Côme Ledogar : « Du bon et du moins bon… »

Si 2016 a été une saison riche avec le titre Blancpain Endurance Cup, l’année 2017 a été plus compliquée pour Côme Ledogar. La performance du pilote n’est pas à remettre en cause, mais le Strakka Racing qui débutait dans le giron McLaren a eu du mal à sortir du lot face à la concurrence. La 650S GT3 n’a pas été aussi flamboyante qu’en 2016. Le Lyonnais s’est attelé à un double programme mixant Blancpain Endurance Cup chez Strakka Racing et International GT Open chez Garage 59, sans oublier quelques piges aux quatre coins du monde. Il reste maintenant à préparer 2018 où tout est à l’étude.

« Le bilan 2017 est plutôt mitigé avec du bon et du moins bon, » nous a confié Côme Ledogar. « Nous avons eu du mal à nous acclimater aux nouvelles gommes Pirelli en début de saison. C’était pour moi un nouveau team et de nouveaux coéquipiers. On sait tous que la Blancpain GT Series est un championnat compliqué où si on perd 0.6s, on se bat au-delà de la 20e place. »

La McLaren 650S GT3 n’a pas évolué cette année, même si McLaren GT a cherché à optimiser sa monture : « La longévité des freins a été améliorée. Auparavant, on changeait les freins à deux reprises aux 24 Heures de Spa contre une fois maintenant. »

En parallèle à son engagement dans la série Blancpain, le pilote officiel McLaren GT épaule Alexander West en International GT Open. « Avant la finale de Barcelone, nous sommes à la 3e place du championnat Pro-Am et terminer sur le podium serait une belle récompense pour Alex, » souligne Ledogar. « Alex a fait énormément de progrès. Nous sommes partis de zéro en 2016 où il était à 5s de mes temps, contre moins de 2s maintenant. Alex est constant et c’est un régal de travailler à ses côtés sur le plan humain. Je prends beaucoup de plaisir à rouler avec lui. »

Les plus folles rumeurs sur l’avenir de McLaren courent dans le paddock. Entre le retard pris sur la nouvelle GT3 et une possible arrivée en GTE, sans oublier la refonte totale de l’organigramme de McLaren GT, on entend tout et son contraire.  « Rien ne m’a été confirmé directement, même si comme tout le monde j’entends les rumeurs, » précise le champion Blancpain Endurance Cup 2016. « J’arrive en fin de contrat avec McLaren. La logique est de poursuivre avec eux mais rien n’est confirmé. Il faut être prêt et je reste ouvert. Quand on arrive en fin de contrat, il ne faut pas attendre les bras croisés. »