Le Mans

Julien Schell et Norbert Santos : Positif, malgré tout, pour Norma.

thumbnail
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

La Norma-Judd M200 du Pegasus Racing -qui portait les stickers d’E-I- n’avait pas la tâche la plus facile pour sa première course. Cuisque cette course était la plus exigeante de toutes, les 24 Heures du Mans. La Norma abordait cette course avec un kilométrage restreint, résultat de deux uniques séances d’essai à Nogaro et sur le Bugatti.

 

Aussi, nombreux étaient ceux qui pensaient que la prestation de la voiture et du team, novice lui aussi de la course mancelle, serait délicate. Si la Norma bleue n’a pas franchi le cap du samedi, ce n’est pas dû à un manque de préparation, à un défaut de conception ou à une panne mécanique, mais à la suite d’un incident de course, un accrochage avec la Spyker qui endommagea gravement la voiture, la boîte de vitesses ne pouvant être réparée sur place. A l’issue de cette prestation, Julien Schell, un des trois pilotes et cheville ouvrière du Pegasus Racing avec son père Claude, ainsi que Norbert Santos, le constructeur de la Norma LMP2, ont fait le bilan de la course.

 

Julien, quel bilan tires-tu de cette première participation aux 24 Heures du Mans?

“Tu veux dire les 3 Heures du Mans!! Plus sérieusement, ce que je peux dire, c’est que c’est une épreuve qui n’est pas facile. Il ne faut pas la prendre seulement sur le week-end, mais dans toute sa globalité, sur la semaine. C’est vraiment difficile à gérer sur de nombreux points. Le circuit, tout d’abord, qui n’est pas tout à fait un circuit, puisque c’est aussi une route. Cela demande des réglages particuliers, différents de ceux que nous faisons habituellement. En revanche, pour un pilote, se retrouver au milieu des meilleurs pilotes mondiaux en endurance, c’est extrêmement gratifiant.

Sur le plan sportif, même si on n’a pas été au bout de la course, on peut quand même dire que le bilan est positif. Pour nos premières qualifications, tout s’est très bien passé. Nous étions huitièmes en LMP2 après la première séance qualif, et si je n’avais pas été pris dans le trafic dans mon dernier tour, j’aurais gagné une place sûre, peut-être deux. Dans la deuxième séance, on n’a pas beaucoup roulé pour ménager la voiture et le moteur. Mais nous étions déjà très rassurés quant au potentiel de la Norma.”

 

Tu prenais ton premier départ au Mans. Pas trop impressionné?

“Non, un départ, c’est un départ comme tous les autres. Ce qui m’a le plus impressionné, c’est davantage l’avant-coursen avec tout le cérémonial qui précède la course, la foule, l’ambiance…On en prend plein les yeux et pour un pilote, c’est fantastique!

Pour la course, on avait décidé d’adopter un rythme très sage, l’objectif étant avant tout de terminer la course. Je suis donc parti à ma main. Je me suis un peu amusé dans les premiers tours en suivant la Pescarolo de Richard Hein, mais comme ellé était plus performante, j’ai fait ma course sagement. Après une heure de course, nous étions huitième en LMP2 et 24ème au général, pour une première course, c’était bien. C’est dommage que notre course se soit achevée si tôt, la voiture marchait vraiment bien.”

 

Qu’est-ce qui s’est vraiment passé lors de l’accident avec la Spyker?

“La Spyker s’était mise dans le mur et rentrait à son stand. Frédéric l’a doublé avant les virage Porsche et au moment une Audi R15, on ne sait pas laquelle des trois, est arrivée à pleine vitesse. Le pilote de la Spyker er Frédéric ont été surpris, la Spyker a tapé la Norma à l’arrière et Frédéric est parti dans les rails. Il a réussi à ramener la voiture, mais elle était vraiment abîmée et lla boîte de vitesses était irréparable sur place. Les techniciens de X-Trac n’avaient pas la pièce nécessaire sur place. C’était la fin.”

 

Avez-vous ramené la voiture à Strasbourg ou est-elle repartie à St Pé de Bigorre?

