pilotes. Des prix seront distribués de la part de l’organisation, des partenaires et du constructeur. Le moteur est garanti 15 000 km, chose plutôt rare. Juno et Gibson sont aussi sur les rangs en plus de Norma. ADESS regarde la catégorie, Ligier également »

Le calendrier 2018 ravit le plus grand nombre de concurrents ?

« Les équipes veulent aller moins loin. La nouveauté est Navarra qui reste une destination très accessible. En 2019, il est prévu de retourner au Mugello et à Portimao. L’idée est de faire des alternances une année sur deux. »

Il faut s’attendre à des nouveautés en 2018 ?

« Du côté du GT, la SF TC17 V8 développée par Solution F sera de la partie et on espère en avoir plusieurs. Elle sera homologuée en GT3 National. Son prix de 200 000 euros est très intéressant car cela permet de faire de la course en GT à un coût nettement inférieur à celui d’une GT3. L’auto est toute en carbone. On espère en avoir quatre dès le début de saison. La SF doit permettre de relancer la catégorie GT. Elle aura une BOP. A Estoril, elle roulait en version GT3, contrairement à Magny-Cours où elle était débridée. »

Les GT4 seront acceptées ?

« Elles sont admises depuis le lancement de la catégorie mais je ne veux pas aller contre le Championnat de France FFSA GT. Nous avons tout de même eu CMR et Speed Car. J’espère que nous en aurons quatre ou cinq dans la classe GTV4. »

Le championnat historique va se développer ?

« Quatre meetings de 2×1 heure seront organisés en France en 2018. Nous devrions approcher les 40 autos dès le premier meeting. Si la mayonnaise prend, pourquoi pas organiser une course plus longue en 2019 avant de remettre sur pied les Deux Tours d’Horloge en alternance avec Le Mans Classic. Les passionnés veulent refaire de la vraie course même si le seul bémol reste l’augmentation des coûts. »

Le partenariat avec Michelin se poursuit ?

« Oui avec de nouvelles gommes prévues pour les Funyo et CN pour qu’elles durent au moins un relais supplémentaire. Les nouvelles CN seront équipées d’un traction control très simple d’utilisation, et les nouveaux pneus seront plus durs suite à ce changement. »