FIA GT Series

Test Days : Tout sur le Championnat du Monde GT1 2010 !

thumbnail
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Au cours de la conférence de presse du FIA-GT, Stéphane Ratel a fait le point sur le futur Championnat du Monde GT1 2010, actuellement nommé 2010 GT1 World Project. Le Président de SRO a rappelé les grandes lignes d’un projet qui continue à prendre forme.

 

Comme le FIA-GT actuel, le Championnat du Monde GT1 ne sera pas destiné aux constructeurs. Ainsi, le titre sera mis en jeu entre des teams indépendants. Fort du succès rencontré avec le FIA-GT3, cette série sera basé une le système de l’équilibre des performances afin de proposé une compétition serré, tout maîtrisant le développement technique et les coûts.

 

Au niveau des voitures engagées, un maximum de six constructeurs sera accepté. Ainsi, Stéphane Ratel donnera la priorité aux marques qui lui font confiance dès le début. En cas de franc succès rencontré par le championnat, les autres firmes devront patienter. Ce concept n’est pas sans rappeler celui du Grand-Am, qui fonctionne avec des licences distribuées sur un certain nombre de saisons. Chaque constructeur ne pourra fournir que deux teams, lesquels devront alignées deux voitures. La grille sera donc limité à 24 autos, uniquement via des engagements à l’année.

 

L’une des questions récurrentes à propos du GT1 World Championship concerne le budget nécessaire pour les équipes. Stéphane Ratel apporte un premier élément de réponse : le soutien financier apporté aux teams sera direct, via la fourniture de dix billets d’avion par équipe. Plus important encore, les frais de transport des voitures et de l’équipement seront gratuits. Voilà une chose dont on peut se féliciter.

 

12 manches et 5 continents au programme !

Alors justement, ces teams où iront-ils. Stéphane Ratel l’a répété plusieurs fois : il veut un vrai Championnat du Monde. Ainsi, l’objectif est de se rendre sur cinq continents, avec douze courses se déroulant dans douze pays différents. En mars 2010, direction l’Argentine et plus précisément San Luis, avant de se rendre en Australie via le Chili. Retour en Europe ensuite avec la Grande-Bretagne (on peut imaginer que ce sera le Tourist Trophy) puis l’Italie, le Portugal (Algarve) et l’Allemagne. Un accord a d’ailleurs été signé avec l’ADAC. Spa, avec ses 24 Heures, marquera le cap de la mi-saison. Après les Ardennes belges, la caravane visite l’Europe de l’Est avec la Roumanie (Bucarest), la Russie (Domodedovo) et… la Bulgarie. Le promoteur de ce meeting sera le même que celui de Bucarest. Enfin, la pénultième manche se tiendra en Afrique du Sud, avant une finale dans les Emirats-Arabes-Unis. Stéphane Ratel n’a pas écarté l’idée de se rendre dans le futur en Chine, au Brésil ou encore au Japon.

 

Lors de chacun de ces meetings, deux courses d’une heure seront proposées. Adieu donc le format de deux heures. La première manche sera une épreuve dite de qualification, avec des points distribués, mais pas en totalité. La seconde manche, appelée course de championnat, délivrera quant à elle un maximum de points. Notons que lors de chaque course d’une heure, un arrêt sera obligatoire, avec changement de pneus et de pilotes. Deux pilotes seront acceptés par voiture. Rappelons qu’un seul meeting n’adoptera pas ce format : les 24 Heures de Spa qui réuniront les GT1 et les GT2 courrant dans le Championnat d’Europe. L’épreuve belge a été conservée pour garder des autos avec une philosophie d’endurance. Cela afin des voitures typées « Sprint ». Lors des meetings européens, le Championnat du Monde GT1 sera rejoint par le Championnat d’Europe GT2 et le FIA-GT3, les trois séries se déroulant indépendamment les unes des autres.

 

D’un point de vue technique, le règlement a été approuvé par la FIA en décembre dernier. Il a été mis sur pied en étroite collaboration avec l’ACO et sera appliqué en 2010, y compris dans les séries Le Mans. Quelles sont donc les voitures qui succéderont aux actuelles GT1, ces dernières prenant une retraite bien méritée ?

 

Il s’agira tout d’abord de nouvelles autos développées à la fois par des constructeurs et des teams indépendants. A l’image de la Nissan GT-R, conçue par Nismo, et la Ford GT, développée par Matech. Ces deux voitures sont d’ailleurs symboliques puisque les futures GT1 pourront être : soit une GT1 nouvellement crée (Nissan), soit une évolution d’une GT3 (Ford), soit une GT2 équipée d’un kit de performance.

 

Concernant ces nouvelles GT1, elles devraient proposées une plus grande diversité. Ainsi, le règlement ouvrira la porte aux voitures de grande production (BMW, Jaguar, Nissan), qui concourront en face de véritables GT (Ferrari, Lamborghini). C’est en revanche la fin des voitures sophistiquées telles que les Supercar, réduction des budgets oblige…

 

Le low-cost, c’est l’un des maître-mots de ce Championnat du Monde GT1. Les nouvelles GT1 suivront donc cette philosophie, avec un règlement technique basé sur celui du GT2. Sans surprise, mais contrairement au FIA-GT3, le poids et la puissance des autos devraient donc être identiques. revanche, les voitures devront posséder un look distinctif. En voyant la Nissan et la Ford, nous pouvons vous garantir que c’est le cas : l’approche des deux teams est loin d’être identique.

 

Reste une question, la période actuelle est-elle propice à lancer un Championnat du Monde ? Stéphane Ratel en est persuadé : « J’entends dire que ce n’est pas le meilleur moment, compte-tenu de la crise. Mais je pense que c’est justement la période idéale pour créer ce championnat. Chaque crise est une nouvelle opportunité. »

 

Gabriele Cadringher s’est joint à Stéphane Ratel pour expliquer les raisons pour lesquelles le FIA-GT1 2010 aura le label Championnat du Monde. « La FIA ne donne pas l’appellation de Championnat du Monde facilement. A l’heure actuelle, il n’y a que la F1, le Rallye et le WTCC. Il y a des contraintes : 10 courses – Stéphane Ratel en a plus – 3 continents – il en a également davantage – et 4 constructeurs – je pense qu’il est confiant pour en avoir au moins autant. La FIA apportera son aide pour l’élaboration du règlement technique. »

 

Ce règlement technique sera dévoilé en juin 2009. En octobre, le calendrier définitif sera présenté au Conseil Mondial de la FIA, tandis que la clôture des engagements se fera un mois plus tard. Si trois nouvelle GT1 devraient être de la partie en 2009 (Nissan, Ford puis Lamborghini), Stéphane Ratel espère avoir au moins cinq constructeurs représentés en 2010, soit vingt voitures. La liste des engagés sera dévoilé en décembre, date à laquelle sera officiellement présenté le championnat, à Monaco.

 

Anthony Megevand

Publicité

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Sur le même sujet

Publicité