“Non, nous l’avons ramenée chez nous à Strasbourg. Nous sommes arrivés hier soir (lundi) et maintenant, nous allons pouvoir attaquer les réparations. Il y a du travail, car la voiture a été très touchée.”

 

Vous serez prêts pour la prochaine course Le Mans Series à Portimão?

“Je l’espère. En principe, ça devrait aller. Je conduirai avec Frédéric et nous cherchons un troisième pilote, car David Zollinger n’a pas le budget, ce que nous regrettons beaucoup.”

 

Es-ce que vous allez faire courir aussi la Courage LC75?

“Oui, nous allons essayer. Nous n’avons pas tellement eu le temps de nous en occuper, avec la préparation des 24 Heures, mais nous allons nous y atteler sérieusement maintenant. Par contre, si la Courage court à Portimão, ce sera avec un moteur Mazda. Nous allons le louer à AER. Je pense que le bloc Mazda sera plus compétitif.”

 

Indépendamment des Le Mans Series, l’objectif, c’est de revenir au Mans en 2011?

“Evidemment, c’est une expérience que nous avons envie de revivre.”

 

Après le pilote, le constructeur, Norbert Santos…. Norbert, quelles sont tes impressions après ces 24 Heures?

“Malgré l’accident de Fred, le bilan est pour moi très positif. C’est positif par rapport aux performances de la voiture en condition “low cost”, dans l’esprit de la future règlementation LMP2. Nous avons prouvé que, pour notre première course et avec un roulage préalable limiité, nous pouvions quand même être compétitifs par rapport à la concurrence, même si, il faut l’avouer, les HPD sont sur une autre planète….

Julien Schell, au cours de notre debriefing, a d’ailleurs dit qu’il y avait plusieurs secondes au tour à gagner sans faire de modifications sur la voiture, il a fait son chrono de qualifications sans tirer sur la mécanique. Je suis très content de travailler avec le Pegasus Racing, car c’est une équipe qui a parfaitemment compris ce qu’était l’endurance.

C’est sûr que j’aurais aimé que la voiture aille au bout, mais quand on voit le choc qu’elle a subi, c’est déjà bien que Fred ait pu rentrer au stand. Je suis allé voir les lieux de l’accident, et quand on voit l’état de la triple rangée de rails, c’est impressionnant. Le plus frustré, c’est le pauvre David (Zollinger) qui n’a pas pu conduire la voiture en course, et qui n’a fait que 19 tours pendant les essais…”

 

Quel était ton état d’espprit pour ce retour au Mans?

“Je voulais revenir au Mans dans de bonnes conditions, et je crois que c’est ce qui s’est passé. J’ai été très bien accueilli par les autres concurrents qui onnt d’ailleurs pour la plupart été étonnés des performances de la voiture pour sa première course. Beaucoup d’entre eux sont venus nous trouver pour nous féliciter après les qualifications. Quand Julien a tourné en 4’01″, certains nous ont dit que pour une première course et avec la préparation que nous avions eue, c’était très bien, alors quand Julien a fait tomber le chrono pour descendre jusqu’à 3’52″, alors…..”

 

Est-ce que tu as repéré des choses qui fonctionnaient mal et qu’il faudrait améliorer?

“Honnêtement, non. Nous avons fait un check-up de la voiture, indépendamment des dégâts importants provoqués par l’accident, et nous n’avons constaté rien d’anormal. Maintenant, c’était la première course, et le team va chercher la performance pour les courses Le Mans Series.”

 

Est-ce que tu seras à Portimão avec le Pegasus Racing?

“La gestion de la course, c’est entièrement de leur ressort, mais s’ils ont besoin d’un coup de main technique, bien sûr j’irai là-bas.”

 

Nous remercions vivement Julien Schell et Norbert Santos -qui a d’autres projets dont nous vous parlerons prochainement- pour leur gentillesse et leur disponiblité.

 

Propos recueillis par Claude Foubert

Publicité

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Publicité

Sur le même sujet